Granby veut un coup de pouce pour la réfection des barrages

La Ville de Granby souhaite profiter d'un coup... (Alain Dion)

Agrandir

La Ville de Granby souhaite profiter d'un coup de pouce financier pour la réfection des barrages du lac Boivin (sur la photo) et du lac sur la Montagne.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby souhaite profiter d'un important coup de pouce pour la réfection des barrages du lac Boivin et du lac sur la Montagne (lac Coupland). Elle a récemment déposé des demandes d'aide financière en vertu d'un nouveau programme qui assumerait 83% des coûts totaux du projet, qui s'élèvent à 5,5 millions$.

Le directeur du bureau de projets à la... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Le directeur du bureau de projets à la Ville de Granby, Daniel Surprenant

archives La Voix de l'Est

Ces demandes s'inscrivent dans le cadre du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU), qui a fait l'objet d'une entente Canada-Québec en juillet dernier. La réfection des deux barrages pourrait être admissible dans le cadre du volet «Infrastructure d'eau», estime l'administration municipale.

«Ce programme-là cadre très bien avec notre projet en lien avec l'usine de filtration et ce qui est autour. Au lac Boivin, le barrage permet de garder le niveau d'eau. Et ça nous permet de prendre l'eau dans le réservoir Lemieux parce que ce sont des vases communicants. C'est la même chose au lac de la Montagne. Ce sont nos deux prises d'eau pour l'usine de filtration», a noté mercredi le directeur du bureau de projets à la Ville, Daniel Surprenant.

Si la Ville bénéficie de subventions, les travaux devront toutefois être vraisemblablement réalisés l'an prochain. À l'origine, la réfection du barrage du lac sur la Montagne était prévue pour cet automne, mais les travaux ont été retardés, car certaines autorisations du ministère de l'Environnement n'ont pas encore été obtenues, relève Daniel Surprenant. La préparation du projet est donc très avancée, précise-t-il.

La Ville ne prévoyait toutefois pas réaliser la réfection du barrage du lac Boivin avant 2018, mais elle souhaite devancer son échéancier pour profiter du programme de subventions. La réalisation des plans et devis sera donc effectuée au cours des prochains mois, souligne le directeur du bureau de projets.

Travaux

Les travaux au barrage du lac Boivin sont estimés à 3,5 millions$, tandis qu'il en coûtera 2 millions$ pour effectuer la réfection du barrage du lac sur la Montagne.

Le maire Pascal Bonin a relevé mercredi que la Ville a prévu payer comptant ces travaux. Si des subventions sont accordées à ces projets de réfection, cela permettra de dégager des sommes supplémentaires qui pourront être utilisées pour réaliser d'autres travaux d'infrastructures, calcule-t-il.

L'année 2017 s'annonce d'ailleurs déjà très chargée, prévient-il. «Quand on regarde le profil du conseil, la première année (du mandat) a été dédiée à la refonte du système financier, la deuxième, à la mise en place du système. À la troisième année, on commence à sentir la vision. J'ai toujours regardé sur une perspective de huit, dix ans. Les années 2017, 2018 et 2019 vont être trois grosses années. (...) On a aussi mis beaucoup d'argent de côté pour réaliser des projets. Et là, on les réalise et on les paie comptant», dit Pascal Bonin.

Eau potable

La réfection des barrages du lac sur la Montagne et du lac Boivin marquera par ailleurs le coup d'envoi de l'important programme «Eau potable» de la Ville de Granby. Des investissements de 100 millions$ sont prévus sur une période de 10 ans, en vertu de ce programme, pour moderniser les infrastructures d'eau potable.

La Ville planche depuis deux ans sur un projet qui prévoit la réfection de la Centrale de traitement d'eau, rue Robitaille. À elle seule, cette intervention, prévue dans quelques années, devrait engendrer des coûts de plus de 70 millions$. Là encore, l'aide des gouvernements devrait être mise à profit.

«Si on ne répare pas le barrage Coupland (du lac sur la Montagne) ou les postes de pompage en bas, ça ne donne rien de réparer l'usine. Il n'y a pas d'eau qui va arriver. Ça va tout ensemble. Toutes les prises d'eau - tout ce qui amène l'eau à l'usine avant d'être traitée - font partie du programme de modernisation. Tout est relié», a expliqué M. Surprenant lors d'un précédent reportage.

Selon lui, comme les travaux en vertu du FEPTEU doivent être exécutés avant le 31 mars 2018, l'annonce des projets admissibles à une aide financière pourrait être effectuée «plus tôt que tard».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer