Plan d'urbanisme à Granby: une autre étape franchie

Certains commentaires formulés lors de la récente assemblée... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Certains commentaires formulés lors de la récente assemblée publique de consultation tenue dans le cadre de la refonte du plan d'urbanisme ont incité les élus à apporter quelques modifications à la nouvelle mouture.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les élus de Granby ont adopté une version révisée du plan d'urbanisme ainsi que des règlements de zonage et de lotissement, lundi soir, lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal.

«On a analysé chacune des questions posées (lors de la récente assemblée publique de consultation) pour en arriver à une démarche (...). Et on a donné, je pense, une réponse ce soir (lundi) à toutes les personnes qui ont posé des questions en assemblée», a commenté le maire Pascal Bonin aux médias à l'issue de la séance extraordinaire qui, dans les circonstances, s'est étirée sur environ une heure.

Si les élus ont décidé de n'apporter aucun changement à la suite de certaines demandes, d'autres interventions de citoyens se sont toutefois traduites par des modifications aux outils urbanistiques de la Ville. La hauteur maximale des immeubles dans le secteur de la rue Jeanne-d'Arc a, par exemple, été revue à huit mètres plutôt que les 15 mètres projetés. Des résidents du secteur ont plaidé en ce sens, craignant de perdre la vue sur le lac Boivin dont ils jouissent actuellement.

La zone commerciale de la rue Dufferin a également été agrandie dans le secteur Canton, jusqu'à la limite du périmètre d'urbanisation. «Dans la version finale qu'on dépose aujourd'hui, la zone sera agrandie tel que demandé. On constate que ça ne rendrait personne dérogatoire et il y a déjà certaines activités commerciales dans la zone qui fait partie de la demande. On est allés de l'avant avec ça», a fait valoir le directeur du service d'urbanisme, Dominique Desmet.

Autre outil

Un autre citoyen qui demandait que le lotissement soit «cristallisé» dans les secteurs déjà bâtis pour éviter que des maisons soient construites sur des terrains subdivisés, donc plus petits, comme cela s'est produit dans les rues Lavallée, Wolfe et Mullin, n'a pas obtenu gain de cause. Difficile de «geler» le lotissement, a fait valoir le maire Bonin. Par contre, un autre outil, le PIIA (Plan d'implantation et d'intégration architecturale), sera dorénavant utilisé par la Ville, question de s'assurer que les nouvelles résidences s'harmonisent avec les autres du secteur, a-t-il été précisé.

Aussi, même si le phénomène de location à court terme de maisons, appartements et autres chambres selon la formule Airbnb est en vogue, pas question de modifier la réglementation actuelle en ce sens. «C'est une source possible évidente de nuisance», estime Pascal Bonin. Cela ne continuera ainsi qu'à être permis dans les zones commerciales. «On ne souhaite pas les voir pousser partout», dit le maire.

À une autre citoyenne qui souhaite que l'agriculture urbaine soit favorisée, Dominique Desmet a précisé que le sujet sera étudié par le comité de travail qui se penchera sur la question des poules urbaines.

Prochaine étape du processus de révision: un registre sera tenu les 6 et 7 décembre pour les règlements de zonage et de lotissement. Un nombre de 1265 signatures devra être obtenu pour inciter les élus à tenir un référendum.

La dernière refonte du plan d'urbanisme à Granby datait de 2008. Pour l'heure, le maire Pascal Bonin dit être satisfait du déroulement du processus en cours. «Ça va bien pour un exercice de cette envergure-là», affirme-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer