Auvidec coupe complètement les ponts avec Jean-Guy Roy

Le frère Jean-Guy Roy a démissionné de chez... (archives La Presse)

Agrandir

Le frère Jean-Guy Roy a démissionné de chez Auvidec Media. Les allégations de pédophilie qui pèsent contre lui ne seraient toutefois pas en cause.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Le frère Jean-Guy Roy fait partie de la liste des pédophiles présumés ayant sévi au Collège Mont-Sacré-Coeur des années 40 à 80, a-t-on appris dans la récente version amendée du recours collectif intenté contre les Frères du Sacré-Coeur. L'onde de choc a rapidement frappé chez Auvidec Media, une maison de production spécialisée dans la sphère religieuse. L'organisation s'apprêtait, lundi, à couper complètement les ponts avec le potentiel agresseur.

Michel Maillé est le président du conseil d'administration d'Audivec Media que dirigeait, jusqu'à récemment, Jean-Guy Roy. C'est à son retour de la Foire du livre de Francfort qu'il a appris la nouvelle «coup de poing», pouvait-on lire sur le site d'information religieuse Présence. «J'ai été profondément attristé d'apprendre cette nouvelle. J'étais consterné. Vraiment, ça a été un choc d'apprendre ce qu'on lui reproche», a confié à La Voix de l'Est celui qui est à la tête de la maison d'édition Fides.

Rappelons que le cabinet Kugler Kandestin, qui mène le dossier du recours collectif contre des pédophiles présumés chez les Frères du Sacré-Coeur à Granby, a dévoilé vendredi l'identité des 11 agresseurs ciblés par les dizaines de victimes potentielles ayant brisé le silence jusqu'ici. La requête originale, déposée en Cour supérieure le 7 octobre, a été amendée en ce sens.

Jean-Guy Roy était connu comme un «Frère Maître». On peut lire dans le recours qu'il a dirigé «l'Aile séniore» du collège dans les années 1980. Il a aussi été à la tête de la congrégation à l'échelle provinciale de 1991 à 1995. De plus, il a été à la tête du réseau Radio Ville-Marie (VM) de 2000 à 2012. Il produit la série Dialogues (Canal Savoir) depuis près d'un an. Il collabore également avec le site de nouvelles Huffington Post Québec. Son dernier billet hebdomadaire date du 13 octobre. Il animait jusqu'à tout récemment le magazine télé Lignes de vie. Or, selon Présence, M. Roy a quitté Auvidec à la fin septembre. Ce qu'a corroboré Michel Maillé.

«En plus des allégations d'abus sexuels, j'ai encaissé le départ de M. Roy à mon retour de voyage. Dans sa lettre [datée du 30 septembre], il n'a jamais parlé des allégations de pédophilie qui pèsent contre lui. Il faisait un excellent travail, mais il était au bout du rouleau», a-t-il illustré, avant de lire au bout du fil un extrait de la missive du DG démissionnaire. «Menant le tout tambour battant, sans trop prendre de répit, ma santé physique et psychologique ne tient plus le coup. L'épuisement professionnel sonne le glas de cette aventure si emballante.»

Silence radio

Depuis le dépôt du recours collectif amendé concernant les allégations de pédophilie au Collège Mont-Sacré-Coeur, le frère Jean-Guy Roy a disparu de la sphère médiatique. Ses comptes Twitter, Facebook et LinkedIn ont notamment été fermés. En date de lundi, les billets de M. Roy étaient toujours accessibles sur le site Huffington Post Québec. Toutefois, toutes les traces d'affiliation entre Auvidec Media et le présumé pédophile doivent être retirées, a fait valoir Michel Maillé. «C'est dommage, mais on doit absolument se dissocier de Jean-Guy Roy. C'est une question de crédibilité.» Les membres du conseil d'administration de l'organisation doivent se réunir mercredi pour orchestrer la suite des choses.

Jean-Guy Roy n'a pas rappelé La Voix de l'Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer