Incendie mortel à Granby: «Le feu roulait au plafond»

Un incendie a fait une victime, dans la... (Julie Catudal)

Agrandir

Un incendie a fait une victime, dans la nuit de samedi à dimanche. Les techniciens en scène de crime de la Sûreté du Québec ont été dépêchés sur place puisqu'il y a un décès.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) L'enquête policière se poursuivait, dimanche à Granby, pour tenter d'élucider les circonstances dans lesquelles une personne a péri tragiquement dans l'incendie d'une résidence.

«Quinze minutes, et tout était en flammes», selon... (fournie) - image 1.0

Agrandir

«Quinze minutes, et tout était en flammes», selon Angèle St-Cyr, qui a été réveillée par la lumière provenant de l'incendie et qui a contacté les urgences.

fournie

En matinée, dimanche, les techniciens en scène de... (Julie Catudal) - image 1.1

Agrandir

En matinée, dimanche, les techniciens en scène de crime de la Sûreté du Québec étaient sur place pour faire la lumière sur ce qui a pu se passer.

Julie Catudal

Le corps a été retrouvé dans les décombres d'une maison de la rue des Bois-Francs, qui a été complètement détruite par les flammes, dans la nuit de samedi à dimanche. Selon les voisins qui ont contacté les urgences, il pourrait s'agir d'une mère monoparentale qui demeurait à cette adresse. 

L'incendie a été d'une rare violence. À l'arrivée des pompiers de Granby­, l'embrasement était généralisé. 

C'est Angèle St-Cyr et son conjoint qui ont contacté les services d'urgence, vers minuit quarante. Réveillée par une lumière anormale, la Granbyenne s'est levée pour s'assurer qu'il n'y avait pas de voleur dans le secteur. Ce sont plutôt des flammes qu'elle a vues chez sa voisine. 

« On a appelé le 911, poursuit son conjoint, André Boisvert. Je me suis habillé et je suis allé voir si je pouvais secourir les gens. Je me suis présenté sur le côté et il n'y avait rien à faire, il y avait le feu qui roulait au plafond. »

«Tout était en flammes»

Les policiers et les pompiers sont arrivés rapidement, mais le feu était trop vif pour entrer et secourir la victime. « Quinze minutes, et tout était en flammes, témoigne Mme St-Cyr, attristée par le tragique événement. J'espérais qu'il n'y avait personne, mais l'auto­ était là. »

Les pompiers ont adopté un mode de combat « défensif » afin de réduire les flammes et d'entrer à l'intérieur de la maison. C'est là qu'ils ont fait la triste découverte parmi les décombres.

Comme le secteur n'est pas desservi par l'aqueduc, les équipements nécessaires au combat des incendies en milieu rural - dont un camion-citerne - ont dû été apportés sur place. Aucun service incendie des villes voisines n'a été demandé en renfort et une trentaine de sapeurs ont été déployés. L'incendie­ a été maîtrisé vers 3 h 30. 

Enquête

En matinée, dimanche, les techniciens en scène de crime de la Sûreté du Québec étaient sur place pour faire la lumière sur ce qui a pu se passer. La cause de l'incendie demeurait inconnue au moment de mettre sous presse.

Le corps devait être transporté dans la journée au laboratoire de science judiciaire et de médecine légale pour son identification formelle, souligne Ronald McInnis, porte-parole de la SQ. L'autopsie permettra aussi de déterminer les causes du décès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer