Temps durs à la Ferme Héritage Miner

À la suite du rejet par la Ville... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

À la suite du rejet par la Ville de la demande d'aide financière de la Ferme, le conseil d'administration s'est vu contraint de mettre à pied sa directrice générale, Jessica McMaster, embauchée en octobre dernier.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La situation financière de la Ferme Héritage Miner (FHM) à Granby semble plus précaire que jamais. Et un citoyen a demandé aux élus lundi, lors de la séance ordinaire du conseil, de reconsidérer leur récent refus à l'aide financière souhaitée par l'entreprise d'économie sociale pour éviter que «la clé soit mise dans la porte».

«Permettez que la FHM ne ferme pas ses portes durant les Fêtes de Noël et après. De nombreuses activités sont prévues. Des camps de jour devraient s'y tenir cet été. Ce milieu demeure un lieu privilégié d'initiation à la faune et à la flore, à la vente de produits d'artisanat, pour une clientèle de tous âges», a fait valoir le Granbyen Luc Perron. 

Ce dernier a même déclaré que la directrice générale, Jessica McMaster, en poste depuis octobre dernier, ainsi que la présidente du conseil d'administration, Manon St-Louis, ont démissionné. Mais, vérification faite, Mme St-Louis n'a pas démissionné. Elle a complété son mandat un peu plus tôt en décembre et a été remplacée à la présidence par Julien Cabanac. 

Mme McMaster n'a pas démissionné non plus. Mais il est vrai qu'elle n'est plus à l'emploi de la Ferme. À la suite du rejet par la Ville de la demande d'aide financière de la Ferme, le conseil d'administration s'est vu contraint de mettre à pied sa directrice générale, a précisé lundi soir une administratrice, Céline Gauthier. «C'était une excellente gestionnaire. Nous avons pris la décision à contrecoeur et avec une grande tristess », a-t-elle laissé tomber. 

L'aide financière souhaitée était de 125 000 $ maximum par année sur une période de deux ans. Seuls les conseillers municipaux Michel Mailhot, Jean-Luc Nappert et Julie Bourdon se sont prononcés en faveur le mois dernier. 

Céline Gauthier n'a toutefois pas voulu commenter pour le moment les hypothèses de fermeture de l'organisme. D'importantes rencontres sont prévues au cours des prochains jours. Le point sera fait par la suite, a-t-elle dit. 

Pas d'aide aux opérations

Difficultés financières de la Ferme ou pas, le maire Pascal Bonin a affirmé que le conseil municipal ne fera pas volte-face et ne révisera pas sa position. Depuis 2009, soutient-il, il est clairement précisé dans le protocole d'entente qui lie la Ville et la FHM qu'aucune aide financière ne sera accordée aux opérations de l'organisme. «La Ville a aidé la Ferme pour ses immobilisations, mais elle a mis une ligne très claire pour ses opérations», dit-il. 

«Là ce qui run, c'est que si la Ferme connaît un dénouement négatif, c'est la faute de la Ville. Ça me dépasse! Depuis 2009 que je dis que le plan d'affaires ne marche pas, a ajouté le maire Bonin. (...) Le conseil d'administration est responsable des décisions qui sont prises.»

Pour l'heure, affirme-t-il, la FHM poursuit son chemin. La Ville n'a qu'un rôle, par l'entremise de la conseillère Denyse Tremblay, «d'observatrice» au conseil d'administration. «Mais si la Ferme vient à nous remettre les clés, le conseil s'assoira et examinera ce qui est sur la table», dit-il.

Très critique au cours des dernières années au sujet de la Ferme Héritage Miner, le citoyen Richard Dubé a profité de la période de questions de la séance du conseil pour lancer l'idée qu'un comité regroupant «les rêveurs» et «les gestionnaires» soit formé pour se pencher sur l'avenir de l'endroit. À ses yeux, «le problème» en est un de gestion. Selon lui, il y a eu plus de rêveurs que de gestionnaires à la barre de l'endroit. Il a néanmoins terminé son intervention en disant croire à la Ferme. 

La conseillère Julie Bourdon a saisi la balle au bond pour affirmer que cette confiance de M. Dubé lui fait «chaud au coeur» et remercier Luc Perron de son intervention. Ce dernier a émis le souhait que la Ferme Héritage Miner «survive».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer