Pascal Bonin prêt pour un deuxième mandat

Pascal Bonin, qui souhaite un renouvellement de mandat... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Pascal Bonin, qui souhaite un renouvellement de mandat à la mairie en 2017, n'a pas l'intention de faire une année électorale « bonbon ».

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) À un an des prochaines élections municipales, le maire de Granby, Pascal Bonin, confirme qu'il sollicitera un deuxième mandat. Mais ce sera le dernier, dit-il sans détour.

« J'ai toujours dit que je ferais deux mandats. Les gens préparent tous leur entrée en politique, moi, je veux préparer ma sortie. Il y a beaucoup de politiciens qui allongent les termes et qui font une dépression après. Moi, je crois qu'il y a une vie après la politique », a-t-il fait valoir en entrevue avec La Voix de l'Est.

Pour le moment, Pascal Bonin dit ne pas penser à cet après. Il n'a pas de plan B. Mais il sait d'ores et déjà qu'un saut en politique provinciale ou fédérale ne l'intéresse pas. 

À court et moyen terme, le maire de 44 ans estime toutefois « avoir encore trop de fougue » pour retourner chez lui. Il affirme adorer son travail et « donner tout ce qu'il a dans le réservoir ». 

Et il entend continuer à ce rythme au cours des prochains mois. Son intérêt pour l'obtention d'un nouveau mandat à la mairie maintenant déclaré, celui qui a d'abord été élu comme conseiller municipal en 2009 n'a d'ailleurs pas l'intention de démarrer sa campagne électorale avant la fin des mises en candidature. « Les gens me paient pour diriger et administrer la Ville, pas pour mousser ma figure pour les prochaines élections », laisse-t-il tomber. 

Pas question non plus de « faire une année électorale bonbon », prévient-il d'emblée. « C'est hors de question. On s'est rendu là à force de travail. Et on va appliquer le même raisonnement pour les 11 prochains mois », dit Pascal Bonin. 

Travail

Ce dont Pascal Bonin est le plus fier depuis son élection à la mairie en 2013 ? Son conseil municipal, dit-il. « Quand je suis arrivé, j'ai décentralisé le pouvoir. Les conseillers président maintenant les comités. On travaille en équipe. Je suis plus conscient de la force de l'union qu'avant », affirme-t-il. 

Le dossier de la rue Léger - et la contestation des résidants du secteur pour l'aménagement d'une piste multifonctionnelle - est celui qui lui a donné le plus de fil à retordre. « La façon dont on l'a amené n'était pas la bonne. Je l'ai déjà reconnu. Mais je crois que la finalité est la bonne. C'était la bonne décision. Mais il faut apprendre de nos erreurs », juge Pascal Bonin. 

À ses yeux, le projet de rénovation de la bibliothèque Paul-O.-Trépanier est par ailleurs le « miroir » de l'administration actuelle. « On est parti avec un projet qui a déjà été évalué à 28 millions $. Nous, on a fait quelque chose qui coûte 2,2 millions $. Et je pense honnêtement qu'il n'y aura pas grand détracteurs quand les gens vont voir le résultat », dit-il. 

Au cours des trois dernières années, Pascal Bonin estime avoir abattu beaucoup de travail.

« On s'est attaqué à de gros morceaux, lance-t-il. On a gagné le procès des terres Miner, réglé le dossier de Joël Neault (un promoteur immobilier qui avait intenté une poursuite contre la Ville) et le problème du pont (Patrick-Hackett). On a redonné une santé financière à la Ville. On n'avait plus un cent quand je suis entré en poste. On s'apprêtait à emprunter dès les premiers mois de l'année pour patcher les premiers trous. On a baissé la dette de 8 % en respectant la capacité de payer des gens », énumère-t-il entre autres. 

Pour sa part, Pascal Bonin dit vivre « une belle histoire d'amour » avec les Granbyens. Et ce sera à eux, ces citoyens qui sont ses « patrons », de juger de son bilan, conclut-il.

Conseillers municipaux : tenteront-ils de se faire élire à nouveau en 2017 ?

Stéphane Giard, district un, élu en 2013

« Je vais y penser, c'est une décision familiale. Mais il y a un intérêt, c'est certain. »

Jean-Luc Nappert, district deux, élu en 2013

« Oui, j'ai l'intention de me représenter. Un mandat, ce n'est pas assez long. Il y a de beaux dossiers en cours. Et j'ai encore le goût de faire des choses pour faire rayonner ma ville. »

Julie Bourdon, district trois, élue en 2015

« Je viens d'être élue. Mais oui, je veux me représenter. Mon objectif, comme conseillère du district, c'est de continuer les dossiers que j'ai entamés. »

Jocelyn Dupuis, district quatre, élu en 2013

« C'est sûr, sûr, sûr. C'est un travail prenant, mais je l'adore. On a tellement de beaux projets. Je veux être là pour les voir se concrétiser. »

Joël Desmarais, district cinq, élu en 2013

« Si la santé est là, j'aimerais poursuivre ce qu'on a commencé. On a beaucoup de projets qui s'en viennent. J'aimerais être présent à l'inauguration de la piscine. La bibliothèque est aussi venue plus vite que prévu. Il y a de beaux projets porteurs qu'on aimerait finir. »

Denyse Tremblay, district six, élue en 2016

« Je viens de commencer. Pour l'instant, je me considère comblée. C'est très agréable. Mais l'avenir nous dira si je me représente. Un jour à la fois. C'est quand même loin dans un an. »

Robert Riel, district sept, élu en 2013

« Oui. J'ai adoré mon expérience. Je veux continuer, ah oui, certain ! »

Éric Duchesneau, district huit, élu en 2013

« Quand je me suis présenté, l'idée, c'était de faire deux mandats, même si je ne savais pas dans quoi je m'embarquais. Au premier mandat, il y a beaucoup d'apprentissage, on n'a pas toujours le temps de faire une différence. J'ai l'intention de me représenter. »

Robert Vincent, district neuf, élu en 2013

« Oui, je vais revenir. Un mandat, c'est court. Il y a beaucoup de choses qui ont été commencées dans le premier mandat et que j'aimerais finir dans le deuxième. »

Michel Mailhot, district dix, élu en 1997

« Je suis en réflexion. Ce n'est ni oui, ni non. J'y pense. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer