Bélanger vise la mairie, Goulet ne revient pas

L'ex-conseiller municipal Yves Bélanger prépare déjà activement sa... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'ex-conseiller municipal Yves Bélanger prépare déjà activement sa candidature à la mairie de Granby en 2017.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) L'ex-conseiller municipal Yves Bélanger­ a annoncé il y a déjà un an son intention de briguer la mairie de Granby en 2017. Depuis, il n'a pas chômé, même si ce n'est pas encore avant un an que les électeurs seront appelés aux urnes.

M. Bélanger, qui aura 56 ans en 2017, dit ainsi avoir réalisé quatre « focus groups » en mars et en avril derniers avec des citoyens de divers horizons et de tous âges. Il a rencontré environ 80 personnes dans le cadre de cet exercice.

 « Ça nous a donné un beau profil de leurs attentes et de leurs besoins pour le développement de la Ville », a expliqué celui qui a siégé à la table du conseil municipal pour un premier mandat au milieu des années 1990 et pour un deuxième de 2005 à 2009. 

Depuis le printemps, c'est avec les « leaders socio-économiques » et les représentants d'organisations paramunicipales ou économiques de la région que le futur candidat à la mairie­ multiplie les rencontres. 

« J'ai des rendez-vous presque chaque semaine avec différentes personnes de la ville. Au mois de septembre, j'ai envoyé un courriel à plus de 200 organismes pour solliciter une rencontre avec leur groupe. Le but est toujours le même : prendre le pouls de la population, de connaître ses attentes, ses besoins, pour être en mesure de présenter un programme électoral branché sur sa réalité », explique Yves Bélanger. 

Stimulant

Pour l'heure, M. Bélanger agit comme commissaire aux plaintes au Centre hospitalier de Granby à raison de deux jours par semaine et comme directeur du Centre de prévention du suicide à Granby, également deux jours par semaine. Il agit en outre à titre de consultant et de formateur à temps partiel. 

Sa campagne électorale, Yves Bélanger dit la préparer avec un comité stratégique très efficace. Le lancement officiel de sa candidature à la mairie est prévu au printemps 2017. « D'ici là, je vais participer à différentes activités, que ce soit de financement ou de visibilité, mais aussi pour être le plus possible sur le terrain. On va débuter la campagne tranquillement à l'été et l'accélérer à l'automne », souligne-t-il. 

À ce jour, M. Bélanger dit trouver l'aventure très stimulante. « J'ai de bons contacts. Je reçois de bons commentaires. Les gens ont des idées vraiment intéressantes. Ils veulent être entendus et ça me fait plaisir de constater ça », déclare-t-il. 

Celui-ci ne veut toutefois pas épiloguer pour le moment sur les enjeux qui pourraient se trouver au coeur de sa campagne électorale pour ne pas teinter tout de suite ses rencontres. Chose certaine, 2017 arrive rapidement, fait-il valoir. « Je suis content de l'approche qu'on a prise parce qu'elle est centrée sur la population, le citoyen », conclut Yves Bélanger.

Richard Goulet ne revient pas

L'ex-maire de Granby Richard Goulet y a songé jusqu'à il y a quelques mois. Mais il a décidé de ne pas tenter un retour en politique municipale, lors de la prochaine élection de 2017. Il donne même son appui à Yves Bélanger qui, lui, veut se faire élire à la mairie.

« J'y ai pensé longtemps, je l'avoue. Mais quand j'ai analysé froidement ce que j'ai fait pendant huit ans, j'ai quand même passé à travers de quatre élections (2005, 2007, 2009 et 2013) et trois référendums (la fusion de la ville et du canton, l'achat des terres Miner et l'ajout d'une glace à l'aréna). Ça fait une maudite bonne moyenne. Je me suis donné à fond. Et ça a été très prenant », a-t-il fait valoir à La Voix de l'Est. 

L'ex-maire est cependant satisfait du travail accompli. « On a investi près de 280 millions $ en infrastructures. On a remis la Ville en piste, avec l'équipe qui était là », dit M. Goulet.

Mais celui-ci affirme être aujourd'hui en bien meilleure forme qu'il n'était à la fin de son dernier mandat. Il a aussi découvert les plaisirs de voyager depuis quelques années. Il aura 70 ans l'an prochain.

« Ce n'est pas si vieux. Mais je suis en forme et je veux le rester pour voyager. Je veux faire autre chose », déclare Richard Goulet. 

Appui

Dans les circonstances, M. Goulet dit suivre la chose politique un peu plus à distance. « Je vais laisser ça à Yves Bélanger. Il connaît très bien la machine. Il a travaillé avec deux genres de maires très différents : Michel Duchesneau et moi. Il est posé, réfléchi. Quand il travaillait dans le milieu communautaire, il a toujours travaillé en consensus avec les gens, pour la population, et beaucoup pour ceux qui étaient dans le besoin », dit Richard Goulet. 

« Moralement, il est sans tache. Il se donne pleinement. Je pense qu'il devrait faire un excellent maire », ajoute-t-il. 

M. Goulet ne fera donc pas campagne, mais impossible d'éteindre la flamme qui l'a longtemps animé. « Je vais laisser ça aller, mais ce n'est pas parce que ça ne m'a pas tenté... », laisse-t-il tomber.

Un retour comme conseillère pour Éliette Jenneau ?

Ex-conseillère municipale et candidate défaite à la mairie en 2013, Éliette Jenneau n'a pas l'intention de présenter sa candidature à nouveau pour le siège de premier magistrat de la Ville. Mais elle ne ferme pas la porte à un retour en politique comme conseillère municipale dans son district, le deux.

« À la condition qu'il y ait plus de gens qui me sollicitent. Il y en a déjà qui m'en parlent. Mais pas encore assez à mon goût pour que je reprenne le bâton de pèlerin pour partir en campagne électorale. Si l'appel se fait plus fort, j'y réfléchirai. J'ai aimé mon expérience comme conseillère municipale », lance-t-elle.

Mme Jenneau a effectué deux mandats dans le district deux. Elle a tenté de se faire élire l'an dernier, lors de l'élection partielle dans le district trois. Mais elle a été devancée par Julie Bourdon.

Présidente du conseil d'administration de Boréart et commissaire à la commission scolaire du Val des Cerfs, Mme Jenneau affirme continuer à s'impliquer dans la communauté. Et, de ce fait, elle conserve un intérêt toujours aussi vif pour la politique municipale, fait-elle valoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer