Équité salariale: des articles jugés invalides par la Cour d'appel

Des articles de la Loi sur l'équité salariale sont inconstitutionnels, car... (archives)

Agrandir

archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Des articles de la Loi sur l'équité salariale sont inconstitutionnels, car discriminatoires, a confirmé la Cour d'appel du Québec.

Dans son jugement rendu mercredi, la cour a tranché que ces articles ont pour effet de perpétuer l'inégalité salariale dont sont victimes ceux qui occupent des emplois à prédominance féminine et portent lourdement atteinte au droit à l'égalité.

Ce sont notamment des syndicats qui avaient contesté la loi, dont l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux et le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec.

Le gouvernement du Québec a ainsi été débouté après en avoir appelé d'un jugement rendu le 22 janvier 2014 par le juge Édouard Martin de la Cour supérieure du Québec.

Celui-ci avait également déclaré «invalides, inapplicables, inopérants et sans effet» les articles 76.3 et 76.5 de la Loi sur l'équité salariale. Ces articles avaient été ajoutés lors de la réforme de 2009, modifiant la loi originale adoptée en 1996.

La loi a «pour objet de corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l'égard des personnes qui occupent des emplois dans des catégories d'emplois à prédominance féminine». Une fois l'égalité de salaire atteinte, celle-ci doit être maintenue, afin que des écarts ne se recréent pas, notamment lors des changements dans les catégories d'emplois, dans les tâches effectuées, ou dans la rémunération.

En vertu de la réforme de 2009, les emplois visés devaient être analysés tous les cinq ans afin de déterminer s'ils avaient subi des changements justifiant un ajustement salarial. Cela permettait à un employeur d'effectuer de tels changements au tout début d'une période de cinq ans sans rien devoir payer de façon rétroactive.

Selon les syndicats qui avaient poursuivi le gouvernement québécois, la version initiale de la loi était plus favorable aux travailleurs, car elle prévoyait plutôt pour l'employeur l'obligation de maintenir «en continu» l'équité, et à verser aux employés concernés les ajustements salariaux à compter de ces changements.

Le gouvernement québécois avait plaidé que les modifications apportées en 2009 étaient nécessaires vu l'inefficacité de l'ancien régime.

Discrimination fondée sur le sexe

Dans sa décision, le juge Martin de la Cour supérieure avait notamment conclu que l'absence de rétroactivité dans de telles circonstances, puisqu'elle s'appliquait à des emplois à prédominance féminine, représentait «une source de discrimination fondée sur le sexe».

La Cour d'appel confirme ce jugement, avec des modifications mineures.

«Certes, l'évaluation du maintien de l'équité salariale et les ajustements salariaux sont nécessairement ponctuels, mais l'absence de rétroactivité couplée à un ajustement tous les cinq ans et un processus d'affichage inadéquat ne peuvent passer la rampe», écrit la Cour d'appel, en soulignant que le juge Martin avait conclu avec raison qu'il y avait là discrimination au sens de la Charte canadienne des droits et libertés.

«La Loi modificatrice fait en sorte que, pendant des épisodes pouvant aller jusqu'à 62 mois, l'iniquité salariale, bien que constatée et démontrée, sera tolérée sans être compensée, au détriment des salariées», poursuivent les trois juges de la Cour d'appel.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) a qualifié la décision de la Cour d'appel de «victoire majeure pour les femmes».

«Nous sommes particulièrement fiers de ce jugement, qui confirme qu'il est intolérable de permettre la discrimination salariale envers les femmes, a indiqué la présidente de l'APTS, Carolle Dubé, dans un communiqué. Il s'agit là d'une victoire majeure pour l'ensemble des salariées du Québec.»

L'APTS espère que le gouvernement n'ira pas en appel devant la Cour suprême du Canada. «Nos arguments ont déjà été jugés pertinents par deux fois. Au lieu de s'obstiner à faire traîner en longueur le dossier, nous invitons le gouvernement à s'asseoir avec nous afin de trouver des solutions. Les femmes ont le droit d'être traitées avec équité», a tranché Mme Dubé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer