Inondations à Brigham: identifier les causes et les solutions

Le secteur formé des rues Decelles et Fortin... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le secteur formé des rues Decelles et Fortin dans l'est de la municipalité de Brigham se retrouve souvent inondé par les eaux de la rivière Yamaska.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Brigham) Quelles sont les causes des inondations qui frappent régulièrement le secteur Fortin-Decelles à Brigham ? Comment peut-on les prévenir ?

L'Institut national de recherche scientifique (INRS) se penche sur ces questions à la demande du ministère de la Sécurité publique. L'organisme devrait remettre un rapport l'été prochain. L'administration municipale a hâte de s'y référer.

« On s'attend à avoir un rapport qui va nous donner un portrait précis de la situation », indique Me Jean-François Grandmont, directeur général de la municipalité. « Quand on a des inondations, des fois, nos véhicules d'urgence ne peuvent même pas se rendre sur place. On ne peut pas continuer comme ça. C'est un gros problème pour nos citoyens. Ils sont exaspérés. »

L'INRS, explique Me Grandmont, étudiera la récurrence des inondations et estimera les dommages causés. Ces données aideront le ministère à décider si les résidents touchés pourront se prévaloir d'un programme de rachat de leur propriété.

C'est ce type de programme qui a été utilisé au lendemain des inondations du lac Champlain et de la rivière Richelieu. Le gouvernement québécois a acheté plusieurs propriétés riveraines des deux plans d'eau. Leurs propriétaires ne voulaient pas reconstruire leur maison endommagée par l'eau.

Que des propriétés soient rachetées par Québec ne changera rien aux responsabilités de la municipalité à l'égard de ses citoyens, souligne Me Grandmont. Des résidents continueront d'habiter le secteur Decelles-Fortin, a-t-il dit.

Le rapport de l'INRS servira de base à la municipalité pour planifier les travaux dans le secteur touché. Il est d'emblée clair que le chemin Choinière, qui longe la rivière Yamaska, devra être rehaussé. L'artère se trouve en zone inondable, fait remarquer le directeur général.

Le pont Duperron qui surplombe la rivière devra également être rehaussé. Lors de fortes averses ou de la crue des eaux, le niveau de l'eau atteint parfois la structure, a dit Me Grandmont. La structure du pont couvert est assez élevée, a-t-il précisé.

Causes

Hormis la récurrence et les dégâts, les facteurs causant les inondations seront étudiés, a dit Me Grandmont. C'est à la demande de la municipalité que le MSP a ajouté cet élément.

La croyance populaire veut que la gestion du barrage au lac Brome explique en bonne partie les problèmes d'inondation vécus en aval de la rivière Yamaska, a dit Me Grandmont. Des informations démontrent que ce n'est pas le cas. « On a eu des inondations quand les vannes du barrage étaient à leur niveau habituel. Ça veut dire que l'eau arrive d'ailleurs. »

Immobilier et mont Brome

Les développements immobiliers en bordure de la rivière Yamaska ainsi que dans le mont Brome et ses alentours pourraient expliquer les montées soudaines de la rivière, croit le directeur général. « Ce qui se passe depuis quelques années en amont a peut-être des impacts sur ce qu'on vit chez nous. On a demandé aux gens de l'INRS de regarder ça. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer