Nouveau parc industriel Horizon: Waterloo en mode séduction

Chaque jour, près de 23 000 passages sont enregistrés sur... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Chaque jour, près de 23 000 passages sont enregistrés sur l'autoroute 10, à la hauteur de la sortie 88, ce qui assure une importante visibilité au parc Horizon.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Waterloo) La Ville de Waterloo donne un grand coup à son développement économique, en lançant une campagne de promotion pour son nouveau parc industriel Horizon, le long de la sortie 88 de l'autoroute des Cantons-de-l'Est.

Le projet n'est pas nouveau. La Ville souhaitait depuis quelques années développer ce secteur stratégique, qui s'étend sur 11 millions de pieds carrés. Le résultat est aujourd'hui une zone «hybride» à vocation industrielle légère/commerciale de plus de 5,5 millions de pieds carrés offerte aux gens d'affaires. Le parc Horizon est scindé en 38 terrains faisant en moyenne 161 400 pieds carrés chacun, actuellement offert à 1$ du pied carré.

L'autre moitié en zone humide, assure le maire Pascal Russell, sera aménagée pour en faire un atout supplémentaire. Sentiers pédestres et cyclistes, terrains de sport au besoin, la Ville, dit-il, est ouverte aux suggestions des futurs occupants du parc Horizon.

Pour se distinguer des parcs industriels des autres municipalités de la région, celui de Waterloo se spécialisera dans le créneau des produits récréatifs, en mettant en valeur le concept d'usine-boutique. Les PME auront donc un espace ouvert au public qui désire voir et toucher leurs produits. «On veut que ça devienne une halte pour les gens des Cantons-de-l'Est ou en direction des Cantons-de-l'Est.»

Chaque jour, près de 23 000 passages sont enregistrés sur l'autoroute 10, à la hauteur de la sortie 88, ce qui assure une importante visibilité au parc Horizon.

Selon M. Russell, ce projet «d'une ampleur magistrale pour la communauté waterloise» sera le premier du genre au Québec et permettra de redorer l'historique industriel - lourd et souvent polluant - de Waterloo. «On ne veut plus d'impact sur l'environnement et la qualité de vie des citoyens.»

Pour attirer ces nouveaux investisseurs, en facilitant leur implantation chez elle, la Ville travaille de concert avec les firmes LGP Stratégies immobilières et Capital Conseil. Jusqu'à maintenant, la municipalité a investi 50 000$ en études environnementales, 60 000$ en construction de rues et 30 000$ en promotion et services techniques pour ce projet.

Visionnaire

Le propriétaire des Quais de l'Estrie, Gilles Nadeau, a été le premier à s'établir dans le parc industriel, en se portant acquéreur de deux lots en 2013. Un an plus tard, il emménageait dans sa nouvelle usine moderne et nichée en pleine nature.

«J'ai peut-être été visionnaire... D'ici dix ans, ça va changer énormément ici», prédit l'homme d'affaires, qui ne regrette pas un sou de son investissement à Waterloo. La situation géographique, la proximité avec les grands axes routiers et la visibilité jouent en sa faveur, dit-il.

À l'heure actuelle, sept terrains du parc Horizon sont soit loués ou achetés. Outre les lots qui sont la propriété des Quais de l'Estrie et des compagnies Gazoduc TQM et Morika Capital - qui pourrait y construire une station-service avec chaîne de restauration -, on retrouve également trois tours de télécommunications érigées sur les sites en location.

Rencontrée sur place, mardi matin, Christine Chénard des Aliments Activ n'a pas caché qu'elle et son partenaire étudiaient la possibilité de venir s'établir dans le parc autoroutier. L'entreprise de Sainte-Julie, spécialisée dans les repas lyophilisés et déshydratés pour les excursionnistes et les sportifs, pourrait bien être la prochaine sur la liste. «On regarde ça. Il y a des chances», a confié la dame.

En plus de certains incitatifs en matière de taxes foncières, les occupants du parc industriel Horizon auront accès au gaz naturel, à l'aqueduc et aux égouts. La Ville compte y consacrer environ 4 millions$ dès qu'un nombre «rentable» de bâtiments sera construit.

Avec ces avantages, Pascal Russell espère que quatre ou cinq terrains seront vendus chaque année. À terme, il estime que Waterloo pourrait voir sa richesse foncière grimper d'environ 70 millions$ et récolter annuellement 400 000$ en taxes foncières industrielles.

Selon le maire Pascal Russell, le projet de parc industriel autoroutier sera le premier du genre au Québec et permettra de redorer l'historique industriel de Waterloo. - photos janick marois

Chaque jour, près de 23 000 passages sont enregistrés sur l'autoroute 10, à la hauteur de la sortie 88, ce qui assure une importante visibilité au parc Horizon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer