Les dorés, une ressource fragile au lac Brome

Les biologistes Isabelle Picard et Louis-Philippe ont participé... (fournie par Renaissance lac Brome)

Agrandir

Les biologistes Isabelle Picard et Louis-Philippe ont participé aux pêches expérimentales en octobre dans le lac Brome.

fournie par Renaissance lac Brome

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Lac-Brome) Les dorés sont toujours présents dans le lac Brome. S'ils semblent en bonne santé, leur nombre ne permet toutefois pas d'affirmer que leur pérennité est assurée, révèle un inventaire réalisé récemment par Renaissance lac Brome.

« C'est une ressource fragile », explique Michel Delorme, président de Renaissance lac Brome. « Tout laisse croire que sa population se porte bien, mais il faut faire attention. Nos analyses vont nous permettre d'en apprendre plus. »

Des pêches expérimentales menées les 6, 7 et 8 octobre ont permis de capturer 256 poissons, dont 101 dorés. Les pêches ont été réalisées avec des filets la nuit, période propice pour les dorés puisqu'ils sont plus actifs.

Les poissons ont été pesés et sommairement examinés sur place par les biologistes Isabelle Picard et Louis-Philippe Gagnon, assistés d'Antoine Roland et de Florent Archambault, pour déterminer leur sexe, leur état de santé et s'ils présentaient des malformations. Ils ont ensuite été acheminés aux laboratoires du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour de plus amples études. Des experts chercheront à découvrir leur âge en analysant l'otolithe des poissons, une pierre dans l'oreille interne des vertébrés.

La compilation de toutes ces informations, indique M. Delorme, permettra de dresser un bilan général de leur croissance et de leur évolution. « C'est le fun parce qu'on a déjà plein de données à étudier. »

Les résultats d'un inventaire des poissons du lac Brome conduit en 2013 par RLB avaient rendu les experts perplexes. Des 919 poissons pêchés, seulement 23 (2,5 %) étaient des dorés. Les perchaudes avaient dominé la liste avec 859 prises (93,5 %). Inquiets qu'aussi peu de dorés aient été capturés, les dirigeants de l'organisme environnemental ont décidé d'en avoir le coeur net. Ils ont décidé d'ajouter d'autres pêches en modifiant leur approche pour mieux documenter la présence de dorés. Ils ont opté pour une pêche de nuit.

Biais de données

« On s'est questionné sur cette première pêche. On voyait bien qu'il y avait un biais dans nos données, que quelque chose ne fonctionnait pas. Ç'a été une bonne décision de changer notre méthode ; on a vu immédiatement la différence. On avait une belle photo des poissons du lac, mais pas assez de données sur le doré. On sait maintenant qu'il y a du doré. Pas en très grand nombre, mais assez pour être rassurés », a dit M. Delorme.

Une deuxième pêche expérimentale aura lieu l'automne prochain. Trois autres sorties de nuit sont prévues, a dit M. Delorme. Les résultats seront jumelés à ceux obtenus en 2013 et cet automne.

Le grand objectif de mieux connaître la composition des poissons est de les protéger, soutient M. Delorme. Et pour le faire, dit-il, il faut avoir en main des données précises. Les perchaudes et les dorés sont des poissons d'intérêt sportif. Vaut mieux s'assurer que leur statut n'est pas menacé, d'ajouter le biologiste. « Toutes ces informations vont nous donner un bon portrait de la situation. On va pouvoir prendre les bonnes décisions pour protéger ces ressources. »

Les prises de Renaissance lac Brome.

- 130 perchaudes

- 101 dorés

- 11 barbottes brunes

- 6 meuniers noirs

- 6 menés à queue tachetée

- 2 achigans à petite bouche

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer