Lucie Rémillard: une grande carrière en philanthropie

« Des professionnels de carrière dans ce domaine, ça... (fournie)

Agrandir

« Des professionnels de carrière dans ce domaine, ça n'existait pas quand j'ai commencé », constate Lucie Rémillard.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

Il ne serait pas exagéré d'affirmer que le destin de Lucie Rémillard est exceptionnel. La Suttonnaise a fait progresser la philanthropie autant au Québec qu'à l'étranger, permettant à plusieurs grandes organisations d'asseoir leur réputation et de mener des campagnes de financement hors du commun.

Pour souligner son parcours, l'Association des professionnels en philanthropie - section Québec- lui a récemment décerné le « Prix Carrière exceptionnelle en philanthropie ». 

Cet honneur, elle l'a accepté avec beaucoup d'émotion. « Je n'en revenais pas ! C'est un métier où on a plus l'habitude d'être derrière que devant ! », confie celle qui est à l'origine de l'organisme. Dans son discours de remerciement, Lucie Rémillard a notamment remercié toutes les personnes avec qui elle a pu « mener des campagnes, gravir des montagnes et traverser des océans ».

« Quand on a le bon monde pour demander, on commence à parler de philanthropie », fait-elle remarquer en vantant la force du nombre pour amasser des fonds pour diverses causes. « Nous, on s'adresse à la meilleure partie des gens. »

Diplômée en communication - et communicatrice née -, elle avoue que c'est l'univers de la philanthropie qui l'a choisie, et non le contraire. « Des professionnels de carrière dans ce domaine, ça n'existait pas quand j'ai commencé. »

Elle a tracé la voie. De Centraide du Grand Montréal à l'Institut neurologique de Montréal, à la Fondation du CHU Sainte-Justine, à l'American of Paris Foundation à New York, à l'American Hospital of Paris, puis à l'United Way (Centraide) Tocqueville France, aussi à Paris, Lucie Rémillard a occupé des postes stratégiques, et contribué à la renommée et au financement de ces institutions. 

« Je changeais de poste environ aux cinq ans. J'avais toujours besoin de nouveaux défis », raconte-t-elle. « Dans la vie, il faut avoir du plaisir et s'impliquer. Moi, je dis aux jeunes : amusez-vous, engagez-vous, rendez service ! »

Sa réputation et ses innombrables contacts lui ont même permis d'être nommée au sein d'un comité restreint de 12 leaders provenant de tous les continents pour conseiller l'organisme United Way Worldwide dans son implantation internationale. Une expérience qui lui a fait rencontrer des gens de l'Inde, de l'Afrique du Sud, de la Roumanie, de la Pologne... tout en la faisant voyager. « Pour moi, c'était le boutte du boutte ! », lance Mme Rémillard avec humour.

Retour à la maison

Malgré toutes ces aventures, Sutton demeure pour elle son port d'attache. Native de Saint-Jean-sur-Richelieu, Mme Rémillard a longtemps fréquenté Sutton comme villégiaturante, avant d'y résider en permanence. « Sutton, c'est un coup de coeur quotidien. On vit dans une carte postale à longueur d'année. Et c'est vraiment une belle communauté. »

L'heure de la retraite est encore loin cependant. Bien qu'elle ressente moins le besoin de s'attaquer à de grands projets depuis son retour d'Europe en 2011, Lucie Rémillard demeure très active. Mentore, elle offre aussi ses services de consultation stratégique. 

Et parce qu'elle ressent le besoin de demeurer « intellectuellement engagée », elle vient de terminer un cours d'administration de sociétés de l'Université de Toronto. Elle pourra ainsi mettre sa vaste expérience au profit d'organisations internationales sans but lucratif ou d'entreprises privées. 

Interrogée sur ses autres passions, la dame fait remarquer que sa carrière et sa famille ont pris beaucoup de place dans sa vie. « Mes passions, ce sont les êtres humains. »

Un en particulier devrait ravir son coeur prochainement : elle sera grand-maman pour la première fois !

Liana Adam au moment de recevoir son prix... (fournie) - image 2.0

Agrandir

Liana Adam au moment de recevoir son prix des mains d'Élaine Lalonde de l'Association des professionnels en philanthropie.

fournie

Généreuse Liana !

Une autre résidante de la région fait partie des neuf récipiendaires de la section québécoise de l'Association des professionnels en philanthropie, aux côtés de Lucie Rémillard et Pierre Bruneau notamment. La Farnhamienne Liana Adam a remporté le « Prix Jeunesse par excellence en philanthropie - moins de 18 ans ». 

À 14 ans, Liana est reconnue depuis déjà quelques années pour son profond engagement auprès d'Opération Enfant Soleil. « Je supporte cet organisme parce qu'il aide toutes les maladies, toutes les fondations et donc beaucoup de personnes. C'est aussi plaisant d'aller dans les téléthons ! », affirme-t-elle.

Bien qu'atteinte d'amyotrophie spinale, d'ostéopénie et d'asthme sévère, rien ne semble vouloir freiner l'adolescente et son désir de chanter. À ce jour, elle a enregistré pas moins de trois albums : Moi et J'explose, ses deux premiers en solo, et Hope, son plus récent opus sur lequel elle chante en duo avec Ima et Marie-Ève Roy. Une des pièces du CD a également été écrite par Marc Dupré et Nelson Mainville.

« J'en vends à Farnham et par moi-même. Les profits sont remis à Opération Enfant Soleil. »

À travers diverses activités de financement, auxquelles elle consacre environ une centaine d'heures par année, Liana a pu lui verser plus de 10 000 $ depuis 2013.

Elle prépare d'ailleurs un prochain spectacle-bénéfice qui sera tenu à l'école secondaire Jean-Jacques-Bertrand de Farnham le 4 mai 2017. « Et je n'ai pas l'intention d'arrêter ! », lance-t-elle avec conviction. 

Le fait d'avoir croisé une professionnelle de la philanthropie de la trempe de Lucie Rémillard lors de la remise des prix de l'Association l'a inspirée. « Ça me tenterait de faire ça comme carrière ! »

Cela dit, cette distinction l'a visiblement prise de court. « J'ai été vraiment surprise de recevoir ce prix. Je ne connaissais même pas l'existence de l'organisme. Je ne fais pas ça pour les prix et les honneurs. Je le fais pour moi - j'adore aider et donner mon temps - et pour les autres, car je sais à quel point les organismes ont besoin de sous. Et puis, j'ai du plaisir à chanter pour eux ! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer