Rouville dévoile son portrait économique

Sébastien L'Heureux, conseiller aux entreprises, Francis Provencher, responsable... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Sébastien L'Heureux, conseiller aux entreprises, Francis Provencher, responsable de l'aménagement, le préfet Jacques Ladouceur et la directrice générale de la MRC de Rouville Susie Dubois ont dévoilé le portrait économique de la MRC dans le cadre de la Semaine mondiale de l'entrepreneuriat.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Marieville) Pour marquer le début de la Semaine mondiale de l'entrepreneuriat, Rouville a dévoilé son portrait économique, obtenu grâce à un nouvel outil qui permettra aux élus et aux gestionnaires de la MRC de prendre des décisions plus éclairées.

Issu de la planification stratégique 2013-2018 de la MRC et conçu par ses services d'aménagement du territoire et du développement économique, le recensement des données a permis de dégager 23 secteurs d'activités économiques répartis à travers les huit municipalités de la région.

Ce faisant, il est possible d'identifier à la fois les forces et les faiblesses industrielles de chaque municipalité en plus de pouvoir dresser un portrait régional, réaliste et détaillé de la situation (voir encadré). « L'outil fait valoir tout le potentiel économique de notre région, a indiqué le préfet de la MRC et maire de Richelieu, Jacques Ladouceur. Il nous permet de voir où est notre potentiel et de savoir comment se démarquer des autres régions tout en l'utilisant comme un levier pour les projets structurants qu'on veut développer. »

Mieux planifier

Grâce aux données recueillies, chaque municipalité de la MRC sera en mesure de connaître son profil socioéconomique. Des informations utiles qui permettront aux élus et gestionnaires de prendre des orientations en toute connaissance de cause.

« Cela nous permettra davantage d'aligner les positions et les politiques de la MRC pour dynamiser le milieu », note Francis- Provencher, responsable de l'aménagement à la MRC.

« On pourra se poser des questions : est-ce que c'est là-dedans qu'on veut investir ? Est-ce que c'est ce secteur-là qui génère le plus d'emplois ? », renchérit son collègue Sébastien L'Heureux, conseiller aux entreprises, développement économique de la MRC.

« Par exemple, poursuit-il, et c'est un exemple tout à fait hypothétique, si Lassonde quittait ou fermait ses portes à Rougemont, quelles seraient nos avenues pour compenser ? En ayant les données, on sera capables de les (cerner) et de mieux réagir. »

Développer intelligemment

Une stratégie d'attraction des entreprises sera éventuellement mise en place, a précisé Mme Dubois. À ce moment-là, le recensement sera utile. « On n'a pas beaucoup de nouveaux terrains à développer, reconnaît la directrice générale. Il faut donc être créatif. »

À la MRC, on reconnaît effectivement que peu de terrains sont disponibles sur le territoire pour permettre le développement de certaines entreprises, c'est pourquoi il faut choisir avec soin celles que l'on souhaite attirer dans la région.

« On est limités dans les choix qu'on a à faire. On n'a pas beaucoup de (territoire) à utiliser, mais il faut bien l'utiliser. Peut-être mieux que d'autres, allègue le préfet Ladouceur. C'est un tout : oui, il faut tenir compte des retombées économiques, mais maintenant, il faut regarder la qualité de vie, parce que c'est ce que les gens recherchent. Il y a donc des choix économiques, mais aussi des choix politiques qui devront être faits. »

Pour le rendre accessible au plus grand nombre, l'outil de classement devrait être mis en ligne au début de 2017, a-t-on fait savoir.

Construire et cultiver

Parmi les secteurs d'activités qu'on retrouve le plus sur le territoire de la MRC de Rouville, notons la construction (19 %), l'agriculture (14 %) et le transport (11 %). Les services à la personne et aux entreprises suivent de près.

Si l'on se penche sur les données par municipalité, on constate que l'agriculture monopolise 35 % des entreprises à Ange-Gardien, loin devant les autres industries. Un constat similaire se dessine à Saint-Paul-d'Abbotsford, où près d'une entreprise sur quatre est reliée à l'agriculture. Quinze pour cent des entrepreneurs oeuvrent aussi- dans la construction.

À Saint-Césaire, l'agriculture et la construction sont également au coude à coude, représentant chacun près de 16 % des industries- présentes.

C'est aussi le cas à Sainte-Angèle-de-Monnoir, où l'agri-culture et le secteur de la construction regroupent entre 20 et 25 % des entreprises recensées sur le territoire. À Rougemont, le secteur de l'agroalimentaire compte pour 17 % des activités économiques, suivi par l'industrie de la construction avec un peu plus de 14 % des entreprises.

À Marieville, Saint-Mathias-sur-Richelieu et Richelieu, la construction occupe le haut du pavé avec un score de 22,5 %; le secteur agricole compte pour moins de 10 % des industries recensées.

Autre fait à souligner, les entreprises comptant cinq employés et moins, ainsi que les travailleurs autonomes, sont de plus en plus nombreuses sur le territoire de la MRC, a fait savoir Sébastien L'Heureux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer