Ange-Gardien honore ses bâtisseurs

Fruit d'une collaboration entre la municipalité et la... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Fruit d'une collaboration entre la municipalité et la Société d'histoire et de généalogie des Quatre lieux, le Circuit patrimonial de la municipalité est composé de cinq panneaux d'interprétation présentant bâtiments et lieux historiques.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Ange-Gardien) Deux projets inaugurés mardi à Ange-Gardien visent à honorer ceux qui ont façonné la municipalité au fil du temps. D'abord, un circuit patrimonial retraçant cinq lieux historiques du village, puis un local revampé destiné à ceux qui peuvent profiter d'une retraite bien méritée.

Fruit d'une collaboration entre la municipalité et la Société d'histoire et de généalogie des Quatre lieux, le Circuit patrimonial de la municipalité est composé de cinq panneaux d'interprétation présentant bâtiments­ et lieux historiques.

L'hôtel de ville, ancienne école convertie en bâtiment multifonctions et qui abrite notamment la bibliothèque municipale, la salle communautaire ainsi que des locaux utilisés par plusieurs organismes, l'église et le presbytère figurent parmi les points d'intérêt à travers lesquels on raconte l'histoire d'Ange-Gardien.

On met aussi en lumière la maison de Laurent Barré, ministre de l'Agriculture sous Maurice Duplessis­, de même qu'un lieu « oublié », au dire de l'idéateur du circuit Gilles Bachand, un endroit nommé « Angéline ». Situé au bout du rang Saint-Georges, l'endroit a autrefois accueilli une gare, un bureau de poste et quelques commerces. Aujourd'hui s'y trouve une halte de la Montérégiade.

« C'est un legs positif pour les prochaines générations, qui pourront apprendre sur notre patrimoine et notre histoire », a commenté le maire Yvan Pinsonneault.

Le projet s'est concrétisé sous la forme d'un échange entre les deux partenaires. « On a fourni les supports matériels en échange de l'information », illustre l'élu. Seul l'achat du matériel nécessaire a été l'objet de dépenses, la réalisation des panneaux informatifs ayant été confiée à l'interne. 

La mise en place du circuit patrimonial à Ange-Gardien, quelques années après celui de Saint-Paul-d'Abbotsford, est un pas de plus vers la réalisation du projet du président de la Société d'histoire et de généalogie des Quatre lieux, qui souhaiterait doter Rougemont et Saint-Césaire du même type de trajet historique. Une approche a d'ailleurs été tentée auprès de Rougemont il y a quelque temps. « On espère qu'ils vont être réceptifs, note M. Bachand. On aimerait beaucoup que les quatre municipalités puissent jouir de leur circuit. »

En avant-midi, Ange-Gardien a tenu une porte ouverte... (Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

En avant-midi, Ange-Gardien a tenu une porte ouverte à son local destiné aux 50 ans et plus afin de montrer la cure de jouvence dont il a fait l'objet au cours des derniers mois.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Coup de jeune pour le local des aînés

En avant-midi, Ange-Gardien a tenu une porte ouverte à son local destiné aux 50 ans et plus afin de montrer la cure de jouvence dont il a fait l'objet au cours des derniers mois.

Déjà, Ange-Gardien avait utilisé une subvention de 121 000 $ reçue d'Hydro-Québec pour, entre autres, refaire les planchers, la peinture et des armoires. Puis, les fondations ont été réparées afin de mettre fin à l'infiltration d'eau qui abîmait tranquillement la structure de l'immeuble. On a aussi profité de l'occasion pour refaire le drain entourant l'hôtel de ville. 

Pour le reste, la municipalité a pu bénéficier d'une aide financière de 18 100 $ du programme fédéral Nouveaux horizons pour les aînés, dont l'objectif est de favoriser les initiatives ciblant les citoyens du troisième âge. « Ce n'est pas toujours des gros montants qui font la différence, mais le fait de pouvoir contribuer à notre façon », a affirmé le député de Shefford, Pierre Breton.

De ce fait, la subvention a permis de couvrir l'achat de tables et de chaises à cartes, d'une nouvelle table de billard, d'une cafetière, d'une télévision, d'une console de jeux vidéo, d'un poste informatique, d'un nouveau distributeur à boules de bingo, de quelques jeux, pour ne nommer que ceux-là.

Enfin, des panneaux d'insonorisation ont été installés dans la salle, limitant le bruit provenant de l'extérieur et améliorant l'acoustique de l'endroit.

L'occupation du local par les 50 ans et plus s'accompagne d'une programmation variée. Le dimanche, on joue au bingo ; les lundis après-midi sont dédiés au billard ; le mardi, on organise des parties de baseball-poches ; le mercredi, on prend part à un cours de cardio en avant-midi et on joue au palet en après-midi ; le jeudi, une sortie hebdomadaire de quilles est prévue et le vendredi après-midi est consacré à des jeux de cartes et de crible.

« Ce sont de grosses améliorations, reconnaît Jean-Paul Girard, un usager de la salle. Il y a trop de jeux, on ne fournit pas ! »

Ces améliorations n'ont pas tardé à faire leur effet : déjà, on constate une hausse de l'achalandage. « Je vois de nouveaux visages », constate Jennie Rainville, directrice du service des loisirs de la municipalité.

L'existence du local et des activités permet de sortir plusieurs aînés de l'isolement, soutient par ailleurs le maire Pinsonneault. « Pour les gens du troisième âge, plus le local est attirant, plus ils vont être intéressés à venir. C'est comme nos jeunes. Ça leur prend un skatepark, un endroit pour s'amuser où ils ont envie d'aller. C'est un peu la même chose avec nos aînés ! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer