Matière pétrolière découverte: l'Environnement ferme un puits

Le photographe de La Voix de l'Est a... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le photographe de La Voix de l'Est a été fort mal accueilli par des ouvriers procédant au nettoyage en voulant croquer la scène.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Césaire) La découverte d'une certaine quantité de matière pétrolière lors de la réparation d'un ponceau dans le rang du Pipeline à Saint-Césaire a amené le ministère de l'Environnment à fermer un puits par mesure préventive pour une période indéterminée.

Le puits se trouverait à quelques mètres de la matière pétrolière, selon le comité environnement de Saint-Césaire et des citoyens du secteur.

Toutefois, le maire de la ville, Guy Benjamin, a minimisé l'affaire en parlant d'une distance de 400 à 500 mètres. «Il n'y a aucun danger, l'eau du puits n'est même pas contaminée, tout est fait de façon préventive», a-t-il affirmé à La Voix de l'Est en entrevue téléphonique, se voulant rassurant pour la population. Ce dernier a précisé que l'approvisionnement en eau de la ville n'était pas compromis, puisqu'il existe deux autres puits.

Le photographe de La Voix de l'Est a été fort mal accueilli par des ouvriers procédant au nettoyage en voulant croquer la scène. L'un d'eux lui a même lancé qu'il était «chanceux que son boss lui ait dit de se tenir tranquille».

Selon nos informations, une pompe aurait fonctionné une partie de la journée de mardi afin de siphonner la matière pétrolière. Le maire de Saint-Césaire a toutefois parlé d'une «petite quantité» de matière pétrolière, dont le type est inconnu pour le moment.

Les travaux pour réparer le ponceau dans le rang du Pipeline sont suspendus jusqu'à ce que le nettoyage soit terminé. Le rang demeurait hier soir fermé à la circulation.

Pipeline Montréal

Selon le comité environnement, le coupable de cette possible fuite pourrait se trouver non loin. «Il y a de fortes probabilités que les installations de la station de pompage de Pipeline Montréal, situées à quelques centaines de mètres au-dessus de ce puits, soient en cause», affirme la présidente du comité, Marie-Hélène Plante.

«Ça fait plusieurs années qu'on dénonce qu'une fuite pourrait survenir, en raison des installations désuètes de Pipeline Montréal», ajoute-t-elle.

L'enquête se poursuit pour déterminer les raisons de la présence de cette matière pétrolière.

Il a été impossible de s'entretenir mardi soir avec le ministère de l'Environnement. Pipeline Montréal n'a pas non plus rappelé le journal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer