Les vins et alcools québécois accueillis en épicerie

La Loi 88 est à peine appliquée que... (Janick Marois)

Agrandir

La Loi 88 est à peine appliquée que des détaillants font déjà des démarches auprès de vignerons et cidriculteurs de la région pour vendre leurs produits. C'est le cas du IGA Gaouette de Saint-Césaire, qui a aménagé un étalage spécial pour les produits des Vergers de la Colline, vendredi matin.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les épiceries fines et de grandes surfaces peuvent enfin offrir des vins québécois et des alcools artisanaux dont la teneur en alcool est supérieure à 7 %. La Loi sur le développement de l'industrie des boissons alcooliques artisanales est entrée en vigueur mercredi et, déjà, vignerons et cidriculteurs concluent des ententes avec des épiceries.

« On est contents, lâche Charles-Henri de Coussergues, propriétaire du Vignoble de l'Orpailleur. On vient de gagner la dernière bataille qu'on a eu à mener. Avec les années, on a obtenu le droit de vendre dans les restaurants, à la SAQ, puis dans les marchés publics, et maintenant, on peut se trouver dans les épiceries. On boucle la boucle, tout le monde est content. »

Jasen Gaouette, copropriétaire du IGA Gaouette à Granby et qui a fait partie de l'Association des détaillants alimentaires du Québec­ (ADA) ayant pris part en février aux auditions de la commission sur le projet de loi 88, abonde dans le même sens. « Ça a été une bataille de longue haleine et on est heureux pour l'industrie. J'espère fortement que les épiceries feront une place aux produits d'ici », se réjouit-il.

Cette nouvelle loi 88 représente près de 8000 nouveaux points de vente potentiels qui s'ouvrent aux vignerons et aux cidriculteurs d'ici pour écouler leurs produits. Avec une centaine de vignobles dans la province, il y a de la place pour tout le monde, croit Charles-Henri de Coussergues. 

« Il y a des vignerons qui vont aller dans 2 ou 3 épiceries, d'autres dans une cinquantaine, fait savoir ce dernier. C'est un système qui est très souple parce que c'est une entente directe entre le vigneron et l'épicier. Moi, par exemple, en 2017 je vais aller seulement dans une douzaine d'épiceries. Mais d'autres, comme mon voisin, M. Gagliano, prévoient entrer dans 80 épiceries parce qu'il a les volumes pour ça. »

Il faut dire que, comme plusieurs, M. de Coussergues voyait venir l'ouverture imminente des marchés. Comme un pied de vigne demande trois ans avant de commencer à produire le précieux raisin, il a donc planté de la vigne en conséquence il y a deux ou trois ans.

Vendredi, Guillaume Leroux, copropriétaire du vignoble Val Caudalies, poursuivait quant à lui les démarches entreprises auprès des épiciers il y a quelque temps en prévision de l'entrée des vins québécois sur leurs étals.

Grâce aux contacts établis au fil des ans, les produits dunhamiens seront sur les tablettes d'une douzaine d'adresses dès cette semaine. « On savait que ça s'en venait, on avait fait des liens, du démarchage, on était prêt à partir », dit M. Leroux, enthousiaste à l'idée de pouvoir transiger directement avec les épiceries et ainsi choisir où il veut aller.

Plus de 7 %

Cidriculteur, Marc-Antoine Lasnier­, des Vergers de la Colline, se réjouit quant à lui d'avoir maintenant accès à ce marché avec davantage de bouteilles. Avant la loi 88, seuls ses produits avec moins de 7 % d'alcool pouvaient se retrouver en épicerie.

« J'ai déjà deux représentants qui ne visitent que des épiceries. Ils sont super contents d'avoir des produits supplémentaires à proposer dans leur porte-folio. Ça fait longtemps que les détaillants nous demandaient de vendre des produits avec plus de 7 % d'alcool. Il y avait aussi des consommateurs qui en voulaient, par exemple à Montréal ou à Québec », dit-il.

Jusqu'alors, il n'était possible de se procurer son Cidre de feu ou son Cidre cuivré, par exemple, qu'en se déplaçant à la boutique de Sainte-Cécile-de-Milton.

Depuis vendredi matin, le IGA Gaouette de Saint-Césaire offre les produits des Vergers de la Colline, qui se trouveront également bientôt aux IGA Gaouette et St-Pierre de Granby, au IGA Daigneault à Cowansville­ et au Marché­ du village à Ange-Gardien.

«Partout au Québec»

Les épiceries Metro ont pour leur part annoncé jeudi que, à temps pour Noël, des vins du Domaine de Lavoie, du Domaine du Ridge, du Coteau Rougemont, du Domaine Côtes d'Ardoise et du Vignoble Gagliano pourront être trouvés dans ses épiceries « partout­ au Québec ».

Jasen Gaouette tient toutefois à mettre un bémol à cette annonce. « C'est à deux tranchants quand on lit dans les journaux qu'il va y en avoir partout. La production n'est pas encore là, nuance-t-il. Mais je suis confiant que ça va venir. »

De plus, comme l'entrée en vigueur de la loi 88 arrive à point pour le temps des Fêtes, les commandes d'articles sont déjà passées et les tablettes sont pleines, ajoute-t-il. « C'est sûr que ça va être difficile pour l'ensemble du réseau de trouver une place pour tout mettre pour Noël. Mais à long terme ça ne m'inquiète pas du tout. »

Par ailleurs, les clients pourront dorénavant connaître le millésime et le cépage des vins à l'épicerie, ce qui était jusqu'à récemment interdit d'afficher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer