Budweiser aura la vie sauve

Budweiser pourra pour sa part rentrer chez lui... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Budweiser pourra pour sa part rentrer chez lui une fois qu'il aura eu son congé de l'hôpital vétérinaire. Selon nos informations, cela pourrait avoir lieu mercredi.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Le chien ayant mordu une jeune fille à Saint-Paul-d'Abbotsford à la fin août pourra retourner chez sa propriétaire, mercredi. Cette dernière a accepté la proposition de la municipalité lui permettant de reprendre possession de son animal si elle s'engage à respecter de sévères conditions.

Rappelons que le 1er septembre dernier, le chien, appelé Budweiser, a été saisi par la municipalité après qu'il ait attaqué une jeune fille de 11 ans deux jours plus tôt dans un parc de maisons mobiles. La victime avait subi diverses blessures au dos et au ventre. Le canidé avait ensuite été placé en quarantaine et devait être évalué par un vétérinaire pour déterminer son niveau de dangerosité.

Or, cette étape ne s'est finalement pas avérée nécessaire puisqu'au terme d'une rencontre avec le maire et le directeur général, la propriétaire de Budweiser a accepté de se plier aux conditions dictées par Saint-Paul-d'Abbotsford pour récupérer son chien.

Ces conditions stipulaient notamment la stérilisation, le micropuçage et la vaccination contre la rage de l'animal, qui devra aussi porter une muselière de type panier dès qu'il se trouvera à l'extérieur de la résidence de sa propriétaire. Celle-ci, ou toute autre personne légalement responsable, devra aussi tenir Budweiser avec une laisse d'au plus 1,5 mètre de longueur, en plus de ne jamais le laisser sans surveillance dans un lieu public. Qui plus est, Budweiser devra se trouver dans un enclos ou dans un lieu clôturé quand il se trouvera à l'extérieur de la propriété

Advenant le non-respect de l'une de ces conditions, la municipalité saisira à nouveau le chien et procédera à son euthanasie, précise le directeur général Daniel-Éric St-Onge.

Si elle renonce aux frais de capture et de garde du chien, Saint-Paul-d'Abbotsford pourrait néanmoins émettre des constats d'infraction à la propriétaire, qui s'est déjà acquittée des frais vétérinaires et d'un constat émis par la Sûreté du Québec en lien avec l'agression de la jeune fille.

Le maire de Saint-Paul-d'Abbotsford, Robert Vyncke, se félicite de cette approche de médiation qui, en fin de compte, a permis de sauver la vie du chien. «On s'assoit avec les citoyens, on est à l'écoute, on explique clairement la façon de procéder, a-t-il expliqué lors d'un entretien téléphonique avec La Voix de l'Est. On donne toutes les options aux citoyens pour les responsabiliser, mais le choix leur revient. Dans ce cas, la propriétaire s'est rendu compte qu'elle devait agir de façon responsable.»

La municipalité a informé la mère de la jeune victime de l'entente et des conditions.

Budweiser pourra pour sa part rentrer chez lui une fois qu'il aura eu son congé de l'hôpital vétérinaire. Selon nos informations, cela pourrait avoir lieu mercredi.

Rappelons qu'un autre chien saisi cet été par la municipalité n'a pas connu le même sort. Rocky a été euthanasié après qu'un vétérinaire ait déterminé qu'un risque de récidive était élevé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer