Un Granbyen fraude sa ligue de bowling

Donald Caron a reconnu avoir soutiré 11 500 $ à... (La Voix de l'Est)

Agrandir

Donald Caron a reconnu avoir soutiré 11 500 $ à la ligue de bowling qu'il présidait.

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Le fléau des vidéopokers a fait une autre victime, jeudi, au palais de justice de Granby.

Un Granbyen de 67 ans a plaidé coupable à une accusation de fraude devant le juge Gaétan Dumas, de la Cour supérieure. Donald Caron a reconnu avoir volé 11 500 $ de la ligue de bowling dont il était le président, la Super ligue élite, entre septembre 2013 et avril 2014.Selon son avocat, M. Caron souffre d'une dépendance aux machines à vidéopoker. C'est dans ces appareils de jeu électronique que l'argent « a été dilapidé petit à petit », a précisé Me Andy Drouin, du ministère public. Il n'aurait pas de problème d'alcool. Les montants lui avaient été confiés pour offrir des bourses aux gagnants des tournois de quilles. 

Ex-propriétaire d'une entreprise, M. Caron a d'abord prétendu qu'il s'était fait voler, mais des membres de la ligue ont flairé le mensonge. Dénoncé à la police, il a longtemps clamé son innocence. Son procès devant jury devait d'ailleurs commencer lundi. Avec son plaidoyer, il a mis fin au processus judiciaire.

Il est aujourd'hui « gêné et honteux de la situation », a dit MDrouin. À la défense, Me Robert Jodoin a ajouté que son client avait récemment perdu son épouse et son entreprise. Il vit seul et travaille à petit salaire. C'est pourquoi un remboursement de la somme volée n'a pas été envisagé.

Peine

En lieu et place, les parties ont suggéré au juge que M. Caron purge huit mois de prison à domicile : les quatre premiers seront plus sévères, tandis que seul un couvre-feu devra être respecté durant les quatre derniers mois. Le sexagénaire devra aussi faire 100 heures de travail bénévole.

L'accusé devra aussi suivre une thérapie visant à guérir son problème de jeu compulsif, qu'il nie toujours. Suivra une année de probation « pour ne pas que ça recommence », a dit Me Drouin. « On pense que c'est la meilleure façon de dénoncer et réhabiliter le contrevenant. » Le juge Dumas a accepté l'entente sans réserve.

Donald Caron ne s'est pas exprimé devant le tribunal. « Ce qu'on voulait, c'est qu'il se remette sur le droit chemin », a déclaré un membre de la Super ligue élite, Denis Bernier, à sa sortie de la salle d'audience.

« Là, ça lui donne une chance. Je ne pense pas qu'il était mal intentionné, mais il avait un problème de jeu. » La trentaine de joueurs de la ligue ont chacun perdu environ 350 $ dans cette mésaventure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer