Une Sherbrookoise recherche son frère et sa soeur biologiques

Marie-Christine Dufour Ménard est déterminée plus que jamais... (Julien Chamberland, La Tribune)

Agrandir

Marie-Christine Dufour Ménard est déterminée plus que jamais à reprendre contact avec son demi-frère et sa demi-soeur, qu'elle n'a pas serrés dans ses bras depuis plus de vingt ans.

Julien Chamberland, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) « Steven et Tania, je vous cherche depuis longtemps. Je n'ai pas beaucoup de contact avec notre père par choix. Mais vous avoir dans ma vie... »

C'est un message tout simple, publié sur la page Facebook Spotted Granby, qui a attiré notre attention. Marie-Christine Dufour Ménard, une jeune mère de famille de Sherbrooke, lance un cri du coeur. Elle souhaite retrouver son demi-frère et sa demi-soeur, aujourd'hui âgés de 20 et de 21 ans. Elle croit qu'ils pourraient se trouver dans la région.

Publié dimanche, l'avis a été partagé plus de 300 fois par les internautes. Mme Dufour Ménard espère que cette fois sera la bonne. Il y a quatre ans, elle avait tenté de retrouver Tania et Steven en tapant leur nom sur Facebook, écrivant un message à tous leurs homonymes. En vain.

« Un manque dans ma vie »

Maintenant, elle est déterminée plus que jamais à reprendre contact avec son demi-frère et sa demi-soeur, qu'elle n'a pas serrés dans ses bras depuis plus de vingt ans. « Il y a toujours eu un manque dans ma vie. Ce n'est pas comme si j'avais appris la semaine dernière que j'avais un demi-frère et une demi-soeur ; j'ai toujours su qu'ils existaient, je les ai déjà vus », rapporte-t-elle.

Élevée par sa mère, Mme Dufour Ménard dit ne jamais avoir été proche de son père, Jean-Marc Ménard. Celui-ci aurait eu deux enfants avec une certaine Patricia Goyette, originaire de la région de Granby, où elle demeure toujours, selon les informations que possède la jeune femme de 30 ans. 

Ayant tous deux des cheveux châtains et les yeux bleus, Tania et Steven Ménard sont nés respectivement le 14 janvier 1995 et le 6 avril 1996 à Repentigny, avant de s'établir dans la région avec leur mère.

Pour une raison que Mme Dufour Ménard ignore, les deux parents ont perdu la garde des enfants, qui auraient été placés en adoption par la Direction de la protection de la jeunesse. « La dernière fois que mon père a eu un contact avec eux, c'était en 1999 », se souvient-elle.

La possible adoption peut avoir compliqué ses recherches. « Ça se peut que leur nom de famille, et peut-être même leur prénom, aient été changés, avance Mme Dufour Ménard. Ça se peut aussi qu'ils ignorent tout de leur histoire. »

«Droit de savoir»

Légalement, seuls les parents biologiques sont en droit de faire une première demande pour reprendre contact avec un enfant placé en adoption. Comme le père de Mme Dufour Ménard l'a fait en 2006 et en 2013, elle pourrait maintenant déposer sa propre demande de retrouvailles, au cas où Tania et Steven désireraient connaître leurs origines.

« Ils ont le droit de savoir qu'ils ont une soeur. Est-ce que quelqu'un le leur a déjà dit ? » demande-t-elle.

Marie-Christine Dufour Ménard entend respecter le choix de Tania et de Steven, qu'ils décident de la rencontrer ou non. « Je ne veux pas les obliger. Mais peut-être qu'un des deux a besoin de moi dans sa vie », philosophe-t-elle.

« Je suis prête à les accueillir dans ma vie, poursuit la jeune mère. J'ai tellement d'amour à donner ! J'ai quatre enfants, ils ont des neveux et des nièces qui ne demandent qu'à les connaître. »

Pour entrer en communication avec Mme Dufour Ménard, prière de contacter l'auteure de ces lignes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer