Aéroport Roland-Désourdy: en mode expansion

La présidente de la RARCE et conseillère municipale... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

La présidente de la RARCE et conseillère municipale du district Adamsville, Sylvie Adam, et le directeur général de l'aéroport Roland-Désourdy, Robert Blais, chapeautent le projet d'expansion de l'organisation.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) La Régie aéroportuaire régionale des Cantons-de-l'Est (RARCE) amorce la dernière ligne droite pour acquérir un terrain d'environ 1,3 million de pieds carrés adjacent à la piste du côté est et qui appartient présentement à IBM, a appris La Voix de l'Est. Le projet consiste notamment à inciter de nouvelles entreprises du secteur aéronautique à venir s'implanter sur le vaste site. L'ajout de hangars est aussi dans les cartons.

«Je suis fébrile. L'aéroport est à un moment déterminant dans son développement. Ça fait des années qu'on travaille sur le projet d'expansion. Ça devient plus concret que jamais», a indiqué en entrevue le directeur général de l'aéroport, Robert Blais.

Selon la RARCE, le géant informatique a autorisé la vente de la parcelle de terrain attenante à son usine. Or, pour que la transaction se concrétise, les élus des trois villes propriétaires de l'aéroport, soit Bromont, Cowansville et Granby, doivent au préalable donner leur aval au règlement d'emprunt de 300 000$. Un point en ce sens est à l'ordre du jour de la séance du conseil de Bromont, lundi. En date de vendredi, ce n'était pas au programme des élus de Cowansville pour la rencontre à venir. Idem à Granby.

Les négociations avec IBM ont commencé en marge du premier spectacle aérien des Cantons-de-l'Est, en 2013. «On avait emprunté une partie du terrain en question pour le spectacle [en 2014]. On a constaté le potentiel du site. Alors, on s'est dit "pourquoi ne pas l'acheter? " Et là, on est à un moment charnière dans le dossier», a mentionné la présidente de la RARCE, Sylvie Adam.

Les mains liées

Selon Robert Blais, l'achat du site est la «seule possibilité» pour l'aéroport de poursuivre son essor. «On avait les mains liées depuis plusieurs années, a-t-il imagé. Les gens venaient me voir pour des hangars ou pour établir leur entreprise ici, mais je n'avais pas d'espace à leur offrir.»

En fait, l'aéroport ne dispose actuellement que de trois parcelles de terrain libres, situées principalement près de la rue du Ciel. De plus, le zonage aéroportuaire ne permet pas de construire de nouvelles infrastructures dans les marges latérales de piste (approche). De même, environ 80% de la partie ouest de celle-ci, appartenant à la Ville, est une zone de conservation en raison de la présence de milieux humides.

Pour s'assurer du potentiel de développement du terrain convoité par la RARCE, une étude a été réalisée en août par la firme J.R Environnement. L'analyse a révélé «qu'aucun cours d'eau ni plante à statut précaire estivale n'a été observé sur le terrain et qu'il n'y a aucune mention d'espèces fauniques à statut précaire dans les bases de données du Centre de données sur le patrimoine du Québec», stipule la résolution concernant le règlement d'emprunt adoptée récemment par le conseil d'administration de la RARCE.

Autonomie

Depuis qu'il a pris les rênes de l'aéroport en 2011, Robert Blais planche sur une série de projets qui permettraient à l'organisation d'être autonome financièrement. «On le sait, année après année, le budget pour faire fonctionner l'aéroport qui provient des municipalités (propriétaires) est très serré. (...) Pour devenir autonome, on doit attirer de nouvelles compagnies et permettre à celles qui sont déjà établies de prendre de l'expansion», a fait valoir le DG.

À ce chapitre, il cite notamment en exemple Air Craft Paint, une compagnie qui, comme son nom l'indique, se spécialise dans la peinture d'aéronefs. «Les propriétaires veulent accueillir de plus gros avions, a-t-il spécifié, mais leur hangar ne le leur permet pas. Le nouveau site les intéressera certainement.»

De plus, bien qu'aucune offre tangible ne soit sur la table, M. Blais soutient que de nombreuses entreprises ont «démontré de l'intérêt» pour venir s'établir à l'aéroport.

Par ailleurs, M. Blais s'est réjoui que l'Union des municipalités du Québec (UMQ) ait souligné l'importance des aéroports régionaux, dans le cadre du colloque du Conseil des aéroports du Québec à Boucherville, le 20 septembre dernier. «Au Québec, 38 aéroports appartiennent à des municipalités, à des MRC ou à des corporations municipales. Ces infrastructures aéroportuaires sont primordiales. [...] Leur présence et leur développement sont au coeur de l'occupation dynamique de notre territoire, ainsi que de la vitalité économique et la prospérité de nos communautés», a fait valoir par voie de communiqué le représentant de l'UMQ et maire de Gaspé, Daniel Côté.

«On sent vraiment un momentum dans l'industrie aéroportuaire, a noté le dirigeant de l'aéroport Roland-Désourdy. C'est palpable ici à Bromont.»

Vols passagers

Le projet d'offrir des vols commerciaux à Bromont, entre autres à destination de Toronto, est «bien vivant», a insisté Robert Blais lorsque questionné à ce sujet. Or, pour aller plus avant dans son «opération séduction» auprès des transporteurs, l'entreprise de la rue du Ciel doit recevoir son accréditation de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), une organisation affiliée à Transports Canada.

Rappelons qu'un consortium d'une dizaine d'aéroports régionaux à travers le Canada, dont fait partie celui de Bromont, est en pourparlers avec les instances fédérales pour dénouer l'impasse concernant les coûts élevés des services de contrôle de passagers. «Les vols commerciaux, c'est un plus pour un aéroport comme le nôtre. Mais ça ne nous empêche absolument pas de continuer notre croissance, a assuré M. Blais. On est sur une très belle lancée.» Jean-François Guillet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer