Sort incertain pour un enseignant

Michael Murray, président du conseil des commissaires de... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Michael Murray, président du conseil des commissaires de la commission scolaire Eastern Township

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Cowansville) Un enseignant d'éducation physique, qui aurait giflé un élève de 11 ans, ne reviendra finalement pas enseigner au Heroes Memorial Elementary School de Cowansville, après avoir purgé une suspension de trois mois.

« Il m'a atteint près de l'oeil. Il était gonflé et rouge, je pleurais », a raconté le jeune Wyatt Patch, de Dunham, au réseau CTV de Montréal.

L'incident est survenu en juin dernier, alors que Wyatt Patch se disputait avec un camarade de classe dans le corridor. L'éducateur physique Jean Benoit l'aurait giflé au visage. Des douzaines d'étudiants auraient été témoins de la scène, rapporte CTV. « Il est allé devant Wyatt et l'a giflé au visage. Après, il a dit "comment t'as aimé ça ? (How did you like that ?) " », a indiqué à CTV une étudiante, Jade Gaudreau. 

Il y a deux semaines, les parents des élèves de l'école ont reçu une lettre indiquant que Jean Benoit devait revenir au travail le 14 novembre, après une suspension de trois mois décidée par la commission scolaire Eastern Townhips pour son geste. La famille Patch n'en revenait tout simplement pas. « S'il a eu le courage de me claquer le visage, il pourrait le faire à d'autres », a soulevé Wyatt à CTV. 

La mère de Wyatt Patch, Julie Perkins, a démarré une page Facebook appelée Teacher Alert, où d'autres parents ont partagé leurs inquiétudes à propos de l'enseignant de longue date, notamment sur sa façon de s'adresser aux enfants. « Il lançait des jurons à notre classe et nous donnait des noms », a indiqué la soeur de Wyatt, Kaylah Patch, lors d'une entrevue avec CTV. 

De son côté, le président du conseil des commissaires de la commission scolaire Eastern Township, Michael Murray, a déclaré à CTV que des questions demeuraient sans réponses. « L'incident n'est pas contesté en tant que tel. La sévérité de l'incident est débattue », dit-il, ajoutant qu'une enquête avait été menée et qu'un renvoi n'était pas jugé nécessaire.

« C'était un coup qui aurait pu être accidentel, ou aurait pu être délibéré. Cela aurait pu être un manque de jugement momentané. Ça aurait pu être beaucoup, beaucoup de choses. Ce n'est pas une raison pour mettre fin à la carrière à un être humain qui a consacré un quart de siècle à l'éducation », croit Michael Murray.

Finalement, il a été décidé que Jean Benoit ne retournera pas au Heroes Memorial Elementary School. Le conseil des commissaires n'a pas encore précisé le rôle qui sera assigné à l'enseignant dans le futur.

Ni Jean Benoit ni le syndicat des enseignants n'ont répondu aux appels de CTV Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer