Saint-Valérien-de-Milton sous le choc

Le propriétaire de la ferme, Alain Beaudry, 56... (tirée de Facebook)

Agrandir

Le propriétaire de la ferme, Alain Beaudry, 56 ans, est décédé après être descendu dans une préfosse à lisier, mardi après-midi.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(St-Valérien-de-Milton) «À Saint-Valérien ou partout ailleurs au Québec, on n'en veut pas des décès comme ça», a laissé tomber Sylvain Laplante, le directeur du Service des incendies de Saint-Valérien-de-Milton, au lendemain de la tragédie qui a coûté la vie à un producteur agricole et à son employé.

Le propriétaire de la ferme, Alain Beaudry, 56 ans, et son employé, Anthony Lalumière, âgé de 18 ans, sont décédés après être descendus dans une préfosse à lisier, mardi après-midi. Ce serait un des enfants du producteur qui les auraient découverts inanimés et qui a aussitôt alerté les services d'urgence.

«C'est terrible», confie M. Laplante, qui connaissait bien le producteur. De nombreux pompiers, qui sont aussi producteurs porcins, connaissaient également la victime, ce qui a créé une onde de choc parmi les secouristes.

«À la caserne, on pouvait entendre voler une mouche après l'intervention, dit le chef des pompiers. Ils le connaissent tous. C'est quelqu'un qui a des enfants, qui est grand-père. On vient de perdre quelqu'un de bien impliqué dans notre communauté.»

Les premiers éléments recueillis par les secouristes permettent d'établir que le propriétaire et son employé ont voulu effectuer une réparation sur la pompe dans la préfosse à lisier. «Ce que je prétends, c'est que le propriétaire a descendu dans l'échelle quelques marches, a été exposé au gaz H2S (sulfure d'hydrogène) qui dépassait la valeur maximum lors de notre détection de gaz. Et il a eu un malaise, dit-il. Mais les seules personnes qui le savent ne sont plus là...»

Le producteur est alors tombé dans la préfosse et son employé aurait voulu le secourir et a subi le même triste sort. Les pompiers ont dû intervenir avec énormément de précautions en enfilant leur appareil respiratoire.

Enquête

Les inspecteurs de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) se sont rendus sur les lieux de la tragédie. Ils ont ouvert une enquête pour établir les causes de l'accident. Ils ont interdit l'accès à la préfosse tant que certains correctifs ne seront pas apportés.

La CNESST demande à l'employeur de lui fournir une méthode de travail sécuritaire pour des interventions en espace clos, que les travailleurs reçoivent toute la formation nécessaire pour effectuer ce type de travail, que des mesures de supervision des travailleurs soient en place pour ce type de travaux et fournir des équipements sécuritaires aux employés, dont un appareil de protection respiratoire, énumère Héloïse Bernier-Leduc, de la direction régionale de la Yamaska à la CNESST.

En collaboration avec l'Union des producteurs agricoles (UPA), la CNESST a produit une vidéo qui rappelle les principales précautions à prendre avant d'entreprendre des travaux dans un espace clos, notamment de planifier les travaux, analyser les risques avant d'amorcer les travaux, employer des méthodes de travail sécuritaires, avoir les bons équipements et ventiler le bâtiment. La vidéo est disponible sur le site de la CNESST.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer