Coup de pouce aux Industries Pépin

Les élus cowansvillois ont officialisé l'aide financière aux... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les élus cowansvillois ont officialisé l'aide financière aux Industries Pépin à leur dernière assemblée.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) La Ville de Cowansville versera 30 000 $ aux Industries Pépin pour aider l'entreprise spécialisée dans la fabrication de peinture à se relocaliser dans un nouvel espace industriel.

Le conseil a officialisé la chose mardi lors de son assemblée publique. Elle versera une somme de 15 000 $ d'ici la fin de l'année et 15 000 $ en 2017. « On a une entreprise qui cherche à se développer, mais qui est dans un endroit où c'est impossible. Elle a cherché des locaux, pas seulement à Cowansville­. On avait une occasion de l'aider. On s'est arrangé pour qu'elle reste ici », a expliqué le maire Arthur Fauteux, joint mercredi.

Industries Pépin a acheté l'an dernier la bâtisse occupée autrefois par la compagnie Albany, le long du boulevard Jean-Jacques-Bertrand. L'entreprise en prendra entièrement possession le 1er janvier 2020, soit lorsque le bail avec la compagnie DMS, qui loue les deux tiers des lieux, prendra fin. Les Industries Pépin occupent déjà l'autre partie de la bâtisse, soit environ 2230 mètres carrés (24 000 pieds carrés).

Les dirigeants de l'entreprise ont visité des immeubles industriels à Granby ainsi qu'à Waterloo, a dit M. Fauteux. Pas question, a-t-il insisté, pour son administration de rester les bras croisés devant la possibilité que la boîte déménage à l'extérieur. Une quarantaine d'emplois était en jeu, a-t-il indiqué. « On parle de bons emplois. Notre but était de les garder chez nous. On n'a pas eu de difficulté à s'entendre avec les dirigeants. »

La Ville y trouve son compte, assure le maire. D'abord, par l'entremise des taxes foncières payées par l'entreprise, puis par l'activité économique générée par les employés qui viennent travailler à Cowansville ou qui y habitent.

« C'est une entreprise qui est ici depuis plusieurs années, qui a été passée de père en fils. C'est sur de telles PME qu'on bâtit une belle économie », a dit le maire.

Les municipalités ont le droit de dépenser jusqu'à 100 000 $ par année pour aider des entreprises. En 2016, la Ville a investi 17 000 $ dans le CPE Papillon bleu, aux prises avec des difficultés­ financières.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer