L'Annuel des brasseurs amateurs annulé

Un brasseur maison ne peut consommer sa bière... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un brasseur maison ne peut consommer sa bière à l'extérieur de son domicile, explique Maxime Cloutier, de la Brasserie Dunham et l'un des co-organisateurs.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La déception est palpable chez les brasseurs amateurs du Québec. À deux jours de la tenue de leur événement annuel, la Régie des Alcools, des Courses et des Jeux (RACJ) leur a refusé le permis pour la tenue de leur concours de bières amateur.

« La Régie n'est pas le problème, admet l'un des fondateurs Francis Richer. Le réel problème, c'est le flou dans la loi qui ne permet pas de tenir de tels événements ici. La Régie ne fait que son travail, c'est-à-dire appliquer les lois. »

En effet, un brasseur maison ne peut consommer sa bière à l'extérieur de son domicile, explique Maxime Cloutier, de la Brasserie Dunham et l'un des co-organisateurs. « Ce n'est pas le permis de réunion lui-même le problème... c'est la provenance de la bière. Le brasseur maison ne peut pas sortir sa bière de son domicile », dit-il.

L'Annuel des brasseurs amateurs québécois, soutenu par l'organisme à but non lucratif des Brasseurs amateurs du Québec, s'attendait à recevoir 300 brasseurs d'un peu partout dans la province. « Avec les juges et les bénévoles, c'était près de 400 personnes qui auraient été là. C'est très décevant d'avoir à tout annuler à la dernière minute comme ça », déplore Francis Richer.

Mobilisation à Montréal

En réaction à ce refus, les Brasseurs amateurs du Québec souhaitent créer une mobilisation afin de créer un cadre légal pour démocratiser le brassage maison. « Il faut se rendre à l'évidence que les lois au Québec- sont désuètes. Ce qu'on souhaiterait du moins, c'est que des dérogations soient possibles pour des événements comme le nôtre », fait valoir M. Richer. 

Dans un premier geste, l'événement annuel - maintenant annulé - a été remplacé pour une rencontre au parc Maisonneuve de Montréal, sur le boulevard Rosemont en face de la 3e avenue, samedi, à 10 h. « Ce sera l'occasion de se réunir, de partager, de discuter et de montrer notre solidarité à la cause. Il est maintenant temps d'unir nos forces et de travailler pour l'avenir », lance le co-fondateur de L'Annuel.

Certains des amateurs de bière, déçus, ont proposé d'organiser un événement à l'insu de la RACJ, chose à quoi les organisateurs se refusent. « Ça serait légal dans un cadre privé [de faire un tel événement], mais justement, on ne veut pas se cacher et faire ça dans un sous-sol », croit de son côté Maxime Cloutier. 

« On veut être de bonne foi avec la Régie. On veut être pris au sérieux pour établir un cadre sérieux », souligne Francis Richer.

Dans les moyens étudiés, les Brasseurs amateurs du Québec veulent écrire aux ministres et aux députés pour faire avancer le dossier. « Présentement, nous sommes en mode gestion de crise. Mais dès que ce sera passé, on veut démarrer une action concertée et réfléchie », conclut M. Richer, bien désolé des inconvénients logistiques, monétaires et personnels pour les brasseurs s'étant inscrits à L'Annuel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer