Granby veut exhumer le curé Gill

La Ville de Granby a entrepris des démarches... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La Ville de Granby a entrepris des démarches afin que la sépulture de l'abbé Marcel Gill, fondateur et bâtisseur de l'église, soit exhumée. Une décision motivée par le projet de conversion de l'ex-lieu de culte.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le projet de conversion de l'église Notre-Dame incite les élus de Granby à entreprendre des démarches peu communes pour obtenir les autorisations nécessaires afin que la sépulture de l'abbé Marcel Gill, fondateur et bâtisseur de l'église, soit déplacée vers le cimetière Notre-Dame, situé rue Cowie.

L'abbé Marcel Gill est représenté sur l'un des... - image 1.0

Agrandir

L'abbé Marcel Gill est représenté sur l'un des vitraux de l'église Notre-Dame.

La sépulture de l'abbé Gill, décédé en 1920, repose dans une crypte sous le choeur de l'église, a laissé savoir lundi soir le maire Pascal Bonin, à l'issue d'une courte séance ordinaire du conseil.

Le sous-sol de l'ex-lieu de culte doit accueillir des étudiants du Cégep de Granby à partir de 2018. Les élus ont ainsi donné le feu vert aux services juridiques afin que les démarches légales soient entreprises. Le maire n'a toutefois pas souhaité, pour le moment, entrer dans les détails. «Ce sont des procédures légales assez complexes. On doit avoir la permission de faire tout ça. Et il faut faire ça dans le respect. Ce n'est pas un dossier standard. À ma connaissance, c'est la première fois qu'une Ville fait ça», a déclaré le maire Bonin aux médias.

Chose certaine, des discussions ont déjà eu cours avec le diocèse de Saint-Hyacinthe pour convenir des modalités de l'inhumation future, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les journalistes ont obtenu copie.

«On a fait des démarches avec le diocèse. On a obtenu tous les accords. On a fait ça de la bonne façon depuis le début et on veut continuer à ce que ça soit fait dans le respect», note Pascal Bonin.

Une fois les autorisations légales obtenues pour l'exhumation, soit d'ici «quelques mois», la Ville a l'intention de donner aux citoyens plus de détails sur l'histoire de l'abbé Gill et de l'église Notre-Dame. «C'est une histoire fascinante», considère le maire.

Payée par les citoyens

Lundi soir, le maire a néanmoins lu un passage d'un texte de la Société d'histoire de la Haute-Yamaska dans lequel il est question du financement ardu pour la construction de l'église. Les fidèles n'étant pas fortunés, le curé Gill avait fondé l'OEuvre du sou de Saint-Antoine qui regroupait 200 bénévoles. Sa mission était de recueillir un sou par semaine de chaque communiant de la paroisse.

«Je voulais noter que c'est une église qui a été payée par les citoyens de la ville. C'est ça qui est important», affirme Pascal Bonin.

Selon la Société d'histoire, la construction de l'église Notre-Dame a été confiée à l'architecte Casimir Saint-Jean de Montréal. Les moyens financiers étant limités, le sous-sol a d'abord été aménagé. Et c'est là que la première grand-messe a été célébrée en janvier 1900. Cette situation a même persisté quelques années. Les travaux n'ont repris qu'au printemps 1904. L'église a finalement été bénie en 1906.

Le lieu de culte a par la suite fait l'objet d'importants travaux de rénovation en 1934-1935. Aux oeuvres du maître verrier d'origine italienne, Guido Nincheri, une touche locale a été ajoutée dans le premier vitrail du transept gauche alors que l'abbé Marcel Gill est représenté sur l'un d'eux.

Autre détail historique: la rue Gill à Granby a été nommée ainsi à la mémoire du curé fondateur de la paroisse Notre-Dame.

En 2013, quelques semaines avant la célébration de la dernière messe dans l'église, le maire de l'époque, Richard Goulet, avait affirmé que l'administration municipale avait envisagé un temps que la sépulture de l'abbé Gill soit déplacée vers un cimetière. Mais il a finalement été décidé qu'elle resterait en place, le processus étant complexe.

Cette fois-ci cependant, le projet du Cégep de Granby, qui dispensera au sous-sol sa nouvelle technique de génie mécanique, est plus concret que jamais. Le projet global de réaménagement de l'église Notre-Dame à Granby - qui comprend aussi des travaux dans la nef et à l'enveloppe de l'église - entraînera des coûts d'environ 9 millions$, dont 5, 7 millions$ seront assumés par la Ville de Granby. Une facture qui sera payée comptant, ont annoncé les élus au début du mois de septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer