Lac Roxton: vignettes et tarifs pour naviguer

Les embarcations à moteur devront être munies d'une... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les embarcations à moteur devront être munies d'une vignette dès 2017 afin de pouvoir naviguer sur le lac Roxton. Les plaisanciers de l'extérieur de Roxton Pond devront payer un tarif journalier avant d'aller sur le plan d'eau.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Roxton Pond) La navigation sur le lac Roxton sera bientôt contrôlée. Dès 2017, les propriétaires d'embarcations à moteur de la municipalité devront se procurer une vignette tandis que ceux provenant de l'extérieur devront payer un tarif quotidien pour se rendre sur le lac.

Le conseil adoptera dans les prochains mois une réglementation ciblant toutes les embarcations dont le moteur excède 9,9 forces, explique Pascal Lamontagne, le conseiller municipal responsable du projet. «On ne veut pas interdire les bateaux à moteur sur le lac. On veut seulement faire en sorte que les gens respectent les règles.»

Il n'existe aucune donnée sur le nombre d'embarcations à moteur que possèdent les riverains du lac Roxton. Aucune donnée non plus concernant le nombre de gens de l'extérieur qui amènent leurs bateaux sur le lac. La municipalité devrait avoir de telles informations, estime M. Lamontagne.

L'accès au lac Roxton pour les bateaux provenant de l'extérieur est possible via le camping de la Fondation Roger Talbot. Des frais de 10 $ sont exigés.

Toutefois, certains bateaux sont mis à l'eau au débarcadère municipal situé dans l'avenue du Lac Ouest. Des citoyens possèdent la clé pour retirer le cadenas ouvrant la barrière de métal.

Le problème est qu'aucun registre de clés n'existe, déplore le conseiller Lamontagne. «Les gens se passent les clés, ouvrent la barrière. On ne sait pas qui vient et combien de gens l'utilisent.»

Le conseil n'a pas décidé à quel prix elle vendra ses vignettes ni quel tarif sera exigé aux plaisanciers de l'extérieur. Les élus doivent également déterminer où l'accès à l'eau pour les bateaux de ces derniers se trouvera. L'idée est de pouvoir contrôler l'entrée et la sortie du débarcadère.

Des discussions sont en cours avec les dirigeants du camping. Cet organisme sans but lucratif a déjà un débarcadère en place et est capable d'assurer une présence pour recueillir l'argent pour les séjours quotidiens.

Outre l'aspect tarification, le conseil s'interroge à savoir si la municipalité ne devrait pas aménager une station de lavage des coques des bateaux. Le lac n'est pas à l'abri des espèces envahissantes, autant florales que fauniques, fait remarquer M. Lamontagne.

«C'est quelque chose qu'on étudie. On a des problèmes avec notre lac. Si on peut éviter d'en avoir d'autres, ça serait une bonne chose.»

Protéger les berges

Cette année, la municipalité a installé des bouées près des rives incitant les plaisanciers à ne pas excéder 10 km/h à l'intérieur de cette zone. Les bouées se trouvent aux endroits où la profondeur du lac atteint 12 pieds d'eau.

Des bouées ont également été mises pour indiquer aux amateurs de wakeboard et de wakesurf où ils pouvaient pratiquer leur sport. Dans les deux cas, les règles visent à protéger les rivages des hautes vagues.

«Tout ça a pour but de responsabiliser les gens. On a mis beaucoup d'effort pour avoir de belles bandes riveraines. Il faut les protéger. On veut une bonne cohabitation entre les différents utilisateurs du lac», indique M. Lamontagne.

Restauration du lac Roxton: des solutions à l'étude

Le prolongement du réseau d'égout municipal autour du lac Roxton en 2007 a mis un terme aux rejets d'eaux usées. Si le bilan de santé du lac s'est amélioré, du travail reste à faire, soutient Marcel Lamoureux.

Président du Comité d'environnement du lac Roxton, il pense que le temps est maintenant venu de restaurer le lac. «On est rendu là», croit-il.

La qualité de l'eau des trois ruisseaux tributaires du lac (les ruisseaux Robidoux, Le Gervais et Le Bigras) est belle, assure M. Lamoureux.

Le comité a amassé au fil des dix dernières beaucoup de données concernant le plan d'eau. Les bénévoles du comité effectuent dix sorties par année sur le lac pour recueillir des échantillons d'eau. Ils analysent notamment le taux de phosphore dans l'eau, la concentration de matières en suspension et sa transparence.

L'organisme, qui fêtera son 40e anniversaire en 2017, est en discussion avec le ministère de l'Environnement pour trouver des moyens pour améliorer la qualité de l'eau du lac. Les solutions proposées seront soumises aux citoyens, a indiqué le conseiller Pascal Lamontagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer