Un sixième mandat à la mairie pour Arthur Fauteux?

Arthur Fauteux sollicitera-t-il un 6e mandat à la... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Arthur Fauteux sollicitera-t-il un 6e mandat à la mairie de Cowansville ? Il entreprend une longue réflexion à ce sujet.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Arthur Fauteux est déchiré. Il aimerait solliciter un sixième mandat comme maire de Cowansville, mais se demande si le temps n'est pas venu de passer le flambeau.

« Je n'ai jamais été aussi embêté », affirme-t-il. « J'ai encore de l'intérêt pour ce travail, mais c'est quatre ans de ma vie. C'est beaucoup », dit-il en faisant allusion à l'âge qu'il aura au terme d'un autre mandat, soit 75 ans. « Il y a des journées où je penche d'un côté, d'autres où je penche de l'autre. Je dois encore y réfléchir. »

Élu sans interruption depuis 1998, M. Fauteux dit avoir encore toute la volonté et l'enthousiasme nécessaires pour poursuivre son travail. L'énergie est un peu moins élevée, reconnaît-il. Même s'il se dit rétabli, la récidive de son cancer du sang l'année dernière l'a affecté. « Si j'étais capable de travailler au rythme que je veux, j'irais. C'est sûr que mon corps m'a parlé. Je n'avais jamais été ralenti par le passé », explique-t-il. « Ça fait partie de ma réflexion. »

Son épouse, Pierrette Paradis, aimerait qu'il passe à autre chose, avoue le maire. En 2013, il lui avait promis qu'il en était à son dernier tour de piste. « Elle m'a beaucoup donné, c'est bien vrai. Elle souhaite bien que je change de rythme. J'ai eu une carrière avant. Mon épouse s'est occupée de l'intendance », image-t-il au sujet de sa présence auprès de leurs enfants. « Elle m'a donné ses plus belles années et je suis en train de lui réserver mes plus vieilles. C'est sûr que je dois réfléchir à tout ça. »

Contrairement à d'autres élus, assure M. Fauteux, il ne s'accroche pas au pouvoir. Il peut très bien imaginer sa sortie de cet univers. Il existe une vie après la politique, dit-il. Il se voit offrir son expérience à des organismes communautaires. « Il y a toujours des choses à faire, des choses à faire avancer. On peut faire beaucoup de bien par le bénévolat. »

Il reste toutefois plusieurs dossiers à mener, reprend aussitôt M. Fauteux. La Ville doit poursuivre son développement économique au bénéfice de toute la population, explique-t-il. « Il faut qu'on continue d'avancer », soutient-il.

Sujets et dossiers complexes

Si le renouveau est une bonne chose en politique, l'expérience l'est autant, dit M. Fauteux. Les sujets et dossiers abordés par les municipalités sont complexes et le deviendront encore plus, pense-t-il. Les élus doivent travailler sur « plusieurs interfaces », dit-il, pour tenir compte des réalités sociales, économiques et environnementales. « Si on ne travaille pas en même temps sur tous ces aspects, on va devoir revenir sur nos pas et recommencer. »

Le maire ne se perçoit pas comme irremplaçable. « Je ne suis pas le seul capable de faire ce travail. D'autres auraient des choses intéressantes à proposer aussi », dit-il. Dans une métaphore dont seul lui a le secret, il estime toutefois être en mesure de bien servir ses concitoyens. « Je suis comme le yogourt; il faut regarder la date d'expiration, mais je ne suis pas rendu là », dit-il d'un ton amusé.

M. Fauteux a l'intention d'annoncer­ sa décision en avril.

Réjean Lehoux estime que la Ville de Cowansville... (Janick Marois) - image 2.0

Agrandir

Réjean Lehoux estime que la Ville de Cowansville doit réduire ses taux de taxation commerciale et industrielle.

Janick Marois

Lehoux souhaite une nouvelle orientation

La Ville de Cowansville doit être plus accueillante envers les industries et commerces, soutient Réjean Lehoux. Candidat à la mairie de Cowansville, il veut abaisser les taux de taxation pour les encourager à venir s'implanter dans la municipalité.

« Ça devient gênant d'inviter les industries et les commerces à venir s'établir chez nous quand on voit les taux de taxes. C'est prioritaire de les réduire si on veut que notre municipalité se développe », affirme-t-il en entrevue.

Propriétaire d'une entreprise d'équipements de restaurant, M. Lehoux envisage depuis quelque temps de se porter candidat. Le temps est venu, selon lui, de donner une nouvelle orientation au conseil. « M. (Arthur) Fauteux est là depuis 18 ans. Je ne veux pas faire son procès. Les gens jugeront son travail. Mais je pense que les chances d'un renouveau sont là et je veux en faire partie. »

Travaillant sur son programme électoral, M. Lehoux estime que la Ville doit réduire ses taux de taxation industrielle et commerciale. Ces deux secteurs sont trop taxés, croit-il, citant le dossier publié dans La Voix de l'Est en février dernier. La municipalité taxe les commerces sur son territoire au taux de 2,50 $ par 100 $ d'évaluation et les industries, 2,80 $. De tels taux, soutient-il, nuisent à ces entreprises en plus d'en décourager d'autres de s'installer dans la ville.

Cette vision est partagée par plusieurs citoyens, notamment des gens d'affaires, rencontrés ces derniers mois, dit M. Lehoux. « On veut faire de grands changements », dit-il.

M. Lehoux possède une grande expérience politique. Il a été le conseiller municipal des citoyens du secteur West-Brome à Lac-Brome de 1983 à 1987. Il a également occupé le poste de vice-président de l'Association du Parti conservateur de la circonscription de Brome-Missisquoi dans les années 80 quand Gabrielle Giroux-Bertrand était députée.

Le candidat annoncera officiellement ses intentions au début de l'année. Il en profitera pour dévoiler­ son programme électoral.

La conseillère du quartier de Ruiter, Corinne Labbé,... (Christophe Boisseau-Dion) - image 3.0

Agrandir

La conseillère du quartier de Ruiter, Corinne Labbé, réfléchit à une candidature à la mairie.

Christophe Boisseau-Dion

Corinne Labbé songe à la mairie

Corinne Labbé pourrait être sur les rangs pour la mairie de Cowansville en 2017. La conseillère municipale y réfléchit.

« J'ai un intérêt à revenir au conseil, mais je n'ai pas encore décidé dans quel poste. Ça demande une très bonne réflexion », a-t-elle dit lorsque nous l'avons jointe vendredi. Elle se donne jusqu'à l'été pour prendre sa décision.

Mme Labbé se rappelle avoir également longuement réfléchi avant de se porter candidate comme conseillère dans le quartier de Ruiter en 2013. Elle veut faire de même maintenant. « Je me suis demandé ce que je pouvais apporter là-dedans. C'était un pas qui m'effrayait à prendre », explique-t-elle.

Le travail d'élu municipal est très difficile, a souligné Mme Labbé. Il exige de l'ouverture et de grandes connaissances des dossiers. « C'est très exigeant au niveau personnel. »

Des citoyens s'interrogent depuis quelques mois sur les intentions politiques de Mme Labbé. Elle a fait une sortie médiatique remarquée, il y a deux semaines, inquiète que le conseil augmente les taxes foncières en janvier pour faire face à la dette de la municipalité. D'autres membres du conseil, dont le maire Arthur Fauteux, n'ont pas apprécié le geste alors que les discussions sur le budget 2017 étaient encore en cours. Lors de la dernière assemblée, M. Fauteux a annoncé qu'aucune augmentation de taxes n'était prévue.

En d'autres occasions durant son mandat, Mme Labbé a eu maille à partir avec le maire, notamment en septembre, en lien avec les travaux de démolition du pont Eugène-Boisvert. Le conseil reprochait à la conseillère du quartier où le pont se trouve de retarder le lancement du chantier en multipliant les demandes d'information.

Que feront les autres élus ?

Marie-France Beaudry (quartier de Vilas)

La conciliation famille-travail est difficile en politique, indique Marie-France Beaudry. La conseillère du quartier de Vilas, qui a deux jeunes enfants, trouve l'exercice d'élever sa famille et de siéger au conseil parfois ardu. Elle ne peut dire si elle demandera aux citoyens un deuxième mandat en 2017. « C'est une grosse responsabilité. J'apprends vite et suis plus à l'aise dans les dossiers de la Ville, mais nous ne les maîtrisons pas tous parfaitement. Il faut faire confiance aux professionnels de la Ville. Ils sont très bons et compétents », explique-t-elle. Mme Beaudry dit trouver difficile et injuste de faire face à certaines critiques de citoyens. Elle prendra sa décision sur son poste dans les prochains mois.

Sylvie Beauregard (quartier Fordyce)

Sylvie Beauregard souhaite pouvoir poursuivre son travail au conseil municipal en novembre prochain. Elle entamerait alors un troisième mandat en tant que représentante du quartier Fordyce-. « Il y a encore des choses que je peux apporter à la municipalité. Ce n'est pas toujours facile. On n'a pas toujours les ressources financières pour nos projets, pour qu'ils avancent plus vite. Il faut y aller étape par étape. Il faut travailler autrement, être créatifs. Mais on finit par avancer. J'aimerais continuer- », a-t-elle affirmé. 

Yvon Pépin (quartier Davignon)

Le conseiller Yvon Pépin demandera aux citoyens du quartier Davignon de lui réitérer leur confiance en novembre 2017. Élu en 2005, il en serait à un quatrième mandat. « J'aime ça. C'est un travail intéressant et ça va bien au conseil », dit-il. Le fait qu'il a un horaire flexible au niveau professionnel lui permet de dégager du temps pour son rôle. « La Ville progresse. On a beaucoup de dossiers en marche et j'aimerais continuer d'y travailler. »

Lucille Robert (quartier Sweetsburg)

Lucille Robert ignore si elle sera de retour à la table du conseil au-delà du mois de novembre 2017. La conseillère du quartier Sweetsburg se donne encore quelques mois pour mûrement réfléchir à la question. « J'aime vraiment mon expérience au conseil, toutes les belles rencontres que je fais avec des citoyens. Mais c'est très prenant. J'ai encore la flamme, mais je me demande si j'aimerais mieux faire autre chose », nous a-t-elle dit. Mme Robert complète son deuxième- mandat.

Nous n'avons pas pu parler avec le conseiller Michel Charbonneau (quartier Bruck).

- par Michel Laliberté

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer