Plainte au MAMOT: l'entrepreneur de Stukely-Sud réplique

Il n'y a absolument aucune malversation dans les... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Il n'y a absolument aucune malversation dans les travaux de réfection des chemins municipaux à Stukely-Sud, affirme le président de l'entreprise Excavation Normand Jeanson inc.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Stukely-Sud) Il n'y a absolument aucune malversation dans les travaux de réfection des chemins municipaux à Stukely-Sud, affirme le président de l'entreprise Excavation Normand Jeanson inc. Selon Michaël Jeanson, la méconnaissance de certains citoyens est à blâmer.

Mercredi, La Voix de l'Est révélait en exclusivité qu'un citoyen de Stukely-Sud, Patrick Binckly, avait transmis une plainte au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) parce que l'entrepreneur n'avait pas respecté les conditions stipulées par l'appel d'offres et sa soumission. Il reproche à la municipalité son laxisme dans la surveillance­ des travaux.

Pour en arriver à un tel constat, M. Binckly a analysé les factures et les rapports quotidiens des matériaux transportés dans le cadre des travaux, documents qu'il a reçus à la suite d'une demande d'accès à l'information. 

Il en est venu à la conclusion que, bien que l'entre­preneur local avait formulé une offre de services de 333 898,39 $ taxes incluses, soit 111 891,88 $ de moins que son plus proche compétiteur, les travaux avaient coûté environ 419 000 $, soit 125 % de la somme convenue initialement.

M. Binckly déplorait par ailleurs que les quantités et le type de matériaux utilisés diffèrent de ceux mentionnés dans l'appel d'offres, ce qui a contribué à faire gonfler la facture.

Pas de dépassements de coûts

Michaël Jeanson persiste et signe : il n'y a eu aucun dépassement de coûts. « C'est que dans son appel d'offres, la Ville a fait une demande pour le prix du matériel et la machinerie, mais ils n'ont pas spécifié les heures (le temps d'opération) », explique-t-il, lorsque contacté par La Voix de l'Est.

Selon l'entrepreneur, tous les autres soumissionnaires au contrat en seraient arrivés à un surplus équivalent pour les mêmes raisons. « Je suis tout le temps moins cher, plaide-t-il. C'est une gang de jaloux. »

M. Jeanson explique par ailleurs les changements de matériaux par l'arrivée d'un ingénieur sur les chantiers. Rappelons que c'est à la suite d'une inspection de l'Ordre des ingénieurs du Québec qu'un spécialiste a été embauché par la municipalité.

Acharnement

M. Jeanson ne s'est pas montré surpris de l'existence de la plainte. « Ils sont trop innocents pour savoir comment ça marche », a-t-il répondu, faisant référence aux citoyens qui contestent les contrats que lui octroie la municipalité, qu'il a plus tard qualifié de « lumières éteintes ». Selon lui, « ils ne savent pas lire les soumissions et ne l'ont probablement même pas regardée. »

L'homme d'affaires dit ne pas s'en faire avec les doléances de cette « clique de six ou sept chialeux qui pensent que tout le monde fraude tout le monde » et à laquelle il associe le nouveau maire de l'endroit, Eutiquio Alvarez.

Ce dernier a d'ailleurs affirmé dans nos pages mercredi que les interrogations de M. Binckly étaient légitimes et qu'il souhaitait que la lumière soit faite par le MAMOT sur l'affaire.

« Ce sont eux qui font passer des journées entières à la municipalité à chercher des papiers et à aller en Cour, ajoute M. Jeanson, faisant entre autres référence aux procès intentés par deux citoyens contre lui et la Ville. Ils perdent tout le temps, c'est ça l'affaire. Il n'y en a pas de magouille, mais ils ne le comprennent pas. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer