Les camions de cuisine de rue ont passé le test à Granby

Le camion de cuisine de rue Luv Shack... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le camion de cuisine de rue Luv Shack a reçu un bel accueil de la clientèle, estime son propriétaire, Rémi Lahaie.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Présents depuis la fin mai à la Place de la Gare, près de la piste cyclable, les camions de cuisine de rue ont passé le test. Des ajustements seront néanmoins apportés à la formule l'an prochain, avance le directeur général de Commerce et tourisme Granby et région, Sylvain Gervais.

«Ça a été une année test. On est... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

«Ça a été une année test. On est satisfaits de l'expérience», affirme le directeur général de Commerce et tourisme Granby et région, Sylvain Gervais.

archives La Voix de l'Est

«Ça a été une année test. On est satisfaits de l'expérience. On a appris au fur et à mesure. On va prendre le temps de décanter tout ça. Mais il y aura sûrement des choses à faire pour bonifier ça», a déclaré jeudi M. Gervais, tout en précisant que des propositions seront éventuellement soumises au conseil municipal.

«Mais la table est mise pour que ça revienne l'an prochain», a repris M. Gervais. D'emblée, il semble toutefois déjà clair que le nombre de camions (ou de remorques) de cuisine de rue ne devrait pas être appelé à augmenter.

Selon Sylvain Gervais, un post-mortem sera réalisé au cours des prochaines semaines avec les propriétaires des trois camions qui ont participé à ce projet pilote. Deux d'entre eux, La Choppe et Luv Shack, ont été présents sur une base plus régulière, tandis que le camion de Délices et grignotines, lui, s'est présenté en bordure de la piste cyclable de façon plus occasionnelle.

Au cours de l'été, des tables de pique-nique et des supports à vélo ont notamment dû être ajoutés. L'horaire des camions a aussi été assoupli. À l'origine, il devait toujours y avoir au moins un véhicule sur place, mais cette obligation a été levée, particulièrement pour les journées où la météo est moche et les cyclistes plus rares sur l'Estriade, relève Sylvain Gervais.

Améliorations

Le maire Pascal Bonin, qui croyait beaucoup en ce projet, dresse aussi un bilan positif de l'expérience; expérience qui n'a toutefois pu décoller qu'après une série de modifications apportées à la réglementation municipale depuis l'an dernier.

«On veut continuer à le faire. Mais il faut qu'il y ait des ajustements, c'est clair. Il y a des périodes où ça a été très achalandé, d'autres où ça l'a été beaucoup moins. Il faut le reconnaître. J'ai fait des propositions au conseil d'administration de Commerce et tourisme pour bonifier l'environnement, offrir peut-être d'autres choses de complémentaires. L'idée semble avoir plu, mais ça sera à Sylvain (Gervais) et son équipe de voir à ça», a-t-il commenté jeudi.

Le maire Bonin croit qu'il «faut que ça soit non seulement une expérience pour les citoyens, mais il faut que ça soit aussi rentable pour les commerçants».

Le propriétaire du camion Luv Shack, Rémi Lahaie, affirme avoir eu une «belle réception de la clientèle» au cours de l'été. Mais, selon lui, certains efforts pourraient entre autres être faits pour améliorer l'affichage.

«On pourrait aussi penser à de l'animation pour intéresser la clientèle à différents moments de la journée, autant le matin, le midi que le soir. Actuellement, le matin et en soirée, c'est plus tranquille. Il y a place à amélioration. Il pourrait y avoir des rencontres avec les intervenants municipaux pour élaborer différentes stratégies pour varier la clientèle qui vient aux foodtrucks», affirme-t-il.

Si «des efforts sont faits pour améliorer le contexte», le camion Luv Shack devrait être de retour l'an prochain, avance son propriétaire. «C'est une entreprise et des comportements d'achats qui sont à développer. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut donner le temps aux consommateurs et aux entrepreneurs de faire leur place», estime Rémi Lahaie.

En principe, les camions de cuisine de rue peuvent encore se garer les week-ends à la Place de la Gare jusqu'à l'Action de grâces. Mais, ayant d'autres obligations, le Luv shack prévoit déjà être absent pour les deux prochains week-ends. Il a été impossible d'obtenir les commentaires des propriétaires des camions La Choppe et Délices et grignotines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer