L'usine Stanley démolie à Roxton Pond

La démolition de l'usine Stanley, qui avait fermé... (Catherine Trudeau)

Agrandir

La démolition de l'usine Stanley, qui avait fermé ses portes en 1984, était dans l'air depuis plusieurs années.

Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Roxton Pond) Un pan de l'histoire industrielle de Roxton Pond disparait sous les pelles mécaniques : l'usine Stanley, construite en 1907, est mise à terre par une équipe de démolition qui est à l'oeuvre depuis quelques jours. La scène attire de nombreux curieux de la municipalité.

Les travaux comportent une bonne complexité en raison des fils électriques qui se trouvent tout juste à côté du bâtiment en ruines. Un périmètre de sécurité a été érigé.  

Pendant qu'une pelle mécanique s'affaire à détruire le bâtiment, une autre doit protéger les fils électriques afin qu'aucun débris n'entre en contact avec ceux-ci. Une troisième fait le tri entre les différents matériaux

« Le plan de match, c'était d'avancer vers l'intérieur, vu la proximité des fils. C'est vraiment étape par étape, [le gars dans la pelle mécanique] défait structure par structure, étage par étage », explique Patrick Proulx, journalier pour l'entreprise Dexsen, qui est chargée des travaux.

L'âge du bâtiment ainsi que l'usure du temps rajoutent à la complexité des travaux, qui doivent durer deux semaines. Les travailleurs sont à l'ouvrage depuis une semaine déjà. 

Récupération

Depuis plusieurs années, la démolition de l'usine Stanley, qui avait fermé ses portes en 1984, était dans l'air. Plusieurs projets avaient été avancés pour assurer la conservation de ce bâtiment qui appartient au patrimoine industriel de Roxton Pond et du Québec. La rénovation était toutefois devenue chose impossible tant l'usure était avancée.

Toutefois, tout n'est pas perdu, puisque la grande majorité des matériaux seront récupérés. « On récupère tout, ou presque. Le gars dans la petite pelle (mécanique) sépare le bois, le béton et la roche. La municipalité souhaite garder une petite quantité de pierre pour conserver un souvenir de cette usine qui a marqué son histoire », explique Patrick Proulx.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer