Un quintuplex détruit par les flammes

L'immeuble de deux étages construit en 1920 est... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'immeuble de deux étages construit en 1920 est considéré comme étant une perte totale. Les dommages seraient évalués à plus de 300 000 $.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Cowansville) C'était la désolation totale mercredi matin : un immeuble quasi centenaire à moitié effondré, des effets personnels épars sur les balcons et sur le terrain avant de la résidence, une cage à chien traînant sur le sol enneigé, rappelant qu'une bête a perdu la vie dans l'incendie d'un cinq logements de la rue James, mardi soir à Cowansville. La Sûreté du Québec enquête afin de déterminer la cause du sinistre, considéré comme suspect.

Les pompiers de l'endroit se sont précipités à l'immeuble abritant les 207 à 211 de la rue James peu après 19 h, a indiqué la porte-parole de la Sûreté du Québec, Aurélie Guindon.

Selon des témoins, une forte odeur de fumée était perceptible dans le quartier. Certains ont même indiqué avoir aperçu un panache gris s'élever vers le ciel. 

Une trentaine de pompiers ont dû mettre l'épaule à la roue pour venir à bout du brasier, qui a été éteint vers 2 h 30 du matin. Les sapeurs de Dunham, Farnham et Sutton ont prêté main-forte à leurs collègues de Cowansville.

Les conditions hivernales, une importante couche de glace autour de l'édifice et la proximité des fils électriques et de haies de part et d'autre de l'immeuble ont compliqué le travail des pompiers, qui ont dû intervenir dans un espace restreint.

« À notre arrivée, toute la partie arrière, le balcon et l'annexe étaient embrasés. Ça s'est propagé au toit », a indiqué le directeur Gilles Deschamps.

L'immeuble de deux étages construit en 1920 est considéré comme étant une perte totale. Les dommages seraient évalués à plus de 300 000 $, a fait savoir M. Deschamps, ajoutant que son équipe de sapeurs était déjà intervenue à cet endroit au cours des dernières années. 

Le propriétaire de l'édifice n'aura d'autre choix que de le démolir.

Les locataires pris en charge

Seuls deux ou trois des cinq appartements étaient occupés au moment du drame, a fait savoir le service de sécurité incendie de Cowansville. Un des logements était vacant puisque ses occupants se trouvaient à l'extérieur pour la période des Fêtes, a-t-on appris. À l'arrivée des services d'urgence, des locataires habitant au second étage s'affairaient à sortir certains de leurs effets personnels.

Les sinistrés ont été pris en charge par la Croix-Rouge et sont pour le moment hébergés à l'Auberge du Carrefour, toujours à Cowansville.

Selon nos informations, un couple de personnes âgées, mais aussi deux enfants du propriétaire de l'immeuble, habitaient dans les appartements du quintuplex.

Ces derniers seraient connus de la Sûreté du Québec, a indiqué M. Deschamps.

Incendie suspect

Si elle reste à être déterminée, la cause du brasier est suspecte, a par ailleurs précisé le directeur du service incendie. « Il y a un paquet d'indices qui laissent croire que ce n'est pas (un accident) », a-t-il affirmé à La Voix de l'Est.

L'enquête a été transférée à la Sûreté du Québec. Un périmètre de sécurité a été érigé entre l'immeuble et la rue Davignon, bien surveillé par des agents de la firme Garda.

Un technicien spécialisé en scènes d'incendie s'est rendu sur place en fin d'avant-midi, mercredi, afin d'amasser des éléments de preuve pouvant élucider le mystère. Selon M. Deschamps, l'enquête devrait être de courte durée étant donné l'état des lieux.

En fin de journée mercredi, le propriétaire du quintuplex, qui demeure tout près de son immeuble, ne nous avait pas rappelés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer