De l'aide pour petits et grands

Hope et Hunter avec l'éducatrice spécialisée du Centre... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Hope et Hunter avec l'éducatrice spécialisée du Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main, Amy Wilson.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Pâte à modeler, Jenga, tracteurs et camions à assembler, les jeux se multiplient sur la grande table. Heath, 8 ans, enchaîne les allées et venues entre l'armoire à jouets et la table où sa mère est installée pour parler de son expérience avec le Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main de Cowansville, que sa famille fréquente depuis 2014.

Gêné par la présence d'une journaliste, le jeune garçon est peu bavard. Par contre, on réussit à comprendre qu'il aime bien rendre visite à Dre Anne Rouleau, son médecin de famille. C'est d'ailleurs cette dernière qui a invité Jessica Côté-Viau à venir au centre avec ses enfants Heath et Hope Viau-Ducharme, alors qu'elle était enceinte du petit dernier, Hunter.

« Je me suis dit que ça pouvait être un plus et aider pour certaines choses. En plus, au lieu d'attendre à la clinique où il n'y a pas grand-chose à faire, ici les enfants peuvent se désennuyer », confie Mme Côté-Viau. 

Le garçon de troisième année dit s'amuser avec les nombreux jouets chaque fois qu'il vient. Sa soeur (3 ans) et son frère (2 ans) n'ont pas, eux non plus, de mal à prendre leurs aises dans les bureaux du troisième étage de la Maison Nesbitt, à Cowansville. Il n'est pas long que Hope perd sa timidité en voyant la toute nouvelle maison de poupée au toit mauve comme sa robe. Hunter est davantage attiré par la pâte à modeler. Il est même reparti avec plusieurs pots que lui a donnés Amy Wilson, l'éducatrice spécialisée.

Outre le médecin de famille, Mme Côté-Viau obtient également les services d'une travailleuse sociale pour les problèmes de comportement de Heath. « On a un suivi plus constant avec lui. Au lieu de devoir passer par le CLSC et faire toutes sortes de démarches, on y a accès directement ici. C'est plus intime, plus invitant », dit-elle.

Le garçon a notamment pu participer à la Marche pour le droit des enfants, en novembre, au spectacle de Noël de tam-tam et à quelques séances de zoothérapie. « La zoothérapie est une nouvelle activité assez populaire chez les enfants, avait souligné Dre Rouleau en entrevue lors de la Guignolée du Dr Julien, le 17 décembre. Par exemple, on fait des activités de lecture à l'animal. Les jeunes enfants qui ont des troubles de lecture lisent une histoire à un animal, qui ne juge pas, et les enfants adorent ça. On fait aussi de la marche en forêt avec les animaux. »

En plus de la zoothérapie, le CPSC Main dans la main offre des ateliers de musique, de l'art-thérapie, du tricot et de l'accompagnement aux devoirs.

Pas que pour les enfants

Mais l'organisme « ne vient pas en aide qu'aux enfants, ils veulent aider les parents aussi. Ils veulent qu'on ait une belle atmosphère dans la maison », fait remarquer Jessica Côté-Viau.

En effet, Main dans la main s'efforce de donner les outils nécessaires pour que les parents et leurs enfants se sortent de situations difficiles.

« On ne prend pas en charge les enfants, on les accompagne. On leur donne le pouvoir, autant aux enfants qu'aux parents, de s'en sortir », souligne Dre Rouleau.

Comme Mme Côté-Viau demeure seule avec ses enfants et qu'elle est en recherche d'emploi, elle a vécu des moments plus difficiles. « À un moment donné, ça allait moins bien financièrement et ils m'ont donné un coup de main », reconnaît la mère de famille.

Elle a par exemple été appelée lorsque le centre de pédiatrie sociale en communauté avait reçu un don de nourriture. Les intervenants du centre l'ont aussi aidée à remplir les formulaires pour obtenir un panier de Noël. « Ici, ils travaillent l'estime de soi », glisse-t-elle.

L'organisme Main dans la main de Cowansville suit maintenant 180 enfants pour 113 familles et engage une travailleuse sociale, une éducatrice spécialisée, une directrice générale en plus d'une préposée à l'accueil à temps plein.

La clinique mobile se promène dorénavant à Sutton, Lac-Brome et Bedford.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer