Sages-femmes: naissance du point de service de Granby

De gauche à droite : Annie Pilon (sage-femme), Johanne... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

De gauche à droite : Annie Pilon (sage-femme), Johanne Royer (responsable de l'équipe des sages-femmes), Sonya Tétreault (sage-femme), Yaëlle Beaudry et le petit Théo, Carol Fillion (directeur général adjoint des programmes sociaux et de réadaptation du CIUSSS de l'Estrie-CHUS), Linda Périgny (directrice du programme jeunesse au CIUSSS) et Lynda Castonguay, responsable des services administratifs de la Maison de naissance de l'Estrie, à Sherbrooke.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Savary
La Voix de l'Est

(Granby) Les futures mères et les parents en devenir peuvent désormais être suivis par une sage-femme. Elles n'auront plus à parcourir des dizaines de kilomètres pour bénéficier de ce service. L'annonce officielle a été faite lundi, dans les locaux du 261, rue Laurier, à Granby, où se dérouleront les suivis de grossesse et les rencontres postnatales.

Deux sages-femmes, en l'occurrence Sonya Tétreault et Annie Pilon (en remplacement de Michèle Ouellet), sont déjà disponibles pour rencontrer les futures mères. Jusqu'à quatre sages-femmes pourront suivre les femmes enceintes lorsque la demande le nécessitera. Celles-ci font partie de l'équipe de la Maison de naissance de l'Estrie, à Sherbrooke, qui compte 13 sages-femmes au total.

Ces spécialistes du monde intra-utérin assument la responsabilité complète des suivis de grossesse, de l'accouchement et du suivi postnatal jusqu'à six semaines de vie du bébé.

Les futures mères ont désormais le choix d'accoucher à la maison, à la Maison de naissance de l'Estrie ou à l'hôpital.

L'information semble avoir vite circulé, puisque l'horaire de cette semaine est déjà bien rempli, au dire de Sonya Tétreault.

«On s'attend à ce qu'environ 40 % des accouchements aient lieu à domicile», précise Annie Pilon, ajoutant du même souffle qu'environ 1700 naissances sont recensées annuellement sur le territoire de Granby/Cowansville. L'objectif de l'équipe des sages-femmes et celui du ministère de la Santé est d'accompagner 10 % d'entre elles, soit environ 170 femmes. Comparativement, la Maison de naissance de l'Estrie offre des services à 350 femmes à Sherbrooke.

Naître à la maison

Geneviève Sylvestre, 30 ans, et Martial Teudjouteu, 37 ans, font partie des premiers couples à être suivis au nouveau point de service sages-femmes. Geneviève est enceinte de 29 semaines. «Je pense accoucher à domicile», confie cette résidente de Sutton, en marge de la conférence de presse, la date de son accouchement étant prévue le 20 février. Elle aimerait accoucher dans l'eau - «Il semble que l'eau atténue les douleurs» - et prévoit louer une piscine d'accouchement, fournie par la Maison de naissance de l'Estrie, à Sherbrooke, à laquelle les sages-femmes travaillant à Granby sont d'ailleurs rattachées- administrativement.

«C'est merveilleux qu'il y ait un nouveau point de service, car la demande est là», dit Geneviève Sylvestre. Elle en profite pour rappeler qu'il existe encore beaucoup de préjugés à l'égard des sages-femmes. «Ça devrait pourtant être le suivi de grossesse le plus commun», avance-t-elle.

Quant à lui, le futur papa dit apprécier la part de responsabilité plus importante que les sages-femmes confient aux parents, comparativement à un suivi de grossesse effectué en milieu hospitalier.

Yaëlle Beaudry et son petit Théo, âgé deux mois et demi, étaient également présents lors de la conférence de presse. Cette nouvelle maman n'avait que de bons mots pour les sages-femmes, et en particulier pour Sonya Tétreault, celle qui l'a accompagnée durant cette aventure. «J'ai aimé être enceinte, j'ai aimé allaiter... et j'ai même aimé accoucher!», a dit la nouvelle maman.

Reconnues par le milieu médical

Les sages-femmes travaillent aujourd'hui dans la lumière. Après avoir longtemps dû pratiquer dans l'ombre, elles sont désormais pleinement intégrées au système de santé québécois. «Les médecins de la région sont informés de l'existence du point de service sages-femmes, afin que les gens puissent être au courant de cette offre», indique Carol Fillion, directeur général adjoint des programmes sociaux et de réadaptation du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Une séance d'information aura lieu mardi au CLSC de Cowansville. D'autres auront lieu régulièrement dans la région.

Dès maintenant, les femmes et leurs familles des MRC de Brome-Missiquoi et de la Haute-Yamaska peuvent choisir un suivi sage-femme pour donner naissance en appelant au 450-375-8000, poste 47500.

Les femmes se prennent en main

Le nouveau point de service sages-femmes de Granby est le résultat de la mobilisation de plusieurs femmes, dont Caroline Jacob, instigatrice de ce mouvement.

La responsable administrative de la Maison de naissance de l'Estrie (située à Sherbrooke), Lynda Castonguay, rappelle que les femmes se mobilisent depuis cinquante ans pour faire reconnaître la pratique des sages-femmes. Elle souligne aussi qu'à la fin des années 1990, un comité gouvernemental chargé d'analyser les projets-pilotes de maisons de naissance avait conclu que le gouvernement se devait de légaliser la pratique des sages-femmes. Selon Mme Castonguay, le comité avait conclu à une amélioration de la condition des bébés et des mamans accompagnés par les sages-femmes.

Les sages-femmes ont aussi participé au fait que les mères au Québec allaitent de plus en plus leur enfant. En Estrie, selon Le Devoir, la proportion de bébés allaités à la naissance est passée de 72 % en 2007-2008 à 89 % en 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer