Hüsler défendra son poste en novembre 2017

Le maire de Farnham, Josef Hüsler... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Farnham, Josef Hüsler

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Josef Hüsler a encore la flamme. C'est pourquoi il a bien l'intention d'être sur les rangs en novembre 2017 pour conserver son poste de maire de Farnham.

« J'en ai encore le goût », assure M. Hüsler. « J'ai le goût de continuer à m'impliquer pour les citoyens et pour la ville. Si les citoyens veulent encore de moi, je suis prêt à continuer à travailler pour eux. »

M. Hüsler compte une longue expérience en politique municipale. Il est maire de Farnham depuis 16 ans. Il a aussi occupé cette fonction pendant sept ans à la municipalité de Rainville avant sa fusion avec Farnham en 2000. « J'ai encore l'énergie pour continuer », soutient-il.

Sans entrer dans les détails de son futur programme électoral, M. Hüsler entend porter une attention particulière au développement économique. Les villes doivent pouvoir compter sur des outils financiers pour attirer des entreprises et pour aider celles déjà installées sur leur territoire, croit-il.

Présentement, les municipalités sont limitées à des dépenses annuelles de 100 000 $ pour assurer leur développement économique. Un montant insuffisant, selon lui.

Les organisations municipales sont en discussion avec le gouvernement du Québec pour hausser ce montant à 500 000 $, a dit M. Hüsler. « On doit être capable d'aider des entreprises. On ne peut pas le faire. On perd des occasions de créer des emplois chez nous. Ce n'est pas normal. »

M. Hüsler veut aussi travailler sur les coûts des services aux citoyens. Ils peuvent être réduits, dit-il. La collaboration des municipalités voisines est essentielle pour atteindre cet objectif, avertit-il. Il propose le partage des coûts des services de loisirs, de culture et de voirie et des équipements y étant rattachés.

La même chose peut être accomplie avec le transport en commun, ajoute M. Hüsler. L'utilisation des autobus scolaires n'est pas optimale, dit-il. Ils sont vides la moitié du temps lorsqu'ils viennent de déposer les élèves à l'école ou à la maison. Pourquoi ne pas permettre à des travailleurs d'y prendre place une fois que les élèves n'y sont plus, suggère-t-il.

Contestation et opacité

L'administration de M. Hüsler est contestée depuis plus d'un an par le comité des citoyens de Farnham. Des membres de l'organisme critiquent des décisions du conseil et dénoncent l'opacité de la municipalité. Le maire reconnaît qu'il s'agit d'une des périodes les plus mouvementées de sa carrière politique.

« C'est un petit peu plus difficile qu'avant. Il y a toujours des opinions différentes qui viennent de citoyens. Et c'est normal. Mais on finissait toujours pas s'entendre. Là, c'est plus difficile. On dirait que les gens sont plus impatients qu'avant. Ils veulent des réponses tout de suite, ils veulent que les choses se fassent rapidement. Ce n'est pas possible de leur plaire. »

M. Hüsler est d'avis que certains membres du comité des citoyens ont une mauvaise perception du travail du conseil. Cela nuit à leur analyse, dit-il. « On a trop de gens qui se sentent visés par certaines de nos décisions ou par des règlements municipaux. On prend des décisions pour le bien de l'ensemble de nos citoyens et les règlements doivent être respectés par tout le monde. »

Patrick Melchior lorgne la mairie de Farnham.... (archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Patrick Melchior lorgne la mairie de Farnham.

archives La Voix de l'Est

Patrick Melchior vise la mairie

Le maire Josef Hüsler ne sera pas seul en lice en vue des élections de novembre 2017. Patrick Melchior demandera également aux citoyens de la municipalité de l'appuyer à la mairie.

L'homme de 39 ans n'écarte pas l'idée de former une équipe de candidats pour les six postes de conseillers. « Je suis très, très intéressé par le développement communautaire. On peut faire avancer plein de choses en politique et je veux y contribuer », a-t-il expliqué en entrevue.

M. Melchior a un grand intérêt pour la politique. Il compte deux campagnes électorales à sa fiche : en 2012, en tant que candidat d'Option nationale lors des élections générales au Québec, puis en 2015, sous les couleurs du Bloc québécois, lors des élections fédérales. Dans les deux cas, il briguait le siège dans la circonscription de Brome-Missisquoi.

Résidant de Farnham depuis 2008, M. Melchior dit avoir été tenté de se porter candidat lors des élections municipales de 2013. Celui qui occupe le poste de coordonnateur de la Maison des jeunes de Bedford a finalement préféré attendre.

Durant sa campagne, il a l'intention de parler des façons d'améliorer les services offerts à la population. Il prévoit à cet effet rencontrer le plus de citoyens et de groupes communautaires possibles d'ici les élections pour bien cerner leurs besoins.

« On a tendance à dire aux gens ce dont ils ont besoin plutôt que de partir des gens en leur demandant ce qu'ils veulent », affirme l'homme de 39 ans.

La Ville de Farnham tiendra des consultations publiques au début de la nouvelle année pour mettre sur pied sa planification stratégique. S'il salue l'intention, M. Melchior s'interroge sur le moment choisi. « On va être à quelques mois des élections. C'est très électoraliste de faire ça maintenant. »

En plus de faire une grande place aux groupes communautaires pour qu'ils desservent bien la communauté, M. Melchior entend travailler à inciter les touristes à arrêter au centre-ville en misant sur la situation géographique de la municipalité, une des portes d'entrée de la Route des vins, signale-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer