Importation de cocaïne: Mélina Roberge subira son procès en février

La Granbyenne Mélina Roberge, 23 ans, a été... (Facebook)

Agrandir

La Granbyenne Mélina Roberge, 23 ans, a été arrêtée le 28 août dernier avec 29 kilogrammes de cocaïne dans la cabine qu'elle partageait avec son amie Isabelle Lagacé.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Accusée d'avoir importé une grande quantité de drogue en Australie, la Granbyenne Mélina Roberge a éclaté en sanglots en apprenant, mardi soir (heure du Québec), qu'elle devra subir son procès en 2017.

La jeune femme de 23 ans a été arrêtée le 28 août en compagnie des Québécois Isabelle Lagacé et André Tamine, 63 ans. Les autorités ont saisi 95 kilogrammes de cocaïne de haute qualité à bord du luxueux bateau de croisière « MS Sea Princess », dont 29 kilos dans la cabine partagée par les deux femmes. Le tout atteindrait une valeur de 31 M $. 

Mélina Roberge, qui plaide l'ignorance, subira son procès le 3 février prochain. Au Central Local Court, à Sidney, la jeune femme était dévastée en entendant les raisons énumérées par le juge Robert Williams pour l'envoyer à procès. Elle pleurait à chaudes larmes, selon le média australien News.com.au. Vêtue d'un cardigan rouge et d'un chandail noir, la Granbyenne s'est remise à pleurer en allant s'entretenir avec son avocate, Ragni Mathur. Cette dernière a soutenu la semaine dernière que sa cliente ignorait la présence des 29 kg de cocaïne dissimulés dans la cabine partagée avec son amie. Isabelle Lagacé, 28 ans, a quant à elle reconnu récemment sa culpabilité.

L'avocate a argué que malgré le fait qu'elle voyageait avec son amie, cela ne signifiait pas pour autant que Mme Roberge était au courant pour la drogue dans la cabine. « Il n'est pas nécessaire d'avoir deux poules pour garder au chaud un oeuf d'or », a déclaré en cour Me Mathur, martelant que sa cliente était simplement présumée coupable par association.

Elle a également affirmé que Mélina Roberge avait réservé son billet de voyage avec un autre homme n'étant pas associé au monde criminel.

Le juge Robert Williams a rejeté ces affirmations, disant que la « forte » preuve circonstancielle démontre qu'elle aurait participé à la tentative d'importation de cocaïne. Les autorités estiment qu'il est hautement improbable qu'une autre personne que les deux jeunes femmes ait placé la drogue dans les valises cachées sous leur lit. « Il est clair que mesdames Roberge et Lagacé ont partagé leur cabine pendant 39 jours », a également souligné le magistrat australien.

Le juge Williams a demandé à trois reprises à Mélina Roberge si elle souhaitait fournir des éléments de preuve au sujet des allégations portées contre elle. Trois fois, elle a répondu par la négative, en sanglotant bruyamment.

La Voix de l'Est a récemment contacté le père de la Granbyenne, mais celui-ci a décliné la demande d'entrevue. Le journal a également tenté de s'entretenir avec l'avocate de Mélina Roberge, Ragni Mathur, sans succès.

La jeune femme est toujours détenue en Australie. La peine maximale à laquelle elle pourrait faire face est la prison à vie.

De nombreuses photos de la Granbyenne d'origine ont été postées tout au long de son périple sur sa page Facebook et son compte Instagram, faisant réagir avec vigueur les internautes. Polynésie française, Colombie, Irlande, Bermudes, Pérou, Nouvelle-Zélande et Chili sont au nombre de ses destinations. 

- avec la collaboration de Karine Blanchard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer