Vélodrome couvert à Bromont: le projet se cristallise

Le directeur général du CNCB, Nicolas Legault, est... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur général du CNCB, Nicolas Legault, est d'avis que l'ovale de Bromont pourrait être couvert d'ici 2018.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Le projet de couvrir l'ovale de Bromont chemine rondement. Un comité d'une quinzaine d'experts, notamment issus du monde financier, de l'ingénierie et du cyclisme de haut niveau, se réunira le 10 novembre pour propulser l'initiative de longue haleine à un autre niveau. Si tout se déroule comme prévu, le vélodrome pourrait avoir un toit d'ici 2018.

Malgré quelques embûches, le directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB), Nicolas Legault, estime que le projet suit la bonne tangente et a « plus que jamais » l'appui populaire. « Avoir un vélodrome couvert à Bromont, les citoyens, les gens d'affaires et les cyclistes y croient. C'est vraiment stimulant, a-t-il indiqué en entrevue. Pour faire avancer un projet aussi important pour la région, mais aussi pour tout le Québec, il faut savoir s'entourer. C'est ce qu'on a fait il y a quelques mois en allant recruter plusieurs spécialistes. »

La rencontre des membres du comité s'articulera principalement autour de quatre objectifs : la mise en place d'un plan de gestion et de communication, l'élaboration d'un échéancier, la mise à jour du plan d'affaires puis le choix des balises et du mode de financement. Le groupe devrait avoir réalisé ces quatre étapes d'ici trois mois, a mentionné Nicolas Legault. 

La piste olympique de Bromont provient des Jeux d'Atlanta de 1996. Il s'agit de la seule installation du genre au Québec depuis la perte de celle de Montréal. Une seconde vie a été donnée à l'ovale lors de son inauguration sur le vaste site du CNCB en juin 2001. 

En mars, une quarantaine d'ingénieurs ont planché sur le projet dans le cadre de la Compétition canadienne d'ingénierie, qui s'était déroulée à Montréal. Des pistes de solutions pour l'aménagement du vélodrome, entre autres en y greffant de nouvelles infrastructures sportives, avaient émergé de ce brassage d'idées. « À date, on veut aménager une piste de marche et de course de 200 mètres, a dit le DG du Centre national de cyclisme. On vise aussi à incorporer d'autres disciplines au centre de la piste. On va les choisir bientôt. »

Subvention

Les dirigeants du CNCB fondent beaucoup d'espoir sur Québec pour que se concrétise le projet de vélodrome couvert, dont le coût était estimé à l'origine à 4,8 M $. Or, le gouvernement provincial a refusé en février la demande de subvention de 2,6 M $ de l'organisation. Celle-ci avait été faite en août au ministère de l'Éducation, dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives - phase III.

Une requête devrait être déposée sous peu dans le cadre de la phase IV du même programme.

Une course à trois

Bromont ne fait pas cavalier seul avec son projet de vélodrome couvert. Une initiative est sur la table dans le secteur de Montréal depuis plusieurs mois déjà. Or, un autre promoteur tente de mettre un projet similaire sur les rails à Trois-Rivières, a récemment dévoilé le quotidien Le Nouvelliste. Ces deux concurrents pourraient venir brouiller les cartes dans la course au financement. 

Le directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC), Louis Barbeau, a reconnu que « les trois projets ont des atouts indéniables », refusant toutefois de se positionner pour le moment. « Notre objectif, c'est qu'il y ait un vélodrome couvert au Québec. Notre rôle est de supporter tous les projets. [Celui qui sera choisi] va permettre, dans un premier temps, de promouvoir les disciplines sur piste. Et d'autre part, de permettre aux athlètes de s'entraîner à l'année sans avoir à s'expatrier. »

M. Barbeau ne se berce néanmoins pas d'illusions. « Les trois projets ont des caractéristiques différentes. [...] Pas de doute que ça chemine bien à Bromont. Mais une chose est certaine, il n'y aura pas deux vélodromes couverts au Québec. » 

La FQSC doit par ailleurs sonder ses membres, entre autres à propos de leur intérêt pour les sports de piste, en marge du congrès de l'organisation. L'événement se déroulera le 19 novembre au Château Bromont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer