Lien autoroutier A20 - USA: Bonnardel revoit ses priorités

Le tronçon de la route 139 entre l'autoroute 10 et... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le tronçon de la route 139 entre l'autoroute 10 et la rue Dufferin cause bien des maux de tête et de la frustration aux automobilistes souhaitant se rendre au Zoo de Granby.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La mise en place d'un nouveau lien routier entre l'autoroute 20 à partir de Saint-Hyacinthe jusqu'à la frontière américaine ne permettrait pas de favoriser davantage le développement économique régional, car le flot de circulation n'est pas assez significatif.

C'est ce qui ressort d'une étude du ministère des Transports du Québec (MTQ) dévoilée mercredi.

Le député de Granby, François Bonnardel, avait commandé cette étude conjointement avec son collègue de Brome-Missisquoi Pierre Paradis en 2006. C'est en 2011 que le MTQ a entrepris de donner suite à leur demande.

Le caquiste affirme que le document permet de repositionner ses priorités pour les années à venir.

« L'investissement de 600 M $ que ça nécessiterait pour l'accès routier serait bien trop important et même ridicule par rapport au gain potentiel de dix minutes. Il n'y a pas un flot de circulation assez important pour être capable d'imaginer un tel lien dans les dix à quinze prochaines années. Par contre, ce que l'étude révèle, c'est qu'on devrait se concentrer sur des secteurs où il y a des problèmes importants de congestion, comme sur la route 139 entre l'autoroute 10 et la rue Dufferin », dit François Bonnardel, qui veut lancer des discussions pour l'élargissement de la route sur cette portion éventuellement. 

Ce tronçon de la route 139 cause bien des maux de tête et de la frustration aux automobilistes souhaitant se rendre au Zoo de Granby, par exemple. « Il y a 600 000 à 700 000 personnes qui viennent au Zoo (par année), ça en fait de la circulation. C'est un secteur névralgique pour entrer en ville, en plus de toute la circulation commerciale pour le secteur industriel », souligne M. Bonnardel. La région attire plus de 1,5 million de visiteurs par année, en moyenne. 

À long terme, les projections de circulation (en 2031) révèlent que la route 112, entre la route

137 et la route 139, pourrait nécessiter également une intervention pour régler des problèmes de congestion.

Boulevard Pierre-Laporte

Outre la route 139, qui aurait selon lui « besoin d'un meilleur pavage », le député de Granby montre aussi du doigt le boulevard Pierre-Laporte. « Je prêche un peu pour ma paroisse, moi qui adore le vélo, mais de plus en plus de cyclistes y roulent. On peut penser à élargir l'endroit. Plusieurs villes au Québec agissent en ce sens », indique François Bonnardel. 

L'étude évoque également la route 137, qui « fait partie des itinéraires préférentiels et peut requérir encore des améliorations ponctuelles afin de maintenir un réseau routier sécuritaire et des conditions de circulation acceptables », peut-on lire dans le document rédigé par le consortium CIMA+/Genivar pour le MTQ. 

« Nos discussions avec le MTQ vont très bien, puisqu'ils sont ouverts à nos idées. Reste à voir d'ici combien de temps on peut se mettre en action. Ça devient toutefois l'une de mes priorités », affirme le député de Granby. 

« Bonne répartition de la circulation »

Quelques routes du secteur à l'étude ont des volumes de circulation supérieurs à 10 000 véhicules par jour, alors que la majorité des routes ont un volume de circulation inférieur à 5000 véhicules par jour, « démontrant ainsi une bonne répartition de la circulation sur le réseau routier », peut-on lire dans le document. 

L'étude démontre que les gens se déplacent à l'intérieur des régions, entre les différents pôles comme Granby, Saint-Hyacinthe et plusieurs villes satellites, mais pas du nord au sud. Un accès routier nord-sud ne changerait pas les habitudes des conducteurs, qui continueraient d'utiliser les routes secondaires pour un accès plus direct vers leurs destinations.

La mise en place d'un nouveau lien routier entre l'A-20 (région de Saint-Hyacinthe) et Granby et ensuite le Vermont a fait l'objet d'études depuis les années 1980. Une première étude d'opportunité a été réalisée par le ministère des Transports du Québec (MTQ) en 1982 et une seconde en 1992.

Différents scénarios d'itinéraires empruntant, en tout ou en partie, divers corridors des routes 137, 211 et/ou 139 avaient été alors considérés. Cependant, ces scénarios n'ont jamais été réalisés, car il avait été démontré dans ces études qu'ils n'apporteraient pas les bénéfices attendus en matière de circulation ou de développement économique. Le scénario vient de se répéter avec le dévoilement de cette plus récente étude.

Le député caquiste de Granby, François Bonnardel.... (archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Le député caquiste de Granby, François Bonnardel.

archives La Voix de l'Est

Intersections dangereuses

L'étude commandée pour analyser l'ajout d'un lien routier entre l'autoroute 20 à partir de Saint-Hyacinthe et la frontière américaine a permis d'identifier des intersections dangereuses pouvant nécessiter des interventions dans le futur.

« Le calcul des indicateurs de sécurité a permis de dresser une liste des sites identifiés comme étant accidentogènes sur les axes préférentiels du secteur d'étude. Ces sites pourront faire l'objet d'une analyse approfondie afin de valider la problématique et identifier des pistes de solutions. Parmi les sites identifiés, cinq sites localisés aux intersections et trois sites localisés sur des tronçons se retrouvent sur les axes préférentiels », peut-on lire dans le document réalisé par le consortium CIMA+/Genivar pour le ministère des Transports.

L'analyse de sécurité a été effectuée sur une période de trois ans, soit de 2011 à 2013, afin de dresser un portrait de la sécurité routière dans le secteur d'analyse et identifie les sites potentiellement problématiques. 

Intersections problématiques :

Route 235 /Rang Jetté, Sainte-Sabine ;

Route 235 /Chemin Chevalier Est, Saint-Armand ;

Route 235 /Rang Double, Saint-Pie ;

Route 137 /3e Rang Ouest, Sainte-Cécile-de-Milton (intersection ayant déjà fait l'objet d'un réaménagement en 2013) ;

Route 139 /Rue des Églises Ouest, Abercorn.

Tronçons problématiques :

Route 137, entre la rue des Seigneurs (route 224) et la limite de Saint-Dominique ;

Route 137, entre le 3e et le 11e rang ;

Route 112, entre la route 137 et la rue de Gaspé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer