Lac-Brome dit non à un camping

À vendre depuis quelques années, le club de... (Janick Marois)

Agrandir

À vendre depuis quelques années, le club de golf de Lac-Brome ne sera pas transformé en camping comme l'espérait un acheteur potentiel.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) La Ville de Lac-Brome refuse que le club de golf de Lac-Brome soit converti en camping. Le conseil a bloqué lundi soir toute possibilité ouvrant la porte à une telle transformation.

L'homme d'affaires Martin Proulx projetait d'acheter le club de golf situé au 710, chemin Lakeside pour le transformer en camping. Il s'était entendu avec les propriétaires Paulette­ et Alcide Allard pour acquérir les 67 hectares du site, a confirmé en entrevue son fils Steven. L'offre était conditionnelle à ce que le zonage permette l'usage camping, a-t-il dit.

La lecture du texte légal sur le zonage du secteur laissait croire que l'usage camping était permis, a indiqué M. Proulx, dont la famille exploite le camping Hatley, à Sainte-Catherine-de-Hatley. Une analyse plus en profondeur a cependant révélé que ce n'était pas le cas ; seules les activités de club de golf et de champ de pratique étaient autorisées, a indiqué le conseiller Lee Patterson, à qui nous avons parlé en fin d'après-midi. « Ce sont les seules choses permises sur ces terrains. »

Le promoteur n'a pas l'intention de demander un changement de zonage puisque la bataille référendaire s'annonce perdue à l'avance, a dit en substance M. Proulx. « On a annulé le projet. La Ville a dit qu'elle n'avait pas d'ouverture pour ça », a-t-il affirmé.

Cette affaire fait grand bruit depuis quelques jours dans la petite municipalité. Une cinquantaine de citoyens, plusieurs du secteur de Foster, ont assisté à l'assemblée du conseil, inquiets qu'un camping puisse s'installer à cet endroit. Un avis public annonçait que le conseil allait devoir statuer sur une demande de dérogation mineure relativement à des activités­ de camping.

La demande, déposée par M. Proulx père, portait sur la bande de protection de 45 mètres longeant le ruisseau Burrell. Le demandeur voulait obtenir le droit d'aménager des chemins d'accès ainsi que des sites de camping à l'intérieur de la bande de protection.

La demande de dérogation mineure apparaissait à l'ordre du jour du conseil. Dès l'ouverture de la séance, toutefois, le maire Richard Burcombe, avec l'appui des autres membres du conseil, a retiré ce point.

Lors de la période de questions, confronté aux questions de plusieurs citoyens, M. Burcombe a expliqué que la demande n'aurait jamais dû se rendre aussi loin dans le processus administratif. Le zonage régissant le terrain où se trouve le club de golf ne permet pas de camping. Le maire a parlé d'« une erreur administrative. »

Parc naturel

Michelle Sénécal, une résidente de Foster, a suggéré que la Ville achète le terrain et le transforme en parc naturel avec sentiers de randonnée et pistes cyclables. Elle a dit qu'il s'agissait d'une entrée importante de la municipalité et que celle-ci devait protéger cette image. Soulignant la proximité du terrain en question avec le lac Brome, la citoyenne a rappelé qu'une des priorités de la Ville était de protéger son environnement­, notamment le lac.

Un autre citoyen, Peter White, a dit que des organismes privés achètent de tels terrains à des fins de conservation. Il a cité la Fondation des terres du lac Brome ainsi que Renaissance lac Brome. 

L'administration municipale voit les choses différemment. Le vaste terrain pourrait accueillir un projet immobilier, pense le maire Burcombe­. « On a toujours pensé qu'on pourrait agrandir notre périmètre­ urbain », a-t-il déclaré.

C'est également l'avis du conseiller Patterson. « Je pense qu'on pourrait avoir un projet qui respecte l'environnement. Il faut réfléchir à ce qu'on souhaiterait voir là », a-t-il dit, précisant lui aussi qu'il s'agit d'une entrée importante de la municipalité.

Le maire a indiqué que les membres du conseil allaient réfléchir à l'idée de transformer le club de golf en parc. « C'est une magnifique propriété, c'est certain, a-t-il souligné. Nous allons regarder ce que nous pouvons faire. »

Golf à vendre

La famille Allard a aménagé le golf Lac-Brome en 1993. Le site avait jusque-là servi de sablière. La propriété est à vendre depuis quelques années. Sa valeur est de 2 548 300 $, selon l'évaluation municipale.

Une grande partie des terrains sont composés de milieux humides, où aucune activité n'est permise, ce qui fait que la valeur imposable de la propriété est de 933 200 $. Mme Allard, qui est responsable du club de golf, n'a pas rappelé La Voix de l'Est lundi. Michel Laliberté

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer