Paramédicaux: mandat de grève générale octroyé

Les paramédicaux de Waterloo ont voté à l'unanimité... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les paramédicaux de Waterloo ont voté à l'unanimité en faveur d'un mandat de grève générale illimitée, jeudi après-midi.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les paramédicaux de Bedford, Waterloo et Cowansville se sont dotés d'un mandat de grève générale illimitée qui pourra être déclenché « au moment opportun », selon le président du Syndicat des paramédicaux et du préhospitalier de la Montérégie (SPPM) - CSN, Gaétan Dutil. Ils rejoignent ainsi plusieurs paramédicaux partout dans la province qui ont aussi voté pour la grève.

Les paramédicaux de Waterloo et de Cowansville ont donné à l'unanimité un mandat de grève générale illimitée jeudi tandis que ceux de Bedford avaient fait de même mercredi en même temps que leurs confrères de St-Jean-sur-Richelieu, aussi représentés par le SPPM.

Quatre autres assemblées sont prévues mardi et mercredi pour rallier d'autres corps paramédicaux, dont une à Farnham. 

Des paramédicaux du Québec sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015 et les négociations piétinent. En obtenant un mandat de grève, les différents syndicats espèrent forcer les employeurs et le gouvernement québécois à bouger.

« Déjà, en ayant donné notre intention d'aller chercher un mandat de grève, le comité de négociation a eu neuf nouvelles dates en un mois, alors qu'on n'en a eu que onze en 19 mois, constate M. Dutil. Les employeurs sentent de la pression. Si dans la première, deuxième et troisième (dates) on n'a rien avancé, on va déclencher la grève. »

Le comité de négociation national décidera si ce moyen de pression s'avère nécessaire.

Pas d'impact sur le service

La population n'a nul besoin de s'inquiéter, assure M. Dutil. Liés par les obligations des services essentiels, les paramédicaux ne peuvent pas réduire les services à la population. Ils seraient même augmentés en cas de grève, explique le président du syndicat, car le moyen de pression obligerait les employeurs à débourser davantage. 

« Actuellement, on a une surcharge de travail et on est en manque de service. Par exemple, un gros service peut avoir 90 véhicules sur un quart de jour, mais l'employeur peut choisir d'en mettre seulement 70 en temps normal. C'est à sa discrétion. Pendant ce temps-là, les gens n'ont pas un bon service et les paramédicaux ont une surcharge de travail. En temps de grève, il est obligé de mettre les 90, de fournir le service à 100 %. S'ils refusent, on appelle la Commission du travail et on les dénonce. C'est arrivé en 2012, on a dénoncé deux employeurs qui ne voulaient pas mettre les ajouts et on a gagné. »

Les points qui achoppent

Plusieurs points achoppent dans les négociations entre patrons et paramédicaux. Les patrons à la table de négociation veulent que la nouvelle convention collective soit à coût zéro et rapporte des profits. Une demande qui, selon M. Dutil, n'améliorerait pas la qualité du service, alors que plusieurs territoires se retrouvent déjà non couverts à certains moments.

Au niveau des salaires, l'offre patronale est un gel salarial pour 2015 avec un montant forfaitaire de 0,30 $ l'heure travaillée pour un an, puis une augmentation salariale de 1,5 % en 2016. Pour les trois années suivantes, la hausse proposée n'est toujours pas sur papier. Gaétan Dutil considère que c'est comme signer un chèque en blanc.

Quant au régime de retraite, les syndicats demandent que le ministère augmente sa prestation déterminée à 1 %, alors qu'elle se trouve en ce moment à 0,85 %. En revanche, les syndiqués souhaitent eux aussi augmenter leur participation, qui se trouve à 5,8 %.

Ils désirent également aborder la question des horaires de faction qui, disent-ils, nuisent à la qualité et à la rapidité du service autant qu'à la qualité de vie des employés.

La CSN représente 3600 paramédicaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer