Mont Foster: le promoteur propose un compromis

Le projet initial dans le mont Foster prévoyait... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le projet initial dans le mont Foster prévoyait la construction de 70 maisons de luxe. Les règlements de la municipalité de Bolton-Ouest en limitent toutefois le nombre à 11 lorsqu'un seul chemin d'accès existe.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Bolton-Ouest) Le promoteur d'un projet immobilier dans le mont Foster offre à la municipalité de Bolton-Ouest de créer une réserve naturelle au sommet de la montagne et d'en garantir l'accès à la population. En retour, la municipalité doit lui permettre d'aménager plus de lots que les 11 permis.

La proposition émane de Guy Lussier. Il espère qu'elle permettra à son groupe d'investisseurs de reprendre le projet là où il a été laissé en 2012 à la suite de l'intervention du ministère de l'Environnement. Ce dernier l'a bloqué parce que des travaux de construction d'un chemin de 1,3 kilomètre ont été effectués sans certificat d'autorisation.

Cet aspect du dossier est sur le point de se régler, assure M. Lussier­. « Nous avons fait faire les travaux pour que le chemin soit conforme. On a travaillé avec des spécialistes. On a dépensé 60 000 $. On attend une lettre confirmant que tout est en règle », a-t-il dit.

En transformant plusieurs hectares de forêt au sommet de la montagne en réserve naturelle, explique M. Lussier, la municipalité atteindra son objectif de maintenir l'accès à la tour des scouts, un endroit prisé des randonneurs. Il fait remarquer que la municipalité a instauré deux réserves foncières sur deux lots dans son développement en vue de les transformer en réserve naturelle. Une démarche inutile, selon lui.

De nombreux résidants et de randonneurs de l'extérieur de la municipalité, souligne M. Lussier­, utilisent le chemin Paramount, qui mène au coeur du projet immobilier, pour stationner leur véhicule près du sommet. « On leur permet de le faire parce qu'on veut que les gens profitent de la montagne. Mais on doit entretenir le chemin et on ne nous donne rien en retour. Ce n'est pas vraiment équitable. Ce qu'on demande, c'est de pouvoir vendre d'autres lots. Je crois que c'est raisonnable. »

Se conformer

Toute solution pour dénouer cette impasse exige que le projet soit conforme aux règlements municipaux, soutient Donald Badger. Le maire de Bolton-Ouest rappelle qu'un développement immobilier ne peut compter plus de 11 terrains si un seul accès routier est en place. « C'est ce qui bloque tout le projet », a-t-il dit lorsque joint mardi en fin d'après-midi. « On ne peut pas avoir un compromis qui va à l'encontre des règlements (municipaux) », a-t-il précisé.

En entrevue lundi, M. Lussier a suggéré d'aménager une allée véhiculaire sur l'emprise de l'ancien chemin Summit pour aller rejoindre le même chemin plus au nord. Cela permettrait d'ouvrir un deuxième accès pour le secteur. Une telle solution serait en accord avec la réglementation municipale, dit-il, ce qui lui permettrait de lotir d'autres terrains.

Ce n'est pas le seul irritant dans cette affaire, dit M. Badger. D'abord, les promoteurs doivent respecter les exigences du ministère de l'Environnement, souligne-t-il. Ensuite, ils doivent se plier au schéma d'aménagement de la MRC Brome-Missisquoi qui prévoit qu'aucune rue ne peut être construite ou prolongée à l'extérieur du périmètre d'urbanisation.

Dans la première mouture de ses plans, Domaine Mont Foster, l'entreprise qui détenait à l'époque l'ensemble des terrains, planifiait lotir 70 lots. Les terrains auraient été partagés sur les territoires de Bolton-Ouest ainsi que de Saint-Étienne-de-Bolton, qui occupe le côté est de la montagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer