Présidentielle aux États-Unis: l'élection de la honte

Aux yeux de John Ofrias, la présidentielle américaine... (tirée de Facebook)

Agrandir

Aux yeux de John Ofrias, la présidentielle américaine a montré au monde le côté hideux des États-Unis.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Sutton) Le résultat de l'élection présidentielle américaine de mardi sera déterminant pour l'avenir des États-Unis. La Voix de l'Est s'est entretenue avec deux Américains ayant un pied à terre à Sutton et qui sont très inquiets de la suite des choses.

Aux yeux de John Ofrias, la présidentielle américaine a montré au monde le côté hideux des États-Unis. « C'est très triste. Cette campagne a séparé les Américains, la société s'est polarisée, constate le professeur de sociologie dans l'État de New York. La campagne électorale est honteuse. »

« Les gens ne se parlent plus entre eux. Qu'ils soutiennent Trump ou Clinton, ils ne se parlent plus. Ils se tiennent à l'écart les uns des autres s'ils savent qu'ils ne partagent pas les mêmes opinions politiques », renchérit celui qui ne cache pas son « désespoir tranquille » face à la situation.

Jim Cantor, qui demeure dans la région depuis quelques années, voit aussi la division provoquée par l'élection, mais surtout par la candidature du milliardaire. « Mon entourage est très diversifié. J'ai des amis mexicains, biraciaux, des homosexuels... J'ai honte et j'ai peur. Donald Trump mise sur la religion, sur le racisme. Il joue sur les cordes sensibles de plusieurs groupes sociaux. Des gens le voient comme un héros. Les pauvres n'ont aucune idée dans quoi ils s'embarquent », avertit-il.

La faute aux médias

Les deux Américains attribuent aux médias une part de responsabilité quant au climat qui règne actuellement chez nos voisins du Sud. « Les Américains sont manipulés. Ils sont aveuglés par les médias », croit M. Cantor.

M. Ofrias abonde dans ce sens. « Les nouvelles chez nous me font penser à une immense émission de télé-réalité. C'est du divertissement. Les journalistes américains sont des entertainers. Trump l'a compris et il sait en user. C'est pour cela qu'on a une ancienne vedette de télé-réalité comme candidat à la présidence. Autrement, comment expliquer que Trump soit aussi près d'être élu, avec sa manière de traiter les femmes ? Qui d'autre aurait pu dire tout ce qu'il a dit et se retrouver encore dans la course à la présidence ? »

Pour expliquer cela, M. Cantor adhère à une théorie conspirationniste inusitée. « Il ne m'apparaît pas farfelu que Trump se retire à la dernière minute, relève-t-il. À l'époque où les Clinton étaient à la Maison-Blanche, il était très ami avec eux. Je crois qu'il est allé mettre la bisbille au Parti républicain grâce à son argent. Il s'est payé son ascension au sein du parti et il a écarté tous les adversaires qui auraient pu l'emporter contre Mme Clinton. »

D'ailleurs, n'eut été de la victoire de Donald Trump à l'investiture républicaine, les chances de l'emporter d'Hillary auraient été moindres, estiment-ils. « Ça vaut la peine de se le demander. Si Jeb Bush avait remporté l'investiture républicaine, il aurait gagné l'élection », illustre M. Ofrias.

Même si le résultat du scrutin est difficile à prévoir - c'est effrayant, croit M. Ofrias-, l'Américain espère que Clinton va l'emporter. « Un vote pour Clinton, c'est un vote pour un nouveau pays. Un vote pour Trump, c'est un vote pour les guerres nucléaires », note celui qui exercera son devoir de citoyen en début de semaine prochaine.

Pour sa part, Jim Cantor n'ira pas voter. Et même s'il l'avait fait, ce partisan de Bernie Sanders n'aurait appuyé aucun des deux candidats. « Bill Clinton était un bon président. Il a relevé l'économie. À mes yeux, c'était une bonne période pour notre pays. Je ne suis pas sûr que ce sera la même chose avec Hillary. Sinon, Trump est un idiot. C'est un fou (mad man). S'il est élu, c'en est finit de l'ALENA », croit ce spécialiste du comportement oeuvrant dans une école secondaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer