Les Jeux équestres mondiaux en Caroline du Nord

À la suite du retrait de Bromont cet... (123RF)

Agrandir

À la suite du retrait de Bromont cet été, la FEI vient d'annoncer que les Jeux équestres mondiaux de 2018 se tiendront à Tryon en Caroline du Nord.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Le retrait en juillet de Bromont pour la tenue des Jeux équestres mondiaux en 2018 a forcé la Fédération équestre internationale (FEI) à trouver un plan B. Ainsi, après Lexington au Kentucky en 2010, la compétition sera de retour en sol américain à Tryon, en Caroline du Nord.

« L'équipe de Tryon a proposé un très beau dossier et nous avons confiance dans le comité organisateur, a indiqué par voie de communiqué Ingmar de Vos, président de la FEI. C'est un très bel endroit et les infrastructures pour les huit disciplines sont presque en place. »

À l'origine, l'événement devait se dérouler à Bromont du 12 au 26 août 2018. Or, la FEI a décidé de reporter les Jeux, qui auront lieu au Tryon International Equestrian Center, au mois suivant, soit du 10 au 23 septembre. Ceci en raison des conditions climatiques défavorables à cette période de l'année.

« Nous remercions le Bureau de la FEI de nous faire confiance en nous offrant l'honneur d'accueillir ce prestigieux événement. C'est une bonne nouvelle pour l'héritage équestre de la Caroline du Nord », a fait valoir le fondateur du centre équestre de Tryon, Mark Belissimo.

Plan B

Rappelons que plusieurs indicateurs laissaient présager un tel dénouement à Bromont. De fait, le Comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM) a tiré un trait définitif sur le projet de longue haleine le 22 juillet.

L'organisation des Jeux peinait à susciter la ferveur des citoyens depuis le jour un. Le projet de manège équestre avait même soulevé la grogne au sein de la population, obligeant les architectes à retourner à la table à dessin.

En avril, le président-directeur général du COJEM, Luc Fournier, ainsi que quatre membres du conseil d'administration avaient quitté le navire. Sans compter les bailleurs de fonds privés qui n'étaient pas au rendez-vous.

Seul l'horloger suisse Longines, affilié à la FEI, avait accordé un peu plus de 3 M $. Bien maigre pour boucler un budget de commandites avoisinant 40 M $. Comme l'a annoncé en primeur La Voix de l'Est le 13 juillet, le refus d'Ottawa de supporter financièrement les Jeux a certes été l'ultime obstacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer