Une Bromontoise en simulation à l'ONU

« J'espérais avoir un pays complètement différent du Canada... (fournie)

Agrandir

« J'espérais avoir un pays complètement différent du Canada et je suis bien servie avec l'Iran, qui a une vision et des valeurs complètement à l'opposé de nous », explique Élisabeth Dionne.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Une Bromontoise inscrite au baccalauréat en études internationales de l'Université de Montréal prendra part à la prestigieuse simulation de l'Organisation des Nations unies , qui se déroulera du 19 au 23 mars à New York.

Élisabeth Dionne, 20 ans, représentera lors de la National Model United Nations (NMUN), avec la délégation de l'UdeM, un pays bien éloigné des moeurs canadiennes : l'Iran. L'étudiante y voit un intéressant défi à relever.

« J'ai très hâte. C'est un projet qui demande beaucoup de temps, mais qui est ô combien motivant. J'espérais avoir un pays complètement différent du Canada et je suis bien servie avec l'Iran, qui a une vision et des valeurs complètement à l'opposé de nous », explique l'ancienne étudiante du Cégep de Granby et du Collège Mont-Sacré-Coeur. « On parle beaucoup de ce pays dans les nouvelles, ça m'intéresse de voir ce qu'il en est réellement. »

Huit heures par semaine sont accordées au projet, mais plus le jour J approchera, plus ce nombre augmentera. « On doit bien étudier notre pays. On doit y arriver comme si c'était des Iraniens qui parlent. On pratique la simulation entre nous et déjà, c'est intéressant. Je n'ose même pas imaginer comment ce sera, une fois rendus dans les locaux de l'ONU », souligne-t-elle, excitée à l'idée de se retrouver à New York. 

L'activité se déroulera entièment en anglais. Un comité où elle devra siéger lui sera assigné sous peu. « C'est certain que l'anglais rajoutera à la difficulté et la préparation jouera pour beaucoup, mais je suis confiante que ça va bien aller », affirme Élisabeth Dionne. Cette dernière a dû participer à un processus de sélection où on évaluait ses aptitudes dans la langue de Shakespeare, avec un test écrit et une entrevue. Plus de 100 personnes y ont participé. 

Activité prestigieuse

Le National Model United Nations  se tient chaque année à New York depuis 1946. Il s'agit d'une des plus grandes et prestigieuses simulations des Nations unies, mais elle est également la seule qui est officiellement parrainée par l'ONU. Les pays membres et différentes organisations non gouvernementales y sont représentés par environ 6500 étudiants provenant de plus de 440 collèges et universités du monde entier.

« Il y a aura des étudiants de différentes universités du Japon, du Brésil, de l'Irlande, du Royaume-Uni, pour ne nommer que ceux-là. Ce sera vraiment enrichissant pour moi. C'est certain que ça va m'aider à me situer pour ce que je veux faire plus tard », croit-elle.

« Je suis intéressée par tout ce qui m'entoure, c'est pourquoi je me suis engagée en études internationales. Une telle opportunité me permettra peut-être de savoir ce qui m'allume le plus », ajoute Élisabeth Dionne.

Une telle activité ne peut s'organiser sans débourser un montant substantiel. Pour la délégation de 36 personnes, il en coûtera 38 000 $ aux étudiants de l'UdeM, afin de payer les frais d'inscription et d'hébergement. Des activités de financement sont donc organisées. « On a plusieurs projets en branle présentement. On veut également se trouver des commanditaires », précise­ l'étudiante.

Une tournée d'écoles est prévue. « On veut introduire les jeunes aux relations internationales, ça peut être intéressant pour eux. Dans la région, il y a d'excellentes chances que nous visitions les 5 et 6es année de l'école des Jeunes Explorateurs, ainsi que les élèves du Collège Mont-Sacré-Coeur », laisse entendre Élisabeth­ Dionne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer