Terrain commercial à Farnham: une troisième transaction avorte

La Ville de Farnham n'a pas voulu prolonger... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La Ville de Farnham n'a pas voulu prolonger le délai pour conclure la transaction. «(...) On doit être capable de bouger si d'autres propositions intéressantes arrivent (...)», a expliqué le directeur général de la Ville, François Giasson.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Le projet commercial au coin de la route 104 et de la rue Jacques-Cartier Sud à Farnham­ ne se concrétisera pas. Les promoteurs qui souhaitaient acheter le terrain de la Ville n'ont pu respecter la date limite pour conclure la transaction.

Le projet prévoyait la construction d'un dépanneur avec station-service et un établissement de restauration rapide sur les deux terrains de la Ville (les 400 et 500, rue Jacques-Cartier Sud), qui totalisent une superficie de 14 000 pieds carrés. La transaction avait été fixée à 133 000 $. Un terrain contigu, appartenant à des intérêts privés, devait faire partie de la vente.

Les promoteurs demandaient à la Ville de leur laisser plus de temps avant de compléter la vente, a indiqué le directeur général de la Ville, François Giasson. «Le conseil a décidé que ce n'était pas une bonne idée. Ce sont des terrains très bien situés. On ne peut pas tout geler pour un groupe. On doit être capables de bouger si d'autres propositions intéressantes arrivent. On laisse la porte ouverte aux promoteurs s'ils sont prêts à acheter», a-t-il dit en marge de l'assemblée du conseil lundi soir.

C'est la troisième fois que la Ville voit s'envoler une occasion de vendre les terrains qui totalisent 32 000 pieds carrés (Farnham se gardant 18 000 pieds carrés pour réaménager la rue). Elle les a achetés au coût de 318 500 $ à l'automne 2012.

En 2015, la compagnie Sicam a également été incapable de respecter la date d'échéance de l'entente pour réaliser la transaction. Quelques mois plus tard, la vente prévue à Josée Goyette a échoué à la suite du retrait de son offre d'achat.

Réfection de chemins intermunicipaux

Par ailleurs, la Ville de Farnham­ pourra mettre en branle son plan de réfection de ses chemins intermunicipaux. Un règlement d'emprunt de 3 179 600 $ a passé avec succès l'étape du registre la semaine dernière. Seulement une cinquantaine de citoyens l'ont signé pour réclamer un référendum­ sur l'emprunt.

Le plan de la Ville identifie les chemins des Écossais, Magenta, Yamaska et Audette comme étant des artères reliant d'autres municipalités. Un programme du ministère des Transports financera 75 % de la réfection des routes choisies par les MRC.

Le plan d'intervention en infrastructures routières locales prévoit que les municipalités emprunteront les sommes nécessaires et se verront rembourser le capital et les intérêts sur une période de 10 ans.

Un segment de 2,2 kilomètres du chemin des Écossais pourrait être reconstruit dès 2018, a dit M. Giasson­. «On emprunte le montant pour tous les chemins tout de suite. On n'aura pas à refaire l'exercice pour chaque chemin. On veut être prêts quand notre tour va venir.»

La MRC de Brome-Missisquoi administrera le programme pour l'ensemble de ses municipalités membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer