Ami-Bus: de grosses économies

La directrice générale d'Ami-Bus, Julie Gauthier... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La directrice générale d'Ami-Bus, Julie Gauthier

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Des choix judicieux permettent à l'organisme de transport à but non lucratif Ami-Bus de réaliser d'importantes économies qui se répercuteront dans la quote-part que devront verser les cinq municipalités bénéficiaires du service l'an prochain.

En 2017, Saint-Paul-d'Abbotsford, Sainte-Cécile-de-Milton, Saint-Alphonse-de-Granby, Granby et Roxton Pond verront leur cotisation à Ami-Bus diminuer de 28,5% chacune. «C'est énorme», se réjouit Julie Gauthier, directrice générale.

Selon la gestionnaire, les économies réalisées au cours des trois dernières années, notamment grâce à de nouvelles initiatives, ont permis de dégager une marge de manoeuvre suffisante pour gérer de manière plus autonome.

«Avant, on finançait l'achat des véhicules à même les quote-parts (des villes), explique Mme Gauthier. En 2017, aucune acquisition de véhicule n'est prévue, mais ceux qu'on prévoit acheter en 2018 le seront à même notre budget.»

Les citoyens ne feront pas les frais de ces économies puisque les tarifs devraient rester les mêmes pour la prochaine année. «Les maires les avaient changés en 2014 et ils voulaient qu'ils demeurent ainsi pour la durée du mandat», indique Mme Gauthier.

En outre, l'achalandage a légèrement cru, d'environ 4%, au cours de la dernière année. «On économise aussi en grossissant le service (pour les mêmes dépenses)», renchérit la directrice.

Mesures payantes

Parmi ces initiatives, notons la conversion graduelle de la flotte d'Ami-Bus en véhicules au propane. Un projet-pilote avec un premier autobus s'étant avéré concluant en 2014, l'organisme a poursuivi la transformation des autres véhicules selon ses moyens dès l'année suivante.

Aux dires de Mme Gauthier, cette mesure a permis de générer 30% d'économie, en plus de rendre sa flotte 30% moins polluante. «Ça paraît», note-t-elle.

L'organisme a aussi profité du départ à la retraite d'un de ses chauffeurs, qui agissait également à titre d'homme à tout faire, pour embaucher un nouveau chauffeur qui est également mécanicien. Son expertise fait en sorte d'étirer la durée de vie de la flotte de véhicules d'Ami-Bus.

«Ça nous permet d'économiser des dizaines de milliers de dollars sur la main-d'oeuvre et les pièces», souligne Mme Gauthier. Ce faisant, il ne sera pas nécessaire de remplacer des autobus en 2017.

Enfin, l'implantation il y a un an d'un nouveau système de gestion du temps, qui permet de suivre les employés en temps réel grâce à la géolocalisation, a permis de réaliser des économies. «Notre gestion de temps est beaucoup plus précise et uniforme, alors nous sommes plus efficaces dans notre répartition. On fait plus en moins de temps», constate la directrice.

«Ce sont des investissements que les Villes ont accepté de faire parce qu'ils ont cru en nous», ajoute-t-elle, reconnaissante. Aujourd'hui, ces investissements portent leurs fruits.

Nouvelle page Facebook

Depuis quelques semaines, le service Ami-Bus se trouve aussi sur Facebook afin de rejoindre sa clientèle par un autre moyen. On y retrouve les coordonnées de l'organisme et des informations d'intérêt général, dont l'horaire du service durant le temps des Fêtes. 

On rappelle aux usagers qu'en vue de la période des Fêtes, ils doivent réserver leur transport au plus tard le vendredi 16 décembre, à 14 heures. Les bureaux d'Ami-Bus seront ouverts jusqu'au jeudi 22 décembre 2016 et, exceptionnellement, le mardi 27 décembre entre 8h et 12h. Le service ne sera pas offert les 25 et 26 décembre, de même que les 1er et 2 janvier.

L'horaire du 24 et 31 décembre sera de 11 h à 18 h. L'horaire régulier reprendra le 4 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer