Nouvelles accusations contre Jocelyn Beauregard

Jocelyn Beauregard a été arrêté mercredi matin à... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Jocelyn Beauregard a été arrêté mercredi matin à son domicile de Sainte-Cécile-de-Milton et a tout de suite été amené au palais de justice de Québec, où il a comparu sous des accusations de complot d'entrave à la justice, d'entrave à la justice et de bris de probation.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Le Miltonnais Jocelyn Beauregard, accusé le 31 août dernier d'agression sexuelle et de voies de fait à l'endroit d'une femme, a de nouveau été arrêté par l'Escouade régionale mixte de Québec, mercredi matin. Il fait face, cette fois, à des accusations de complot d'entrave à la justice et d'entrave à la justice, ainsi que de bris de probation.

Le membre des Red Devils de Montréal, un club affilié aux Hells Angels, aurait tenté, entre le26 août et le 9 septembre derniers, «d'influencer» sa présumée victime avec l'aide de Jasmin Tremblay, un présumé complice.

M. Tremblay, un Drummondvillois de 37 ans, a quant à lui été arrêté le vendredi 9 septembre et fait face à des accusations similaires.

Selon Le Journal de Québec, les deux hommes auraient tenté d'offrir une somme d'argent à la femme pour la convaincre de laisser tomber sa plainte.

M. Beauregard a été arrêté mercredi matin à son domicile de Sainte-Cécile-de-Milton et a tout de suite été amené au palais de justice de Québec, où il a comparu à 14 h 30. L'homme de 42 ans demeurera détenu jusqu'au 22 septembre prochain, pour subir son enquête sur remise en liberté au palais de justice de Québec.

Remis en liberté

Jocelyn Beauregard avait été libéré le 8 septembre dernier au terme de son enquête sur remise en liberté au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce.

Les gestes qu'il est soupçonné d'avoir commis se seraient déroulés en mai à Scott, en Beauce, dans les locaux des Dark Soul's, un autre groupe de motards criminels relié aux Hells Angels.

Une kyrielle de conditions à respecter lui avaient été imposées au moment de sa libération. Il ne devait pas communiquer avec la plaignante ou se présenter chez elle ou à son lieu de travail, d'où les accusations de bris de probation dans l'autre dossier.

Il devait en outre respecter un couvre-feu à sa résidence entre 22 h et 6 h. Il lui était interdit de se trouver dans les districts judiciaires de Québec et de la Beauce en dehors de ses présences au tribunal.

Le juge lui avait aussi interdit de se trouver dans un club de motards criminels, de communiquer ou de se trouver en présence de membres d'un groupe criminel. Il ne pouvait pas non plus effectuer des réparations à son atelier de mécanique pour ces personnes.

Il ne pouvait pas posséder d'arme, consommer de l'alcool et de la drogue, et se trouver dans des bars. Chaque semaine, il devait se rapporter au poste de police. Un dépôt de 5000$ avait également été exigé.

Selon une source qui connaît bien le milieu des motards citée par Le Soleil, un crime de cette nature n'est pas approuvé dans le milieu. La charte des Hells Angels proscrit d'ailleurs le viol et les enlèvements. Toujours selon Le Soleil, Beauregard possède des antécédents criminels en matière de vol et de complot.

Son retour en cour pour ce dossier est prévu le 28 octobre, au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer