Évaluation foncière: Bromont connaît une croissance fulgurante

Bromont a dévoilé son nouveau rôle triennal d'évaluation,... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Bromont a dévoilé son nouveau rôle triennal d'évaluation, vendredi. On voit ici le directeur des finances et de l'administration, Richard Joyal. Il est entouré de la mairesse, Pauline Quinlan et de l'évaluateur agréé Jean-Pierre Cadrin.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Au cours des 15 dernières années, la valeur foncière globale du parc immobilier de Bromont a connu une croissance fulgurante, passant de près de 400 millions à plus de deux milliards. De même, la valeur moyenne des résidences s'élève à 362 546 $. Voilà deux des principaux points saillants du nouveau rôle d'évaluation triennal que la Ville vient de déposer.

En point de presse vendredi, le directeur des finances et de l'administration de Bromont puis directeur général par intérim, Richard Joyal, a souligné que «pour la première fois dans l'histoire de Bromont, les valeurs totales des évaluations imposables et non imposables sont supérieures à deux milliards».

Les immeubles exemptés de taxes incluent entre autres les écoles, l'hôtel de ville et les bâtiments municipaux, les églises ainsi que le centre de recherche (C2Mi). La valeur de l'ensemble d'entre eux s'élève à 120 M$. Le parc immobilier imposable atteint quant à lui 1,953 milliard, ce qui fait un total de 2,073 milliards.

Jean-Pierre Cadrin, l'évaluateur agréé embauché par la Ville pour la révision du rôle à venir, a d'ailleurs confirmé que la richesse foncière de Bromont est la plus élevée de la MRC Brome-Missisquoi, regroupant notamment Cowansville, Lac-Brome et Sutton.

Celui-ci a également sourcillé à la vue de la hausse de 6 % de la valeur moyenne des résidences d'un à deux logements (excluant les condominiums) à Bromont avec une majoration de 20 500 $. «Ici, on est en région. On est aussi en villégiature. Je fais également la MRC Memphrémagog et on n'atteint pas une moyenne comme ici. C'est assez spécial. On sait que c'est difficile d'acheter une résidence en bas de 200 000 $, mais [Bromont] est rendue avec une moyenne de plus de 362 000 $. C'est beaucoup de sous.»

Les condos, pour leur part, ont vu leur valeur moyenne s'élever à 285 665 $, une augmentation de 4,9 %.

Cet accroissement de la valeur foncière ne semble toutefois pas freiner l'essor de la municipalité, qui a vu son parc résidentiel croître de 400 nouveaux immeubles, toutes catégories confondues, au cours des trois dernières années.

Stabilité

Malgré ces hausses, M. Joyal a remarqué une certaine stabilité dans la croissance des valeurs. «Dans le nouveau rôle, à première vue, il n'y a pas de variations démesurées», a-t-il fait valoir, citant en exemple la valeur des terrains qui, après avoir connu un boom de 31,5 % lors du rôle précédent, augmentera de 14,5 % (15 M$).

En ce qui concerne le secteur résidentiel, l'accroissement global des propriétés a atteint 5,8 %, comparativement à 9,2 % pour le rôle en vigueur.

À quoi attribue-t-on l'écart entre la croissance de la valeur des terrains et celle des bâtiments? «Essentiellement, les matériaux, la main-d'oeuvre, suivent grosso modo l'inflation, qui est actuellement à environ 1,5 %. Si les propriétés se vendent 10 % plus cher, il faut que (la différence) soit absorbée par un des deux, soit le terrain ou la bâtisse», a expliqué M. Cadrin.

Dans toutes ces hausses de valeur, seuls les immeubles industriels affichent une régression, qui se chiffre à 6,6 M$, soit une baisse de 6,8 %. «La dépréciation des bâtiments industriels s'accroît plus rapidement que l'inflation. (...) On perd donc 1 % par année [dans ce créneau]», a spécifié l'évaluateur de la firme J.P. Cadrin & associés.

Bien que peu nombreux, l'ensemble des immeubles à vocation agricole a connu une hausse de valeur atteignant 8,6 %, s'établissant à 62,5 M$.

Taux de taxation

Questionnés à propos de la révision du taux de taxation, les représentants de la Ville sont demeurés évasifs. «C'est prématuré de s'avancer là-dessus. Il faut respecter notre cadre financier, a indiqué Richard Joyal. (...) Le fait que la hausse des valeurs soit moindre à 5,8 %, ça fait qu'il y aura moins de distorsion. Ça signifie moins d'impacts majeurs pour le contribuable.»

Les nouveaux taux de taxation seront dévoilés en décembre, en même temps que le budget. Les citoyens pourront questionner des spécialistes au sujet de la valeur de leur propriété en janvier. Entre temps, les Bromontois peuvent consulter le site de la Ville (bromont.net) pour connaître l'évaluation foncière révisée de leur propriété.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer