CS des Hautes-Rivières: mince espoir pour les spécialités

«Ils vont prendre le temps de regarder notre... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

«Ils vont prendre le temps de regarder notre proposition, dit Jacinthe Côté, présidente du Syndicat de l'enseignement du Haut-Richelieu. Nous aurons une réponse à la première semaine de janvier.»

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Des représentants de la commission scolaire des Hautes-Rivières ont rencontré mercredi la présidente du syndicat des enseignants au sujet des coupes annoncées chez les spécialistes.

Aucun engagement n'a toutefois été formulé par l'employeur, indique Jacinthe Côté, présidente du Syndicat de l'enseignement du Haut-Richelieu (SEHR). « C'était peu encourageant », a-t-elle mentionné. Mais ils vont prendre le temps de regarder notre proposition. Nous aurons une réponse à la première semaine de janvier. »

Le SEHR - qui représente notamment les professeurs de Saint-Césaire, Saint-Paul-d'Abbotsford et Ange-Gardien - a proposé une alternative qui « préserve les heures des spécialistes » qui enseignent l'anglais, l'art, la musique et l'éducation physique au primaire - tout en permettant à la commission scolaire de continuer d'économiser 1 million $ par année.

Mme Côté n'en a pas donné les détails puisque ses membres n'en ont pas tous eu connaissance.

Abolition

La commission scolaire a annoncé en octobre qu'une partie du temps consacré aux spécialités retournerait aux enseignants titulaires - ceux qui passent le plus de temps avec les élèves -, provoquant l'abolition de 7 à 10 postes d'enseignants spécialistes.

Cela se fait déjà dans d'autres commissions scolaires, dit des Hautes-Rivières. Ainsi, les élèves consacreront davantage de temps aux matières de base (français et mathématiques) et leurs résultats scolaires pourront être améliorés. 

Jacinthe Côté n'en est pas convaincue. « Toutes les études démontrent que l'enseignement des spécialités améliore les notes dans les matières de base, dit-elle. Et c'est pas parce que c'est comme ça à plusieurs endroits qu'il faut nécessairement le faire. À Val-des-Cerfs, ça fonctionne comme ça et les résultats ne sont pas meilleurs. »

Elle dénonce l'approche « drastique » de la commission scolaire et que « rien n'est mis en parallèle pour préserver ce qui est fait ».

Engagements

Dans un communiqué transmis mercredi, des Hautes-Rivières précise qu'elle analysera « toute nouvelle proposition à coût zéro qui respecte les engagements légaux ». Du même souffle, elle invite le SEHR à « adresser ses revendications au ministère de l'Éducation s'il juge que le temps alloué pour les spécialités n'est pas suffisant ».

La commission scolaire précise que les modifications à l'horaire cycle « respectent rigoureusement les prescriptions du régime pédagogique, de même que les règles de la convention collective et celles du financement gouvernemental ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer