André Madore interjette appel

André Madore, 48 ans, que les policiers soupçonnent... (photo tirée de Facebook)

Agrandir

André Madore, 48 ans, que les policiers soupçonnent de contrôler le trafic de drogue à Granby et d'être lié au crime organisé, est accusé de gangstérisme, de trafic de stupéfiants et de production de cannabis.

photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Déterminés à recouvrer leur liberté, deux accusés du projet «Muraille» porteront en cour d'appel leur requête en habeas corpus, qui vient d'être rejetée en Cour supérieure.

L'habeas corpus stipule qu'une personne ne peut être emprisonnée trop longtemps sans jugement.

André Madore, de Roxton Pond, et Nelson Murphy estiment que leur détention est illégale étant donné qu'un ajournement de plus de trois jours a été accordé lors de leur enquête sur remise en liberté.

Le juge Gaétan Dumas voit les choses autrement puisqu'il a rejeté leur demande le 29 août dernier, après trois jours en délibéré.

Les deux avocats de Madore et Murphy, Me Robert Jodoin et Me Crystel Demers, n'ont pas perdu de temps pour rédiger une demande d'appel.

Ils estiment que le juge Dumas a erré en droit relativement à la «requête en habeas corpus», puisqu'il aurait utilisé «le même cadre analytique qu'une requête en délais déraisonnables», a indiqué Me Jodoin, rencontré mercredi au palais de justice de Granby.

Or, le point litigieux était l'ajournement de l'enquête sur remise en liberté - qui a été remise du 8 août au 12 septembre -, et non le caractère raisonnable ou non des délais, peut-on lire en substance dans la demande à la Cour d'appel.

«Il s'agissait d'un ajournement imposé et non d'un ajournement de consentement», écritMe Jodoin dans sa demande d'appel.

Les deux avocats souhaitent voir infirmer la décision du juge Gaétan Dumas, déclarer illégale la détention de Madore et Murphy et les voir remis en liberté en attendant la suite des procédures judiciaires. Les deux hommes demeurent donc détenus pour le moment.

La prochaine date de leur comparution pour leur enquête sur remise en liberté a été fixée le 12 septembre, à Sherbrooke.

Plusieurs accusations

André Madore, 48 ans, que les policiers soupçonnent de contrôler le trafic de drogue à Granby et d'être lié au crime organisé, est accusé de gangstérisme, de trafic de stupéfiants et de production de cannabis.

En plus du gangstérisme et du trafic de stupéfiant, Nelson Murphy, un individu affilié aux Devils Ghosts, est aussi accusé de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic, d'usage négligent d'arme à feu et de possession non autorisée d'arme à feu et d'arme prohibée.

Le réseau de trafiquants de stupéfiants allégué de la région de Granby a été démantelé le29 juin dernier lors de l'opération «Muraille». Trente-six individus ont été accusés au terme de l'opération où 54 personnes, impliquées vraisemblablement dans l'approvisionnement, la distribution et le trafic de stupéfiants, ont été arrêtées. De ce nombre, 17 sont toujours derrière les barreaux.

- Avec la collaboration de René-Charles Quirion, La Tribune

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer