Taux de taxes: les Granbyens paieront plus cher

Le prochain PTI sera «le plus important dans... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le prochain PTI sera «le plus important dans l'histoire de la Ville de Granby, adopté sans augmentation de dette», a affirmé Pascal Bonin, dans son discours sur la situation financière de la Ville.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Année électorale ou pas, les Granbyens devront composer avec une augmentation du taux de taxes en 2017, a laissé savoir le maire de Granby, Pascal Bonin, dans son discours annuel sur la situation financière de la Ville.

« Le conseil municipal, comme par les années passées, est soucieux de limiter l'augmentation du taux de taxation afin de tenir compte de la capacité de payer des citoyens de Granby. Cette hausse respectera donc le cadre financier dont la Ville s'est dotée et qui vise à ce que l'augmentation des taxes n'excède pas le pourcentage d'augmentation du rôle d'évaluation », a déclaré le maire, lors de la dernière séance du conseil municipal. 

Concrètement, ce cadre financier, adopté en 2014, veut éviter les bonds appréciables du compte de taxes lors du dépôt d'un nouveau rôle d'évaluation triennal. Dorénavant, dit le maire, les hausses sont donc plutôt réparties sur quelques années afin qu'au cumul, elles correspondent à l'augmentation réelle de la maison moyenne au rôle d'évaluation. 

Et l'année 2017 n'y fera pas exception. « Le conseil municipal a choisi d'avoir un budget réaliste, pas populiste, ni électoraliste. On veut faire de la politique différemment. Ça ne rend pas service à personne de faire des gels de taxes les années d'élection parce que quand le marteau tombe l'année d'après, il tombe raide », a déclaré mardi Pascal Bonin.

Selon lui, les détails du compte de taxes 2017 seront présentés lors de l'adoption du budget et du programme triennal d'immobilisation (PTI), le 5 décembre prochain. 

Important PTI

Le maire Pascal Bonin a par ailleurs affirmé dans son discours que le prochain PTI sera « le plus important dans l'histoire de la ville de Granby, adopté sans augmentation de la dette, même qu'une légère diminution est à prévoir ». 

La rénovation de l'église Notre-Dame est un des gros morceaux du PTI 2017. Ce projet, dont les coûts sont estimés à 9 millions - 5,7 millions $ étant payés comptant par la Ville de Granby­ -, permettra entre autres au Cégep de Granby d'y installer les étudiants de sa nouvelle technique de génie mécanique. Le contrat pour la réalisation des travaux devrait être accordé au printemps­ 2017.

Le projet de réaménagement du centre-ville, prévu en quelques phases, sera aussi à l'agenda l'an prochain. « C'est une importante démarche de participation citoyenne qui aura lieu, donnant l'occasion aux citoyens d'exprimer leurs idées et leur vision du projet et ainsi de se l'approprier », a affirmé Pascal Bonin dans son discours. 

La Ville demeurera également à l'affût des programmes de subventions des gouvernements provincial et fédéral pour le projet de centre aquatique. L'objectif, affirme le maire : obtenir 66 % des coûts du projet, soit environ 19,5 millions $.

Surplus

Pascal Bonin a également annoncé qu'en date du 15 octobre 2016, la Ville prévoit terminer l'année avec un surplus de 1,4 million $. L'émission de permis de construction et des subventions non prévues ont généré des revenus additionnels de 600 000 $. Une baisse de près de 1 % des dépenses dans l'ensemble du budget d'opération s'est en outre traduite par des économies de 800 000 $. 

Au 31 décembre 2016, l'endettement total net à long terme est estimé à 79,2 millions $, soit sensiblement­ le même qu'en 2015. 

Comme le stipule la loi, la rémunération du maire et des conseillers a été présentée dans le cadre du discours du maire sur la situation financière de la Ville. Incluant leurs allocations de dépenses respectives, le maire touche des émoluments de 101 762 $ et les conseillers, de 33 564 $. Le maire reçoit également, à titre de préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, une rémunération annuelle de 41 514 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer